IFRC


La menace imminente du choléra - Un plaidoyer de la Fédération internationale

Publié: 19 juin 2012

Le 19 juin 2012, Port-au-Prince — « La probabilité est élevée que le choléra en Haïti devienne une urgence majeure dans les prochains mois, mais les ressources pour le combattre ont été considérablement réduites, » prie instamment le rapport lancé aujourd’hui par la Fédération de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en Haïti.

Une augmentation du nombre de cas a été observée dans les départements de l’Artibonite, du Nord Ouest, du Nord Est, et de l’Ouest, sur l’île de Gonave, ainsi que dans des camps de déplacés situés dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et dans les communautés avoisinantes. L’organisation Panaméricaine de la Santé (OPAS) estime que les nouveaux cas diagnostiqués d’ici la fin de 2012 pourraient atteindre 170 000.

La Fédération internationale s’inquiète du fait que le récent déclin dans le financement humanitaire ait réduit le pouvoir des partenaires en santé pour faire face à une résurgence du choléra en Haïti. Au plus fort de l’épidémie en juin 2011, 2 500 lits étaient disponibles dans le pays. Aujourd’hui, la plupart des 814 lits existants sont déjà occupés. Un défi de taille consiste à renforcer la capacité du gouvernement à faire face totalement à la menace. L’intégration des traitements contre le choléra aux infrastructures de santé et au Système national d’Alerte et de Surveillance est encore limitée.

La Fédération internationale prévient que « Alors que les autorités haïtiennes ont besoin de recevoir financement et support pour augmenter leurs ressources à fournir de meilleurs services en santé, en installations sanitaires et en eau que la population haïtienne mérite et dont elle a besoin, pour leur part, les travailleurs de la santé doivent être payés pour le travail qu’ils accomplissent en contribuant à sauver des vies. Pendant ce temps, la menace réelle et imminente d’une épidémie de choléra pourrait coûter un nombre incalculable de vies humaines si la capacité d’y répondre n’est pas à la hauteur. »

« Il est urgent de faire appel aux ministères gouvernementaux concernés pour procéder à une évaluation sérieuse du nombre d’établissements médicaux qui seraient en mesure de traiter des patients afin d’identifier clairement les lacunes, » précise le Dr Balla Conde, délégué en Urgence Santé de la Fédération Internationale. « La promotion de l’hygiène dans les camps doit être intensifiée et les comités pour l’eau doivent également recevoir plus de support. En outre, il est essentiel que la chloration de l’eau dans les camps fasse l’objet d’un suivi serré pour assurer que les standards de base soient respectés, » ajoute le Dr Conde.

Entretemps, la Croix Rouge haïtienne, avec le support de la Fédération internationale, prépare un Plan d’urgence Choléra en conformité avec le Plan national d’urgence Choléra et en coordination avec d’autres partenaires. Des stocks d’urgence de médicaments et d’équipements médicaux sont sur place et en veille. La Fédération internationale possède un entrepôt central avec des  fournitures médicales, du savon, des comprimés de purification de l’eau et des sels de réhydratation orale. Les installations médicales déployées en 2011 au plus fort de l’épidémie sont toujours dans le pays et peuvent être activées si les cas de choléra devaient continuer à augmenter. « Les fonds actuels nous permettent de mettre en opération une équipe de 34 personnes dans 21 camps. Il en faudra davantage pour atteindre d'autres communautés, incluant les secteurs couverts par la Fédération internationale et leur voisinage, ainsi que des régions présentant des vulnérabilités spécifiques telles que Isle la Gonave et Isle la Vache, » souline le Dr. Conde.

Le nombre de travailleurs en santé communautaire formés par la Fédération internationale sera accru pour répondre aux nouveaux cas, tandis que les activités de  promotion visant les groupes à risque, particulièrement dans les camps, seront étendues. Des campagnes d’information pour la population en général, combinant SMS, camions à haut-parleurs et radio seront mises en action pour aider les bénévoles communautaires et offrir aux gens des mesures simples à observer pour demeurer en santé.

En décembre 2010, la Fédération internationale a lancé un appel aux donateurs pour un montant de près de 13,5 millions de Francs suisses en appui à la réponse au choléra en Haïti et en République Dominicaine. Des activités de promotion de l’hygiène ont rejoint des centaines de milliers de personnes, auxquelles on a distribué de l’eau potable, des trousses d’hygiène et du savon. En outre, un ensemble de postes de réhydratation orale et de centres de traitement du choléra ont été établis partout en Haïti. Au plus fort de l’épidémie, la Fédération internationale a envoyé 10,5 millions de SMS dans tout le pays avisant les gens comment se prémunir contre le choléra.

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est le plus grand réseau humanitaire du monde basé sur le bénévolat. Par l’intermédiaire de ses 187 Sociétés nationales membres, elle assiste chaque année quelque 150 millions de personnes. Ensemble, nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires afin de répondre aux besoins et d’améliorer les conditions d’existence des plus vulnérables. Nous le faisons en toute impartialité, sans aucune considération de nationalité, de sexe, de croyance religieuse, de milieu social ou d’opinion politique. Pour plus d’information, visitez notre site www.ifrc.org. Vous pouvez aussi nous rejoindre sur Facebook, Twitter, YouTube et Flickr.

Pour plus d’information veuillez prendre contact avec:

en Haïti:
France Hurtubise, Coordonatrice communications, FICR
Téléphone : +509 3491 9813  – E-mail : france.hurtubise@ifrc.org

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.