IFRC


«Je suis malade et je me sens seule. Mes enfants me manquent.»

Publié: 22 juillet 2015 9:00 CET

Gerald Bikombi, Société nationale de la Croix-Rouge Centrafricaine, et Nelly Muluka, FICR      

Fatimata, 66 ans, et mère de neuf enfants n'a pas vu les siens depuis plus d'un an. Elle ne sait non plus quand est-ce que ce sera possible de le faire. Avec son statut de personne déplacée interne (PDI), elle vit dans une enclave à Carnot dans la région ouest de la République Centrafricaine, suivant le début des violences persistantes en 2 013.

« Il y'a longtemps que mon mari nous a quitté, après quoi je suis allée m'installer chez mon fils ainé à Carnot. Dès lors, je vendais des produits au marché et utilisais les recettes pour nourrir et éduquer mes enfants. Toutefois, lorsque la violence a éclaté en 2013, le marché a été brûlé et complètement pillé. La maison de mon fils a aussi été détruite et la famille entière déplacée, » raconte Fatimata qui ajoute que c'est à cette période là qu'elle a vu ses enfants pour la dernière fois.

Pour cause du déplacement, Fatimata a rejoint près de 800 autres PDI dans une enclave où les familles affectées font face à d'innombrables défis, notamment le manque de nourriture, de vêtements, d'eau potable, d'accès aux soins médicaux, à l'insécurité et à la solitude à la suite des désintégrations des familles.

« Le fait de penser à mes enfants m'a infligé une dépression. Je suis malade et je me sens seule. Si mes enfants étaient ici, ils m'auraient remonté le moral malgré ma présente condition, » déclare Fatimata qui ajoute que la solitude la tourmente plus que sa maladie physique.

À Bangui, Harun, 62 ans, qui vit dans une enclave depuis décembre 2013 déclare aussi que son principal défi est la solitude. Nous l'avons rencontré pour la première fois en juillet 2014. À cette période là il croyait fermement qu'il pouvait se remettre avec ses quatre épouses et 25 enfants dans de brefs délais. Mais, un an plus tard, il attend toujours que cela se réalise.

« J'en n'en suis pas certain, mais je pense que ma famille s'est déplacée vers le Tchad. J'attends d'avoir des nouvelles d'eux depuis très longtemps, mais je n'ai reçu aucune information les concernant. Je suis malade, partiellement aveugle et je me sens seul, » conte Harun en ajoutant que la solitude l'a affecté mentalement et aggravé sa maladie.

Telles sont les histoires de nombre d'autres PDI à travers le pays. Selon l'évaluation de la Société nationale de la Croix-Rouge Centrafricaine, il existe au moins sept enclaves dans le pays, lesquelles se situent à Bangui la capitale, Yaloke dans le sud, Dekoa dans le centre et Carnot, Bouar, Bokarangoa et Boda dans l'ouest du pays.

Soutenue par la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), la Croix-Rouge centrafricaine continue de répondre aux besoins des familles les plus vulnérables touchées par le conflit dans plusieurs secteurs, notamment le soulagement, le logement, l'eau, l'hygiène et l'assainissement, et le soutien psychosocial. Les volontaires ont distribué des articles non alimentaires aux PDI dans les camps et celles dans la plupart des enclaves, Fatimata et Harun en bénéficiant aussi.

De l'avis de Modessi Waguendo, directeur de la gestion des catastrophes à la Société nationale, les besoins des familles touchées sont énormes et plus de soutien est nécessaire. « Nous avons mené des évaluations dans plus de dix préfectures au courant des mois de mai et juin, et il en ressort que les besoins des personnes affectées dans les enclaves, les camps de PDI et même les familles d'accueil sont énormes, » conte Waguendo. Il ajoute que les principaux domaines des besoins comprennent l'insécurité alimentaire, le manque d'accès à l'eau potable et au logement, étant donné que la plupart des maisons détruites attendent encore d'être reconstruites.

En septembre 2014, La FICR a révisé son appel d'urgence à la hausse à 10 millions de francs suisses pour apporter du soutien à 150 000 personnes touchées par l'insécurité permanente. L'appel est actuellement financé à 17 pour cent.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.