IFRC

Les rescapés des catastrophes plus résistants que ne le pensent les organismes d’assistance

Publié: 28 octobre 2004

Pour limiter l’impact des catastrophes, il est essentiel de consolider la résistance communautaire. L’aptitude et la capacité des personnes affectées par ces événements à faire face à des situations apparemment désespérées est le thème principal du Rapport sur les catastrophes dans le monde 2004, publié aujourd’hui (28 octobre) par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Cette publication, dont c’est la douzième édition, met en lumière l’impressionnante capacité des habitants du monde en développement comme des pays développés à surmonter les pires catastrophes – et à s’en relever. Les auteurs appellent les organismes d’assistance à analyser et à mettre en valeur les mécanismes locaux de résistance, plutôt que de se focaliser uniquement sur les besoins et la vulnérabilité. Ne pas prendre en compte l’avis des communautés dans les efforts de réponse et de préparation aux catastrophes peut en fait miner leur capacité de résistance.

“La formidable aptitude des communautés humaines à surmonter l’adversité transparaît dans chacun des récits publiés dans cette édition du Rapport. Les gens s’adaptent en permanence aux situations de crise en imaginant des solutions inédites. Soutenir cette résistance, c’est davantage que distribuer des secours ou prévenir des risques individuels. Cela comporte d’intégrer des facteurs aussi cruciaux que les connaissances et compétences locales, la volonté, les moyens d’existence, la coopération et l’accès aux ressources”, souligne Markku Niskala, secrétaire général de la Fédération internationale.

Tremblement de terre de Bam : des centaines de vies sauvées par les volontaires locaux

Le tremblement de terre du 26 décembre 2003 à Bam, en Iran, a fait près de 30 000 morts, autant de blessés et détruit 85 % des édifices de la ville. Si les 34 unités de sauvetage internationales dépêchées sur les lieux de la catastrophe ont pu retrouver 22 rescapés, les équipes locales du Croissant-Rouge en ont sauvé près de 160, et la population et les associations locales, ainsi que les volontaires d’autres provinces, des centaines d’autres encore.

Les pauvres du Gujarat investissent dans le relèvement

À la suite du séisme qui a ravagé le ville indienne de Bhuj en 2001, les pauvres ont été les moteurs de leur propre relèvement. Deux ans après la catastrophe, 9800 familles de quartiers défavorisés avaient investi quelque 290.000 dollars des États-Unis dans des mesures de renforcement des moyens et des conditions d’existence. Un des habitants de Bhuj, Mohangar Gaswami, résume l’état d’esprit général: “Je ne veux pas être assisté ou dédommagé. Ce que je veux, c’est pouvoir travailler correctement et m’en sortir par moi-même.”

Les habitants de Tuti unis contre les inondations

Située sur le Nil à Khartoum, la capitale du Soudan, l’île de Tuti est très exposée aux inondations. Pour se protéger, ses habitants ont rehaussé les murs, surélevé les paliers et étanchéisé les façades de leurs maisons, et renforcé les rives du fleuve au moyen de sacs de sable et de troncs d’arbres. Dès que le niveau du fleuve commence à monter, des patrouilles fluviales sont mobilisées 24 heures sur 24 et des volontaires alertent la population au moyen de tambours et du mégaphone de la mosquée. Grâce à ces mécanismes d’adaptation et de réaction inventifs et bien coordonnés, les habitants de Tuti ont réussi à surmonter les pires inondations sans subir trop de dommages et avec un minimum d’aide extérieure.

Les auteurs du Rapport appellent à détruire le mythe de l’impuissance des victimes de catastrophes. Après des décennies de rhétorique, le moment est venu pour les organismes d’assistance de passer à l’action en mettant enfin les ressources et les capacités des communautés exposées au coeur de leur travail, sous peine de miner leur résistance.

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.