IFRC


La FICR a reçu la subvention du Fonds mondial pour lutter contre le paludisme en République centrafricaine

Publié: 25 octobre 2013 14:48 CET

Katherine Mueller, FICR 

Malgré les statistiques sous-estimées, le paludisme reste la principale cause de morbidité et de mortalité en République centrafricaine (RCA). Selon Médecins Sans Frontières, plus de 60% des visites médicales sont liées à cette pandémie transmise par l’anophèle femelle.

Dans la partie nord-ouest du pays, le nombre de cas liés au paludisme a presque doublé l'année dernière, en partie à cause de l'insécurité causée par des groupes armés opérant dans la partie Nord du pays. Une récente étude de l’ONG Initiative Mentor indique que le paludisme a représenté 70% des décès d'enfants dans les hôpitaux non appuyés par des Organisations non-gouvernementales entre mai et juillet de cette année. Les enfants de moins de cinq ans restent les principales victimes du paludisme en Afrique, avec un total de plus de 650 000 victimes chaque année.

Selon M. Antoine Mbao Bogo, Président de la Croix-Rouge Centrafricaine, « Les gens meurent inutilement d'une maladie très préventive et curable. » Il poursuit en disant, « Il est impératif que nous intervenions maintenant pour soutenir les populations les plus vulnérables avant que cette crise du paludisme n'empire. »

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge (FICR) s'associe au Fonds mondial pour lutter contre le paludisme en République centrafricaine. En sa qualité de bénéficiaire principal de la subvention de 18.5 millions de francs suisses (20.5 millions de dollars des États-Unis) du Fonds mondial, la FICR distribuera plus de 2 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action à travers le pays, couvrant plus de 4 millions de personnes.

« Ce partenariat nous permettra au cours des deux prochaines années, d’atteindre chaque tranche de la population en RCA, à travers la distribution de Moustiquaires, » a déclaré M. Denis Duffaut, Représentant régional pour l’Afrique Centrale de la FICR . « Les populations pourront bénéficier de meilleurs diagnostics et des traitements appropriés. Ce qui est essentiel pour la réduction du taux de paludisme. »

Les récents bouleversements dans le pays suivis du renversement du gouvernement en mars, ont laissés plusieurs hôpitaux et des centres médicaux endommagés, sans équipement ou stock de médicaments. En conséquence, les milliers de personnes n'ont pas d'accès aux services sanitaires. Le risque de nouveaux affrontements a entrainé le départ de plusieurs agences humanitaires du pays, augmentant la vulnérabilité de la population.

« Grâce à notre réseau de volontaires vivant au sein des communautés, la Croix-Rouge est la mieux placée pour mettre en œuvre cette subvention, » a déclaré M. Yomba Eyamo Albert, Secrétaire Général de la Croix-Rouge centrafricaine. Il poursuit en disant « Nous travaillons pour étendre l’accès des populations vulnérables aux centres hospitaliers, à la prévention, au diagnostic et au traitement. Nous renforcerons aussi les collaborations entre les services sanitaires et les communautés. »




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.