IFRC


Troisième Conférence des Nations unies sur la réduction des risques de catastrophe - Déclaration officielle de M. Tadateru Konoé, président de la FICR

Publié: 15 mars 2015

Monsieur le président, Excellences, Mesdames et Messieurs,

Soyez remerciés pour cette opportunité que vous m’offrez de parler au nom de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le cadre de cette troisième Conférence des Nations unies sur la réduction des risques de catastrophe. Notre Fédération est ici représentée par 120 délégués de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier qui tous partagent la même conviction que la présente assemblée marquera un jalon important dans la construction d’un monde plus sûr et plus résilient.

Ce dont nous avons aujourd’hui besoin, c’est d’un plan tourné vers l’avenir pour faire face aux sérieux défis qui menacent d’entraver le développement durable et pour donner aux communautés les moyens de devenir plus fortes et plus résilientes. Le cadre d’action de l’après-2015 pour la réduction des risques de catastrophe pourrait bien être le plan attendu.

Afin de favoriser la réalisation de cet ambitieux plan, nous, Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, exhortons gouvernements, bailleurs de fonds et partenaires à poursuivre différents objectifs essentiels. Qu’on me permette d’en mentionner quelques-uns.

Premièrement, développer les capacités et la résilience des institutions locales pour des partenariats efficaces en reconnaissant le rôle des volontaires.

Deuxièmement, mettre en place des plateformes efficaces de réduction des risques au niveau local.

Troisièmement, garantir des financements adéquats, durables, flexibles et diversifiés émanant de bailleurs publics et privés afin de permettre l’intensification du développement de la résilience communautaire.

Quatrièmement, garantir la dignité, améliorer la santé et accroître la résilience des communautés locales en redoublant d’efforts pour leur assurer un accès durable à l’eau et à l’assainissement.

Cinquièmement, investir dans la sensibilisation et l’éducation du public en vue de faire évoluer les mentalités et les comportements des générations actuelles et futures.

Sixièmement, adopter des cadres juridiques forts en matière de réduction des risques.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Nous devons nous montrer à la hauteur des défis sans précédents auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés. Et nous devons faire en sorte que les générations futures n’aient pas à payer le prix de nos hésitations. Cela réclame un engagement collectif, une action collective et un sens collectif de nos responsabilités.

Par le biais de son réseau de 17 millions de volontaires et de 189 Sociétés nationales touchant des dizaines de millions de personnes par des programmes de préparation aux catastrophes, de réduction des risques et de développement, la FICR est résolue à mener des actions et apporter des contributions décisives au plan local comme à l’échelle globale.

Dans cette optique, nous lançons aujourd’hui un cri de ralliement pour former la ‘Coalition du milliard pour la résilience’, une initiative visant à intensifier l’action communautaire et civique en faveur de la résilience.

Nous savons que la résilience émane des individus et des collectivités et devons nous engager à leurs côtés pour les aider à modeler leurs propres destinées. La réduction des risques et des vulnérabilités est un processus qui doit être pris en main, piloté et accompli par les citoyens de manière à générer des changements durables au sein de leurs communautés respectives.

Dans les dix années à venir, le but de la coalition consistera à amener au moins un membre de chaque foyer de la planète à prendre des mesures concrètes pour accroître la résilience communautaire. Tel est l’engagement spontané de la FICR au titre du nouveau cadre d’action pour la réduction des risques de catastrophe et des objectifs du développement durable.

Nous envisageons cette initiative comme un catalyseur pour la collaboration et le partenariat parmi un large éventail d’acteurs de la société civile, des pouvoirs publics, des secteurs privés et de l’éducation – en bref, de tous ceux qui souhaiteront participer à ce rassemblement de bonnes volontés, du niveau local à l’échelon mondial.

Pour conclure, je souhaite remercier très sincèrement au nom de la FICR la Représentante spéciale Margareta Wahlstrom pour son leadership et sa contribution à la réduction des risques de catastrophe, et dire ma conviction que, sous sa direction inspirée, nous accomplirons de grands pas vers un monde plus résilient.

Merci de votre attention.

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.