IFRC


La Croix-Rouge met en lumière les «énormes défis» auxquels Haïti reste confronté trois ans après le tragique tremblement de terre

Publié: 11 janvier 2013

Port-au-Prince, le 11 janvier 2013 – Trois ans après le séisme dévastateur qui avait fait 217 300 morts et quelque 2,1 millions de sans-abri, la Croix-Rouge poursuit ses efforts pour reloger les milliers de sinistrés qui vivent encore sous de simples bâches dans des campements de fortune.

Alexandre Claudon, représentant de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) dans le pays, déplore que tant de personnes aient eu à endurer des conditions d’existence aussi éprouvantes durant trois longues années. C’est pourquoi leur réinstallation dans des logements permanents constitue la priorité numéro un de son organisation et de la Croix-Rouge haïtienne.

«Le tremblement de terre en Haïti a été une des urgences les plus complexes auxquelles nous ayons eu à faire face depuis bien longtemps», souligne-t-il. «Certains peuvent légitimement s’étonner que tant de gens soient toujours sans toit, mais le processus de reconstruction et de relogement se heurte à de sérieux obstacles, à commencer par l’identification des propriétaires des terrains à bâtir et le paiement de loyers par des familles sans ressources.»

Depuis le 10 janvier 2010, toutefois, le nombre de personnes résidant dans des campements provisoires est passé de près de 1,5 million à environ 350 000. A lui seul, le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a permis à quelque 40 000 familles (environ 200 000 personnes) de se réinstaller dans des lieux plus sûrs et plus confortables, ce qui représente plus d’un tiers du total des sinistrés relogés par l’ensemble des organismes d’assistance. Sur ces 40 000 familles, plus de 10 000 (environ 50 000 personnes) ont bénéficié d’un programme novateur de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui consiste à aider les gens à s’installer dans les logements locatifs existants.

«En raison des dangers multiples que comporte la vie en camp, de l’insécurité à la vulnérabilité aux catastrophes naturelles, en passant par les risques sanitaires liés au choléra et à d’autres maladies infectieuses, il est absolument primordial pour la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge d’aider les gens à se reloger dans des conditions plus sûres», insiste Alexandre Claudon. «Durant la phase d’urgence de l’intervention consécutive au tremblement de terre, les camps répondaient à une nécessité pressante pour les rescapés qui n’avaient nulle part où aller. Cette phase est depuis longtemps terminée, mais, trois ans plus tard, nous restons confrontés à d’énormes défis.»

Outre des allocations de loyer, le programme de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge inclut des formations et autres formes de soutien au rétablissement des moyens de subsistance. Parallèlement, l’organisation aide les habitants de certains quartiers de la capitale Port-au-Prince à améliorer l’habitat, l’assainissement et l’éclairage, par exemple, contribuant ainsi à promouvoir un environnement plus propice à la réinstallation des sans-abri.

«Nous sommes activement engagés aux côtés des pouvoirs publics et des autres agences dans le cadre des efforts de reconstruction et de réinstallation», poursuit Claudon. « Le gouvernement a récemment identifié 115 camps supplémentaires dont l’évacuation est jugée prioritaire. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge, qui sont déjà en première ligne dans le domaine de l’aide au relogement, vont bien entendu continuer d’assumer pleinement leur rôle dans les semaines et les mois à venir.»

 

Pour plus d’informations, s’adresser à :

France Hurtubise

Coordinatrice de la communication pour la FICR en Haïti

Tél: +509 3170 9813

Courriel: france.hurtubise@ifrc.org

Skype: Hurtu09

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.