IFRC


La Croix-Rouge pleure la mort d’un volontaire en République centrafricaine

Publié: 12 mars 2014 6:00 CET

Mirabelle Enaka Kima, FICR

Patrick Matede, a volunteer with the Central African Red Cross SocietyPatrick Matede, un volontaire de la Croix-Rouge centrafricaine, a été attaqué et tué dans la maison de ses parents dans la nuit du dimanche, non loin du site où il avait été déployé pour fournir une assistance à des familles rendues sans-abris par la violence en cours dans son pays.

Ce matin n’est pas un jour comme les autres à la Croix-Rouge à Bangui. La tristesse se mêle aux pleurs; un lourd silence envahit le siège depuis que les volontaires ont appris la mort de Patrick.

Volontaire depuis plus de cinq ans et âgé de 36 berges, Pat, comme l’appelaient ses collègues, était un travailleur dévoué au niveau du comité local de la Croix-Rouge dans le 8ème district de Bangui. Quand la violence a éclaté en République centrafricaine au mois de décembre dernier, Patrick a été immédiatement déployé sur le terrain avec d’autres volontaires pour aider les personnes affectées par les combats. « L’équipe de Patrick le surnommait le ‘père des orphelins’. Il était toujours prêt à donner des conseils aux jeunes gens. Il était ouvert et particulièrement sensible aux souffrances des personnes vulnérables» explique sa femme Huguette, d’une voix à peine audible. «Je ne crois toujours pas que Patrick est mort. C’est comme un cauchemar pour moi» ajoute-t-elle, tout en gardant ses yeux fixés sur leur enfant de deux ans. Un regard de compassion et d’impuissance, car elle se rend compte que l’enfant sera privé de la protection de son père.

«Patrick était un volontaire courageux qui aimait servir les autres et qui travaillait de longues heures sans se plaindre. C’est à cause de ses qualités qu’il faisait partie de l’équipe de distribution de la Croix-Rouge sur le site de l’aéroport, où plus de 70’000 personnes ont trouvé refuge» explique Mounouyeda Michel, Président du comité local de la Croix-Rouge auquel Patrick appartenait.

La mort de Patrick Matede résulte de la violence aveugle qui sévit en République centrafricaine, où le meurtre est commis tous les jours. Aujourd’hui, Bangui revient progressivement à la vie,  l’université est rouverte et les gens commencent à retourner au travail. Cependant, beaucoup ont fui, dont quelque 34’000 personnes dans les pays voisins, accueillies dans des camps temporaires et surpeuplés.

Aujourd’hui, la Croix-Rouge centrafricaine est l’une des très rares organisations opérant dans toutes les localités du pays, soutenant les familles et fournissant une assistance en toute neutralité. Mais ce n’est pas suffisant et le soutien doit être renforcé d’urgence si la Croix-Rouge veut être sérieuse dans sa réponse.

«Aidez-nous à aider notre peuple» plaide Antoine Mbao Bogo, Président de la Croix-Rouge centrafricaine. «Notre responsabilité, à la mémoire des gens comme Patrick qui ont perdu leur vie à cause de cette violence, est de restaurer la dignité perdue des centrafricains. Nous avons besoin de construire un meilleur avenir pour nos enfants”

La Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge soutient la Croix-Rouge Centrafricaine afin qu’elle vienne en aide à 50’000 personnes touchées par la violence à travers un appel d’urgence. Les interventions comprennent la promotion de la paix, et la lutte contre la violence basée sur le sexe à travers le renforcement des efforts de communication et du plaidoyer aux niveaux national et communautaire.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.