IFRC

Mauritanie: Jardins potagers dans la chaleur du désert

Publié: 2 mai 2013 19:06 CET

Par Katherine Mueller, la FICR

Il fait chaud et le soleil de midi brûle ardemment le sable. Kilomètre après kilomètre, pas un seul plan d’eau en vue. Seules quelques carcasses d’animaux pourrissent sur le côté latéral de la route. Pourtant, au milieu de cette rudesse du climat désertique, au sein d'un groupe de communautés, poussent des tomates, des oignons et de la pastèque.

C'est en Mauritanie, un pays de l’Afrique de l’Ouest avec quelque trois millions d’habitants, dont plus d’un tiers souffrent de pénuries alimentaires. La région du Brakna, dans le sud, a les taux de malnutrition les plus élevés dans le pays, en particulier chez les enfants de moins de cinq ans.

Quand la sécheresse de l’année dernière a détruit les cultures et entrainé la flambée des prix des denrées alimentaires, le Croissant-Rouge Mauritanien (CRM) et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) ont réagi en adoptant une double approche, dans laquelle les secours d’urgence sont associés à des stratégies à long terme visant à réduire les risques futurs et à renforcer la résilience.

«Cette approche a réussi parce que nous avons impliqué dès le début les communautés», explique Dennis Bariyanga, Gestionnaire des opérations de sécurité alimentaire à la FICR «Nous avons développé ensemble un plan, puisant dans les connaissances locales. Ensuite, nous avons apporté l’expertise technique pour aider à atteindre nos objectifs »

Les résultats comprennent la mise en place de 28 coopératives de femmes, qui ont reçu des semences et des légumes ainsi que de la formation sur la façon de cultiver des produits qui peuvent résister aux conditions extrêmes du climat désertique. Trois puits ont été réhabilités et équipés de panneaux solaires, ce qui permet de répondre plus facilement aux besoins en eau des personnes, des jardins et du bétail. Les jardins sont aujourd'hui florissants, les femmes vendent des produits sur le marché, et générent des revenus pour leurs familles qui l'année dernière n’en tiraient aucun profit. Et les agriculteurs, après l’utilisation des semences améliorées, des outils et des techniques agricoles, ont cette année récolté 90 tonnes de sorgho par rapport aux 14 tonnes de l’année dernière.

Lors d’une visite dans la région de Maghta Lahjar, le Président de la FICR, Tadateru Konoé a aidé à distribuer des chèvres à des familles dont les jeunes enfants souffrent de malnutrition. Des chèvres femelles sont remises, car elles peuvent produire beaucoup de lait riches en vitamines pour les enfants. Depuis le lancement du programme, le taux de malnutrition a diminué, a baissé de 9 pour cent au cours de l’année écoulée. «Je suis très impressionné par ce que je vois», a déclaré le Président Konoé. "Ces efforts combinés produisent des communautés plus saines et des enfants sains. Cependant, il y a encore beaucoup à faire. Les besoins restent immenses. "

Les programmes de sécurité alimentaire de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le Sahel ont aidé près de 700’000 personnes. Une réalisation qui semble modeste quand des millions de personnes souffrent encore du manque de nourriture. Ce n'est pas une question à laquelle la Croix-Rouge Croissant-Rouge peut s'attaquer à elle toute seule. «Notre rôle est d’aider et de compléter. Le vrai changement viendra des communautés elles-mêmes », a déclaré le Président Konoé. «Nous allons promouvoir une utilisation flexible du financement et de nouveaux partenariats avec les secteurs public et privé. Et les gouvernements doivent aussi être tenus responsables. J’appelle les dirigeants politiques de la région du Sahel à accroître les investissements dans l’infrastructure communautaire et des services sociaux et de soutenir davantage leurs Sociétés nationales afin qu’elles puissent remplir leur rôle d’auxiliaire des pouvoirs publics ».

Pour ceux qui ont déjà reçu de l‘aide, les résultats sont plus que tangibles. En Mauritanie, une femme a mis ses mains rugueuses sous l’eau courante pour la première fois, «Cette eau va faciliter ma vie et adoucir mes mains. Vous m’aidez à redevenir une femme »




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.