IFRC


L’épidémie du sida peut être vaincue, mais seulement si l’accès au dépistage du VIH et au traitement est amélioré, affirment la FICR et le GNP+

Publié: 17 juillet 2014

Le Cap/Genève/Melbourne, 18 juillet 2014 – Le manque d’accès aux services de dépistage, de conseil, de traitement et de soutien est le plus sérieux obstacle à la victoire dans les efforts engagés contre le VIH/sida, affirment aujourd’hui la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (GNP+), à la veille de la 20e Conférence internationale sur le sida qui s’ouvre dimanche à Melbourne.

A l’heure actuelle, on estime qu’environ 35,3 millions de personnes sont séropositives au VIH à travers le monde, mais la moitié seulement a conscience d’être infectée. De plus, deux sujets sur trois n’ont pas accès au traitement qui leur permettrait de limiter la charge virale. Cela représente une proportion extrêmement préoccupante.

«La connaissance précoce de la séropositivité au VIH est cruciale, car elle permet aux gens de solliciter dans les meilleurs délais traitement, soins et autres formes de soutien», souligne Matthias Schmale, secrétaire général par intérim de la FICR – une organisation qui, avec ses plus de 17 millions de volontaires à travers le monde, joue un rôle de premier plan dans le domaine de la santé communautaire. «De nombreuses organisations ont démontré que la mobilisation et la participation active de l’ensemble de la communauté, des personnes vivant avec le VIH et des auxiliaires de santé bénévoles à toutes les étapes du continuum du traitement constituent la meilleure garantie d’un accès aussi large que possible à tous les services nécessaires.»

D’après de récentes études, non seulement le traitement du sida prolonge l’espérance de vie de cinq décennies pour les personnes séropositives au VIH, mais il fait aussi baisser de façon spectaculaire le risque de transmission du virus entre partenaires sexuels (jusqu’à 96%!) et freine sensiblement la propagation de la tuberculose et la transmission de mère à enfant. Le renforcement des services de dépistage et de traitement à base communautaire peut en outre générer des retombées économiques atteignant jusqu’à trois fois l’investissement initial.

Plus de 30 ans après la découverte du VIH, la pauvreté, la marginalisation, la peur et l’opprobre continuent de limiter de manière dramatique l’accès des patients aux services de santé dont ils ont besoin. Cela s’ajoute à de trop fréquentes pénuries de structures, d’établissements et de personnels de santé dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires et dans les Etats fragiles qui entravent également les efforts pour améliorer l’accès à ces mêmes services.

«Pour une riposte efficace au VIH, il est essentiel que toutes les personnes concernées puissent vivre dans un environnement positif de santé, de dignité et de prévention. Or, beaucoup de gens se heurtent à l’opprobre et à la discrimination à de nombreux niveaux, y compris au sein des structures de santé, en raison de la peur et de l’ignorance qui entourent encore le mode de transmission du VIH», note Suzette Moses-Burton, directrice exécutive au GNP+. «La stigmatisation est particulièrement prononcée au sein des communautés les plus exposées. Ainsi, les professionnels du sexe, les hommes homosexuels, les personnes transgenre ou les toxicomanes sont trop souvent criminalisés ou en butte à la discrimination ou au rejet lorsqu’ils cherchent à accéder à des services de santé, ce qui dissuade nombre d’entre eux d’y recourir.»

A la veille de la Conférence internationale sur le sida de 2014, le GNP+ et la FICR, soulignant que nul ne devrait être privé de soins et de soutien, appellent les gouvernements à faciliter l’accès aux services de dépistage et de traitement et à lever tous les obstacles légaux, sociaux et économiques qui s’opposent à leur utilisation équitable.

Pour plus d’informations et pour organiser des interviews, s’adresser à :  

 

A Melbourne

  • Ombretta Baggio | FICR Genève | tél. +41 (0) 79 708 48 27 | ombretta.baggio@ifrc.org
  • Jessica Sallabank | FICR Melbourne |  tél +61 (0)4 55279134 |

Au Cap

A Genève

 

FICR

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est le plus grand réseau humanitaire du monde basé sur le bénévolat. Par l’intermédiaire de ses 189 Sociétés nationales membres, elle assiste chaque année quelque 150 millions de personnes. Ensemble, nous agissons avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires afin de répondre aux besoins et d’améliorer les conditions d’existence des plus vulnérables. Nous le faisons en toute impartialité, sans aucune considération de nationalité, de sexe, de croyance religieuse, de milieu social ou d’opinion politique. Pour plus d’informations, visitez notre site www.ifrc.org. Vous pouvez aussi nous rejoindre sur Facebook, Twitter, YouTube et Flickr.

 

GNP+

Le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (GNP+) est une plateforme internationale pour et par les personnes vivant avec le VIH. Sa mission consiste à améliorer la qualité de vie de ces dernières. Il se fonde sur l’idée d’un mouvement social universel puissant et unifié de personnes vivant avec le VIH, leur leadership et leurs voix étant au coeur de la lutte contre le VIH. L’objectif ultime du GNP+ consiste à garantir l’accès équitable aux services de santé et d’aide sociale pour toutes les personnes vivant avec le VIH en se focalisant sur la justice sociale, les droits et la participation. Il sera réalisé à travers la mise en oeuvre de la priorité du GNP+ qui consiste à promouvoir une contribution plus large et plus significative des personnes vivant avec le VIH dans l’élaboration des programmes et des politiques. Pour plus d’informations, nous vous invitons à visiter le site www.gnpplus.net. Vous pouvez également nous rejoindre via Facebook et Twitter.

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.