IFRC


La FICR lance un appel d’urgence pour lutter contre le virus Zika et d’autres maladies vectorielles dans les Amériques

Publié: 2 février 2016

Panama / Genève, 2 février 2016 – La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a lancé un appel d’urgence de 2,4 millions de francs suisses (USD 2,3 millions) en vue de soutenir la riposte régionale contre l’épidémie du virus Zika dans les Amériques.

La flambée en cours est alarmante au vu du nombre élevé de cas, de la rapide propagation de la maladie et de son probable lien avec l’augmentation du nombre de nouveau-nés souffrant de microcéphalie et du syndrome de Guillain-Barre. A la fin janvier, 24 pays et territoires des Amériques avaient confirmé la circulation du virus Zika.[1]

Comme la dengue ou le chikungunya – tous deux transmis par le même moustique Aedes Aegypti –, le virus Zika touche toutes les couches de la population, mais il affecte plus spécialement les personnes les plus pauvres et les plus démunies.

 

« Le seul moyen pour stopper la maladie du virus Zika consiste à éradiquer le moustique vecteur ou à supprimer tout contact entre ce dernier et l’humain, tout en prenant des mesures énergiques pour faire reculer la pauvreté », explique Walter Cotte, directeur de la région Amériques à la FICR.

L’appel publié aujourd’hui vise à aider les Sociétés nationales de la Croix-Rouge des pays touchés à mener des campagnes de prévention, de communication et de contrôle du vecteur afin de limiter la propagation de la maladie.

« Nous devons agir vite et transmettre les bons messages aux communautés », souligne Julie Lyn Hall, directrice des programmes de santé à la FICR. « Dans la bataille contre Zika, savoir est pouvoir. Il est crucial de responsabiliser et d’informer les communautés de façon à toucher et protéger les individus et familles les plus vulnérables. »

Les programmes de contrôle des vecteurs, la mobilisation communautaire et les campagnes de sensibilisation ont fait leurs preuves dans la lutte contre les maladies vectorielles. Les volontaires de la Croix-Rouge peuvent jouer un rôle clé dans les efforts de prévention de Zika au niveau communautaire. Toutefois, ces activités communautaires doivent être durables pour pouvoir vaincre la maladie à long terme.

« Il faut que tous les acteurs adoptent une approche nouvelle, passant de la simple réponse à des flambées isolées à un engagement de longue haleine dans des stratégies globales. Nous devons évoluer de la simple réactivité aux événements vers des programmes de prévention et de préparation propres à impulser des changements durables de comportement », commente M. Cotte.

« Un engagement de longue haleine parmi les communautés exposées est indispensable. Les organisations communautaires locales peuvent contribuer à une amélioration soutenue de l’hygiène environnementale et individuelle, à l’élimination des sites de reproduction des moustiques et à une meilleure compréhension des moyens de protéger la communauté contre Zika », conclut-il.

Note aux rédacteurs

Le virus Zika tient son nom de la forêt éponyme en Ouganda, où il avait été découvert en 1947, tout d’abord chez un singe, puis dès l’année suivante chez le moustique Aedes africanus. Le premier cas humain avait été signalé au Nigeria en 1952. L’Amérique du Sud a enregistré ses premiers cas de Zika en 2015. Il existe deux souches du virus: l’Africaine, apparue en Ouganda, et l’Asiatique qui se propage dans les Amériques et le Pacifique.

En vue d’encourager des approches coordonnées pour réduire la vulnérabilité, la FICR a lancé la Coalition du Milliard pour la résilience, une initiative rassemblant organismes d’assistance, gouvernements, secteur privé, instituts de recherche et groupes communautaires avec pour objectif de faire en sorte que, d’ici à 2025, un milliard d’habitants de la planète au moins aient pris des mesures concrètes pour réduire leur vulnérabilité aux risques naturels et autres menaces.

Pour plus d’informations, s’adresser à :

Benoit Matsha-Carpentier, communication publique

Tél: +41 79 213 24 13 - Email: benoit.carpentier@ifrc.org  


[1] Source : OPAS / http://bit.ly/1PXYdlR

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.