IFRC


A la rencontre avec Alfouseyni Dicko, le volontaire de la Croix-Rouge qui a suivi et identifié un cas d’Ebola au Mali

Publié: 31 décembre 2014 7:30 CET

Par Moustapha Diallo, FICR

Alfouseyni Dicko a 35 ans. Il est marié et a quatre enfants, trois filles et un garcon. Il est volontaire à la Croix-Rouge malienne depuis 2009 et a été trés actif dans de nombreuses opérations d’urgence, apportant un soutien aux populations affectées par les crises alimentaires, le choléra, les inondations et les situations de conflit.

“Je ne peux rester les bras croisés pendant que ma communauté souffre” souligne Dicko. “La Croix-Rouge me donne l’occasion de faire une différence dans la vie des gens.”

Quand l’épidémie d’Ebola a été confirmée en Guinée, un pays voisin du Mali, Dicko a été parmi les 580 volontaires formés par la Croix-Rouge malienne pour mener des activités de préparation. Maintenant que l’épidémie a touché son pays, il fait partie des 74 volontaires formés sur le suivi des contacts et mobilisés dans le suivi de quelque 288 personnes qui ont été en contact avec le viel homme décédé d’Ebola à Bamako.

“J’ai d’abord supervisé une famille de 50 personnes pendant 21 jours, la période d’incubation du virus, pour m’assurer que tout cas suspect d’Ebola est rapidemment identifié, isolé et traîté. Après que ces personnes aient été libérées, j’ai rejoint une autre équipe pour suivre une autre famille de 42 personnes” explique Dicko.

C’est pendant qu’il suivait la deuxième famille que Dicko avait remarqué que Yacouba, un jeune homme de 18 ans, avait une forte fièvre avec une température de 40 degrés. En plus il avait l’air trés fébrile. Il informa alors son superviseur, mais avant qu’une équipe médicale ne soit envoyée pour le transporter au centre de traitement Ebola (CTE), Yacouba avait déjà demandé à son ami de l’y conduire.

“Yacouba avait peur de contracter Ebola car son demi-frère ainsi que sa mère ont été térassées par cette maladie. En allant lui-même au CTE, Yacouba avait peur aussi d’être stigmatisé par ses voisins” explique Dicko.

Une fois au CTE, le test effectué sur Yacouba se révèla positif. Il est alors hospitalisé afin de bénéficier d’un traitement précoce. Après 16 jours d’hospitalisation, il finit par gagner le combat contre Ebola et devient ainsi le deuxième malade à guérir de cette térrifiante maladie, au Mali.

“J’étais heureux d’avoir identifié rapidement le cas Yacouba. Cela a permis d’éviter une nouvelle flambée d’infections” explique Dicko.

Yacouba est maintenant sorti de l’hôpital et Dicko l’a même appelé du moment qu’ils sont devenus amis. “je vais lui rendre visite” explique Dicko, souriant, “mais cette fois-ci sans mon thermoflash.”

 




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.