IFRC

Croix-Rouge du Ghana : les récentes inondations ont permis de jauger le niveau de préparation

Publié: 20 novembre 2007 0:00 CET



La Croix-Rouge du Ghana figure parmi les Sociétés nationales mobilisées à la suite des inondations qui ont récemment dévasté l’Afrique occidentale. Pour en savoir plus sur la situation actuelle, Jean-Luc Martinage s’est entretenu avec Andrews Frimpong, secrétaire général de la Croix-Rouge du Ghana qui participe en ce moment à l’Assemblée générale de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève.

Quelle est la situation au Ghana maintenant que les eaux se sont retirées?
La situation s’est maintenant stabilisée, mais le Ghana a été durement touché par les inondations. En fait, cela a été une des pires catastrophes de l’histoire de notre pays. Dès que le niveau des eaux a commencé à grimper, nous avons mobilisé tous nos volontaires communautaires qui ont aussitôt aidé à évacuer en lieu sûr les personnes menacées. Toutefois, nos ressources étaient trop limitées pour faire face à un désastre d’une telle ampleur, aussi avons-nous rapidement demandé et reçu un soutien des bureaux de la Fédération internationale à Lagos et à Dakar. Une équipe régionale d’intervention en cas de catastrophe a été déployée, bientôt suivie par une équipe d’évaluation et de coordination de la Fédération. Le lancement d’un appel international nous a permis de fournir une assistance à quelque 60 000 bénéficiaires. L’appel a été largement couvert.

Quelles leçons avez-vous retirées de cette crise?
Nous nous sommes rendu compte que nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour être en mesure d’assumer pleinement une catastrophe aussi brutale et d’une telle envergure. Nous disposons d’un réseau important de volontaires, mais ils ne sont pas aussi bien équipés que nous le souhaiterions. C’est pourquoi il nous faut impérativement renforcer les capacités de notre Société nationale. Nous avons aussi pris conscience de la nécessité de coordonner plus étroitement notre action avec la Fédération internationale au plan régional, mais aussi avec d’autres partenaires comme le gouvernement et les agences des Nations unies.

Le programme des Clubs de mères est une autre activité essentielle de la Croix-Rouge du Ghana. Où en est-il aujourd’hui?
Les Clubs de mères sont en effet le programme vitrine de la Croix-Rouge du Ghana depuis longtemps déjà. Nos volontaires assurent une éducation de base en santé publique parmi les femmes de leurs communautés respectives. Ce programme contribue clairement à limiter la propagation de certaines maladies infectieuses, grâce à une bonne information et à la promotion de notions élémentaires d’hygiène. Il a d’ailleurs reçu une distinction nationale de l’UNICEF et du ministère ghanéen de la femme et de l’enfant. Nous aimerions le développer davantage encore et l’étendre à toutes nos sections locales, de façon à ce que chacune puisse offrir les mêmes services aux membres de sa communauté.

Quels sont les principaux défis pour les mois à venir?
En dehors du programme de relèvement consécutif aux inondations, notre priorité réside incontestablement dans la préparation en prévision de futures catastrophes naturelles ainsi que d’événements courants comme les accidents de la route, qui font chaque jour de nombreux morts au Ghana. Le VIH constitue un autre domaine prioritaire, d’autant que de nombreuses personnes vivant avec le VIH sont en butte à l’opprobre et à la discrimination. Au Ghana, il est souvent difficile de faire ouvertement état de sa séropositivité au VIH, aussi beaucoup de gens cachent-ils leur état, et l’opprobre continue ainsi à favoriser la propagation du virus. Nous devons faire davantage pour améliorer cette situation.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.