IFRC


Des mesures préventives pour freiner l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest

Publié: 15 avril 2014 14:49 CET

Moustapha Diallo, FICR

La fièvre Ebola, une maladie très contagieuse et mortelle, continue de faire des victimes en Afrique de l’ouest. Au 9 Avril dernier, on dénombrait près de 160 cas suspects, dont 101 décès en Guinée. Le virus qui s’est declaré pour la première fois dans les zones rurales de la Guinée s’est ensuite propagé à Conakry, la capitale, avant d’atteindre le Liberia voisin, où cinq décès ont été enregistrés. Au Mali, les autorités sanitaires enquêtent sur des cas suspects d’Ebola.

Les craintes soulevées par rapport à son éventuelle propagation ont incité le Sénégal, la Sierra Leone et la Côte d’Ivoire à renforcer leurs systèmes de surveillance épidémiologique, et de nombreuses organisations internationales d’aide, comme la Croix-Rouge, à redoubler d’efforts pour lutter contre la propagation de la maladie, en débloquant des fonds d’urgence et à déployer des équipes de santé dans la région.

«Bien qu’il n’y ait pas de traitement ou de vaccin pour la maladie à virus Ebola, sa propagation peut être évitée», explique Aliou Boly, responsable des programmes de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) en Guinée. «C'est la première fois qu’une épidémie d’Ebola se déclare en Afrique de l’Ouest, donc il ya beaucoup d’idées fausses et de rumeurs qui circulent. Par exemple, que la maladie se propage dans l’air. La Croix-Rouge, grâce à nos volontaires qui sont dans le communautés, jouent un rôle actif en fournissant des informations précises et des conseils sur la façon de se protéger et de prévenir la propagation de la maladie»

En Guinée, où les premiers cas ont été signalés, les volontaires de la Croix-Rouge organisent des campagnes d’éducation et de sensibilisation dans les communautés les plus à risque pour enseigner aux gens comment prévenir la propagation de la maladie, tout en essayant de réduire la peur et la stigmatisation qui y sont associées. Ils sont également impliqués dans la désinfection des maisons de cas confirmés, la gestion des dépouilles mortelles, l’identification et le suivi de ceux qui ont été en contact avec des cas suspects et la fourniture du soutien psychosocial aux familles touchées. Au Libéria voisin, la Croix-Rouge est également en train de former et de mobiliser les volontaires dans les comtés les plus à risque.

Utiliser la technologie pour atteindre les communautés

En Sierra Leone, un pays frontalier avec la Guinée au nord-est, et où aucun cas suspect d’Ebola n’a été identifié pour le moment, la Croix-Rouge, en collaboration avec le Ministère de la santé et Airtel, utilise un système innovant appelé l’application des secours d’urgence Trilogy (TERA-Trilogy Emergency Relief Application) afin de prévenir la propagation du virus Ebola.

Dans une démarche proactive, la Société Nationale utilise la messagerie SMS pour sensibiliser les communautés sur la maladie d’Ebola dans les quatre districts partageant des frontières avec la Guinée.

«Dans un court laps de temps, nous avons atteint un grand nombre de personnes en leur fournissant des informations vitales sur le virus Ebola» souligne Abu Bakarr Tarawellie, Secrétaire général adjoint en charge de la communication et de mobilisation des ressources à la Croix-Rouge de Sierra Leone.

Lancé il y a deux semaines, la Croix-Rouge et Airtel ont, à ce jour, atteint plus de 2 millions de personnes. Cette nouvelle experience fait suite à une campagne réussie durant une épidémie de choléra en Sierra Leone, l’année dernière, au cours de laquelle la Croix-Rouge a utilisé les SMS du système TERA pour fournir aux populations les connaissances et les outils dont elles ont eu besoin pour se protéger et protéger leurs familles. Le résultat a été une réduction drastique du nombre de cas de choléra.

La Croix-Rouge a lancé des opérations d’urgence dans quatre pays en réponse à l’épidémie d’Ebola. Deux autres opérations devraient être lancées la semaine prochaine. En Guinée, la FICR a un appel d’urgence de 1,292,372 de francs suisses pour soutenir plus de 3 millions de personnes dans les communautés à risque à Conakry, Guéckédou, Macenta, et Kissidougou. Des fonds ont également été débloqués à travers le Fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe pour soutenir les activités de sensibilisation dans les pays voisins comme le Libéria, la Sierra Leone et le Sénégal.

 




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.