IFRC


Le secrétaire général de la FICR Elhadj As Sy réitère son appel à agir d’urgence et avec force pour enrayer l’épidémie d’Ebola. Le facteur temps est crucial.

Publié: 4 septembre 2014

Deux semaines après ma visite en Guinée et en Sierra Leone, la situation continue de se dégrader et rien ne suggère une inversion de tendance. Pour avoir un impact réel sur cette crise, il faut une mobilisation énergique et soutenue de toutes les parties – gouvernements, communauté internationale, organismes d’assistance, médias, partenaires du monde des affaires et de l’entreprise. Cette mobilisation doit être immédiate.

Nos Sociétés nationales et leurs volontaires sont en première ligne depuis le début de l’épidémie il y a six mois et ont pu ainsi observer la lente, mais constante détérioration de la situation. A ce jour, plus de 1900 personnes ont succombé à la maladie; l’espoir et l’optimisme ne sont plus d’actualité.

Tout au long des derniers mois, plus de 1700 volontaires de la Croix-Rouge se sont consacrés sans relâche à tout un éventail d’activités incluant la prise en charge des corps des victimes, la localisation des personnes ayant été en contact avec des malades, le soutien psychologique et l’éducation préventive au niveau communautaire. Leurs capacités ont atteint leur limite et ils sont littéralement épuisés.

Peur, ignorance et stigmatisation minent l’efficacité des efforts au plan local, alimentant un cercle vicieux qui ne pourra être brisé qu’à travers l’engagement durable de tous les partenaires, en étroite collaboration avec les communautés affectées. Deux éléments sont indispensables pour une réponse efficace.

Premièrement, cette bataille ne pourra pas être remportée si nous ne parvenons pas à dissiper, aux niveaux local, national et international, les idées fausses au sujet d’Ebola. Nous devons nous montrer plus énergiques dans la promotion des mesures préventives et des comportements requis pour protéger les gens et enrayer la propagation du virus. L’ignorance conduit à la panique ou à l’immobilisme; nous ne pouvons nous permettre ni l’une, ni l’autre.

Deuxièmement, nous devons encourager, inspirer et faciliter le degré de mobilisation national et international nécessaire pour combattre l’épidémie et relever ce défi sans précédent. Nul acteur isolé n’est en position de marquer des points décisifs dans la bataille; mais, ensemble, nous pouvons inverser le courant.

Les volontaires de la Croix-Rouge sont eux-mêmes originaires des villages qui se trouvent au coeur de la tempête, ils sont quotidiennement confrontés au fléau d’Ebola. Un lien étroit de confiance leur permet de travailler au sein de la communauté et, grâce à leur familiarité avec les mentalités et attitudes locales, ils sont en mesure de dissiper les peurs, les rumeurs et les idées reçues qui entourent la maladie. Ils peuvent accéder à des localités repliées sur elles-mêmes et fermées à toute intervention extérieure, y compris médicale, et y ensevelir les morts en ménageant à la fois la sécurité et la dignité, à défaut de rites funéraires traditionnels.

La FICR soutient sans réserve – et relaie activement – l’appel de Médecins Sans Frontières exhortant la communauté internationale à déployer de toute urgence dans la région des équipements pour les interventions lors de catastrophes biologiques, afin de permettre une riposte efficace à la crise.

Il est urgent également que nous redoublions d’efforts pour améliorer la communication sur les risques et la sensibilisation collective au niveau local.

Ensemble, nous devons apporter une réponse à la hauteur de la gravité de l’épidémie dans les pays touchés, et renforcer les mesures de prévention et de préparation dans les pays voisins. Pour cela, il nous faut plus de gens, plus d’argent, plus de ressources de toutes sortes. Et il nous les faut maintenant.

En deux semaines, la crise est devenue plus alarmante que jamais. Le facteur temps est crucial pour freiner et contenir la menace d’Ebola.

 

Pour plus d’informations, prière de s’adresser à:  

 

  • Benoit Carpentier, responsable de la communication, FICR, Genève

           Mobile: +41 79 213 24 13, Courriel: benoit.carpentier@ifrc.org

Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.