IFRC

Tchad: La Croix-Rouge Croissant-Rouge renforce ses actions au sud du pays frappé par la méningite, la rougeole et le choléra

Publié: 5 avril 2011

Une épidémie de méningite à méningocoque frappe depuis le 18 Mars 2011, la moitié de districts au Tchad, notamment au Sud du pays, à un rythme inquiétant. Cette épidémie est également accompagnée des cas de rougeole qui a fait son apparition dans quasiment la même région. A l’heure qu’il est, environ 2,337 cas ont été détectés et 109 morts enregistrés.

La situation est également exacerbée dans la région pauvre et délaissée de Bongor où une grave épidémie de choléra sévit avec plus de 1,518 cas détectés et 30 morts confirmés.

Face à ces épidémies, des services d’urgence atteignent leurs limites et le ministère de la santé tchadien lance un appel au soutien urgent de ses partenaires humanitaires.

D’après Dr Zénaba Mourba, Directrice Nationale Santé de la Croix-Rouge du Tchad qui a participé à la mission d’évaluation, « Nous devons faire vite afin de lutter contre le choléra et la méningite, surtout vu que dans cette saison où nous nous trouvons,  le pique de la chaleur peut atteindre 50°C suivi par l’abondance de mangues que les enfants ramassent et mangent dans un environnement malsain sans aucune règle d’hygiène et aussi la pluie du mois de mai, aggravant davantage la situation. Il est donc urgent d’intervenir maintenant pour sauver les vies de ces enfants qui n’ont pas d’alternatives ni de capacités pour se protéger de ces épidémies. »

L’OMS, l’UNICEF, Médecins sans Frontières et la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, en coordination avec le Ministère de la Santé tchadien, vont effectuer des campagnes de vaccination, ainsi que prendre des mesures de lutte efficaces s’appuyant sur la prévention, la préparation et la riposte face à ces épidémies.

La Croix-Rouge locale va mobiliser les communautés sur le danger de ces épidémies, les sensibiliser sur les mesures de prévention comme l’hygiène à prendre en compte, pour chaque cas suspect les référer au centre de santé le plus proche et continuer à surveiller étroitement toute évolution dans les régions avoisinantes non encore frappées par ces épidémies.
“Le seul problème que nous constatons c’est que les volontaires de la Croix-Rouge n’ont pas forcément reçu la formation nécessaire sur les modules de santé à appliquer dans de telles urgences » rajoute Panu Saaristo, coordinateur de la FICR pour les questions d’urgences sanitaires.

« Il va falloir les former au plus vite, pour créer un mécanisme efficace de mobilisation, de prévention et de riposte.»

Un rapport de la FICR avec GAVI « L’immunisation : un chantier inachevé » montre que trop d’enfants meurent encore de maladies vaccinables, comme c’est le cas ici au Tchad.  Cependant la vaccination est une solution clé peu coûteuse qui améliore l’état de santé général des enfants dans les pays les plus pauvres du monde. Malgré cela, pour obtenir un succès constant, il nous faut des engagements politiques et financiers durables.

Sur la méningite à méningocoque
La méningite à méningocoques est une forme de méningite bactérienne qui infecte le cerveau et la moelle épinière. Elle subsiste en Afrique sub-saharienne du Sénégal à l'ouest jusqu'à l'Éthiopie à l'est. Durant la saison épidémique de 2009, 14 pays africains ont mis en œuvre une surveillance renforcée qui a permis d'enregistrer un total de 88 199 cas suspectés, dont 5 352 décès, le nombre le plus élevé depuis l'épidémie de 1996. On dispose de vaccins antiméningococciques polyosidiques pour lutter contre cette maladie.

Sur la rougeole
La rougeole reste l'une des causes importantes de décès du jeune enfant, alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace. En 2008, on a recensé 164 000 décès par rougeole dans le monde, soit près de 450 décès par jour ou 18 par heure. Plus de 95 % des décès par rougeole surviennent dans des pays à revenu faible dont l’infrastructure sanitaire est fragile. La vaccination est un moyen facile de prévenir les souffrances, les complications et les décès imputables à la rougeole. Le vaccin antirougeoleux est sans danger, efficace et bon marché.

Sur le choléra
Le choléra est une maladie diarrhéique aiguë, dont on peut mourir en quelques heures en l’absence de traitement. Selon les estimations, il y a chaque année 3 à 5 millions de cas de choléra, avec 100 000 à 120 000 décès. On peut réussir à traiter jusqu’à 80% des cas avec les sels de réhydratation orale. Les mesures de lutte efficaces s’appuient sur la prévention, la préparation et la riposte. L’approvisionnement en eau sûre et l’assainissement sont essentiels pour réduire l’impact du choléra et des autres maladies à transmission hydrique. Des vaccins anticholériques par voie orale sont un moyen complémentaire de lutte, mais ne doivent pas remplacer les mesures classiques.

Pour plus d’informations :
Au Tchad :
Mahamat Brahimrahama, Délégue reporting, Tel: +23522522339, Mobile: +23566202673 mahamat.brahimrahama@ifrc.org

A Yaoundé :
Emmanuel Atenga, IFRC Regional Communications Officer, Office, +237 22 21 74 37 Mobile +237 79 50 90 51; email: emmanuelatenga@yahoo.fr  : Skype: emmanuel.atenga


In Johannesburg:
Faye Callaghan, communications manager, Africa, Tel. +27 71 895 2774 faye.callaghan@ifrc.org

A Geneve :
Sadia Kaenzig, Senior adviser, external and public communications, Tel. +41 79 217 3386, sadia.kaenzig@ifrc.org

Aux Etas-Unis :
Abi Weaver, senior communications officers, American Red Cross, Tel +1 202 303 5551, weaverab@usa.redcross.org

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.