IFRC


Virus Zika : la Croix-Rouge lance un appel mondial pour faire face à la menace

Publié: 8 mars 2016

Panama/Genève, 8 mars 2016 – La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a lancé un appel mondial d’un montant de 9,3 millions de francs suisses (EUR 8,4 millions) pour contrer l’épidémie du virus Zika.

Si l’accent sera mis principalement sur le renforcement de l’action communautaire dans les Amériques, les fonds recueillis serviront aussi à mettre en place des mesures et activités de préparation en Afrique, dans la région Asie et Pacifique, au Moyen-Orient/Afrique du Nord et en Europe, sous la coordination de la cellule de crise Zika basée à Genève.

L’appel vise à donner aux Sociétés nationales de la Croix-Rouge des pays affectés les moyens d’assister environ un million de personnes pendant douze mois dans dix domaines d’action prioritaire, y compris la gestion des urgences sanitaires, la préparation, la lutte contre le vecteur, la surveillance communautaire, la mobilisation communautaire et le soutien psychosocial.

« La FICR renforce son action communautaire pour tenter d’éviter que cette épidémie ne se propage plus largement encore, et pour protéger les vies et les moyens de subsistance des populations affectées dans les Amériques », commente Walter Cotte, directeur régional pour les Amériques à la FICR.

« A travers cet appel mondial », note Julie Lyn Hall, directrice du département de la santé à la FICR, « nous voulons faire la différence grâce à nos millions de volontaires dévoués et à notre longue expérience de la prévention et de la lutte contre les maladies vectorielles comme la dengue et le chikungunya.

« Tirant les leçons d’urgences sanitaires récentes comme l’épidémie d’Ebola, cet appel nous permettra d’agir avec plus de flexibilité pour anticiper les besoins et y répondre aussitôt qu’ils se manifestent. Il est à craindre que le virus ne se propage dans d’autres pays, voire sur d’autres continents. C’est pourquoi, tout en répondant à la crise en cours dans les Amériques, nous nous préparons également à intervenir ailleurs dans le monde. »

Le virus Zika, qui est transmis par le moustique Aedes Aegypti – tout comme la dengue et le chikungunya – touche toutes les couches de la population, mais plus spécialement les plus pauvres et les plus vulnérables. L’épidémie en cours est alarmante de par le nombre élevé de cas, la rapidité de sa propagation et son possible lien avec une augmentation du nombre de nouveau-nés atteints de microcéphalie et du syndrome Guillain-Barre. Le virus est actuellement présent dans 24 pays et territoires des Amériques.

« Nous devons agir maintenant pour éviter que Zika ne se dissémine plus largement », insiste Walter Cotte. « Le nombre des cas de dengue a explosé d’environ 15 000 dans les années 1960 à plus de 360 millions aujourd’hui; nous ne pouvons pas permettre qu’il en aille de même avec Zika. Outre leurs conséquences en termes de santé, les maladies vectorielles comme Zika ou la dengue ont un énorme impact économique sur les pays touchés. »

Note aux rédactions

En février, la FICR a débloqué 200 000 francs suisses de son Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes afin de soutenir la riposte initiale contre l’épidémie du virus Zika et a publié un appel régional de 2,4 millions de francs suisses pour les Amériques.

L’appel mondial lancé aujourd’hui est étayé et complété par des Plans d’action nationaux et régionaux. La réponse envisagée reflète la situation actuelle et les informations disponibles à ce stade; elle sera ajustée si nécessaire en fonction des évolutions et évaluations à venir.

Le virus Zika est ainsi nommé d’après la forêt éponyme en Ouganda où il a été découvert en 1947, d’abord chez un singe, puis l’année suivante chez le moustique Aedes. Le premier cas de transmission à l’homme a été enregistré en 1952 au Nigeria. L’Amérique du Sud a observé ses premiers cas de Zika en 2015. Il existe deux souches du virus – l’africaine, apparue en Ouganda, et l’asiatique, qui se propage dans les Amériques et dans le Pacifique.

Afin de promouvoir des approches de réduction de la vulnérabilité fondées sur le partenariat, la FICR a lancé la Coalition du milliard pour la résilience, une initiative qui rassemble organismes d’assistance, gouvernements, secteur privé, instituts de recherche et groupes communautaires avec pour objectif de faire en sorte que, d’ici 2025, un milliard d’habitants de la planète aient pris des mesures limitant leur vulnérabilité face aux risques naturels et autres menaces.

Pour plus d’informations, s’adresser à:

Benoit Matsha-Carpentier, communication publique
Tél: +41 79 213 24 13 - Email: benoit.carpentier@ifrc.org

Diana Medina, chargée de communication pour la région Amériques
Tél: +507 6780-5395 - Email: diana.medina@ifrc.org

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.