IFRC


Rapport sur les catastrophes dans le monde 2016 - La résilience : sauver des vies aujourd’hui, investir pour demain

Publié: 13 octobre 2016

Un nouveau rapport appelle à un changement majeur dans le financement de l’aide internationale

Genève/Dakar, 13 octobre 2016 – Le manque d’investissement mondial dans le renforcement de la résilience des communautés expose des dizaines de millions de personnes à d’importants risques de catastrophe, pourtant prévisibles et évitables : c’est que ce souligne le Rapport sur les catastrophes dans le monde 2016 publié aujourd’hui par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale).

Selon le rapport, chaque fois que 100 dollars É.U. sont dépensés pour l’aide internationale, seuls 40 cents sont investis dans la préparation aux catastrophes et les mesures de réduction des risques, et ce bien qu’il soit largement reconnu que l’investissement dans la résilience avant la survenue d’une catastrophe permet de sauver des vies et d’économiser de l’argent.

« L’investissement dans la résilience est le meilleur moyen dont nous disposons pour protéger la vie, les moyens de subsistance et la dignité des personnes les plus vulnérables du monde », affirme le secrétaire général de la Fédération internationale, Elhadj As Sy. « Le statu quo n’est plus acceptable. Il n’en résulterait que davantage de pauvreté et de souffrance passée sous silence. »

« Notre action doit s’inscrire dans un continuum – de la préparation au renforcement de la résilience, en passant par l’intervention rapide et le relèvement. »

L’édition 2016 du Rapport sur les catastrophes dans le monde brosse le tableau d’un monde confronté à des défis complexes auxquels il n’est pas possible de répondre intégralement par le biais des opérations en cas de catastrophe et des interventions d’urgence.

La migration forcée n’a jamais atteint un tel niveau depuis la Seconde Guerre mondiale. Le nombre et l’ampleur des catastrophes déclenchées par les forces de la nature sont en augmentation. La mondialisation et l’urbanisation font que les épidémies et autres crises sanitaires sont plus difficiles à contenir, et l’impact des changements climatiques se fait lourdement sentir – l’année 2015 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, avec 32 épisodes de sécheresse, un chiffre deux fois plus élevé que la moyenne sur 10 ans.

Les pertes financières provoquées par les catastrophes ayant touché des pays pauvres entre 1991 et 2010 se montent à plus de 840 milliards de dollars É.U. Pourtant, au cours de la même période, seuls 0,4 % des 3 300 milliards de dollars É.U. alloués au financement de l’aide internationale ont été utilisés aux fins de la prévention ou de la réduction des risques.

« Quelque chose doit changer », expliquent les corédacteurs du rapport, David Sanderson et Anshu Sharma. « La réponse aux défis humanitaires d’aujourd’hui ne repose pas uniquement sur les financements. Nous devons investir dans des solutions et des partenariats qui renforcent la résilience sur le long terme – les moyens de subsistance et la cohésion sociale, la santé et le bien-être psychosocial, les mesures qui aideront les communautés à faire face aux chocs futurs et à l’adversité. »

Du financement fondé sur des prévisions et des mesures de préparation adoptés au Bangladesh aux banques de semences mises en place au Sénégal, le Rapport sur les catastrophes dans le monde illustre de bien des manières combien des communautés plus résilientes sont mieux à même de faire face aux risques et aux aléas.

Faisant fond sur le rapport, la Fédération internationale appelle aussi les partenaires à soutenir et à rejoindre la Coalition d’un milliard pour la résilience – une initiative mondiale visant à encourager les communautés partout dans le monde à prendre des mesures qui renforcent leur sécurité, leur santé et leur bien-être. Cette initiative, qui a été lancée à la fin de l’année 2015, vise à bâtir une large coalition de partenaires de tous les secteurs pour soutenir d’ici 2025 un milliard de personnes dans leurs efforts visant à renforcer la résilience.

À propos du Rapport sur les catastrophes dans le monde

Le Rapport sur les catastrophes dans le monde est une publication annuelle indépendante commandée par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Chaque année, des spécialistes présentent un corpus de recherches portant sur les défis, les tendances et les innovations relatifs à une question humanitaire donnée.

Pour de plus amples, veuillez prendre contact avec :

Benoit Matsha-Carpentier, chef d’équipe, communication publique, Fédération internationale

Courriel : Benoit.carpentier@ifrc.org | Tél : +41 79 213 24 13 | Twitter : @BenoistC

 

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.