Facteurs aggravants : l'urbanisation sauvage

Aujourd'hui, 50 % de la population mondiale vit dans les centres urbains et l'on prévoit une augmentation jusqu'à 60 % d'ici 2030. La majorité des plus grandes villes, connues sous le nom de mégapoles, sont situées dans les pays en voie de développement alors que 90 % de la croissance de la population des pays en voie de développement sera urbaine.

La migration de la campagne vers les zones urbaines est souvent déclenchée par des catastrophes naturelles répétées et le manque de moyens de subsistance. Néanmoins, parallèlement, de nombreuses mégapoles sont construites dans des zones où il existe un risque accru de tremblements de terre, d'inondations, de glissements de terrain et d'autres catastrophes naturelles.

Un grand nombre de personnes vivent dans de grands centres urbains alors que les bas-fonds manquent d'un accès à une meilleure eau, de meilleurs installations sanitaires, de sécurité immobilière, de durabilité de logement et de suffisamment d'espace à vivre. Ce manque d'accès aux services de base et de subsistance mène à une augmentation du risque de discrimination, d'exclusion sociale et, en dernier recours, de violence.

En savoir plus

Liens connexes utiles :

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 189 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.