IFRC


Aider les rescapés d’Ebola à survivre en Sierra Leone

Publié: 23 mars 2015 8:00 CET

Lisa Pattison, FICR

Nul doute qu’au moment de franchir la porte de sortie d’un centre de traitement d’Ebola pour n’y plus revenir, les patients guéris doivent éprouver une certaine euphorie. Contre toute attente, ils ont survécu à cette maladie extrêmement contagieuse et si souvent mortelle. Néanmoins, l’avenir reste sombre pour beaucoup d’entre eux qui ont perdu leur soutien de famille, voire leur famille toute entière, et dont les biens ont été détruits, brûlés ou aspergés de solution chlorée pour limiter la propagation du virus.

Afin de faciliter la réintégration des rescapés au sein de leurs communautés, la Croix-Rouge de Sierra Leone distribue à tous les patients qui quittent les centres de traitement ainsi qu’aux foyers qui accueillent des orphelins d’Ebola des assortiments de secours comprenant matelas, vêtements, nourriture, argent, articles d’hygiène, ustensiles ménagers et préservatifs.

N’mah Sesay a reçu un assortiment de secours après sa sortie du centre de traitement d’Ebola à Port Loko. Neuf de ses proches ont été contaminés par un malade qui avait rompu la quarantaine dans un village voisin et s’était réfugié auprès d’eux. Bien que la famille de N’mah ait renvoyé le malade dans son village, le mal était fait. Trois des personnes infectées ont survécu, mais on ignore le sort des autres. Tous ont perdu leurs biens dans les procédures de décontamination.

«Je suis la personne la plus heureuse du monde, maintenant que j’ai reçu tous ces secours. Tous mes biens avaient été brûlés», déclare N’mah Sesay en recevant son assortiment. «Tout cela sera précieux pour redémarrer.»

De fait, cette aide permet aux rescapés de tenir le coup, le temps de récupérer des forces et de surmonter le stress résultant de leur terrible bataille contre l’une des maladies les plus meurtrières au monde. «Les assortiments de secours aident les rescapés à repartir du bon pied après avoir perdu des proches et toutes leurs possessions», confirme Cherner B. Kamara, volontaire de la Croix-Rouge spécialisé dans le soutien psychosocial. «Ils se sentent souvent complètement perdus. C’est pourquoi cette assistance de la Croix-Rouge est si précieuse.»

Avant que le patient ne quitte le centre de traitement, des volontaires formés au soutien psychosocial visitent sa communautés afin de préparer son retour en expliquant qu’il est à présent complètement rétabli et n’est plus du tout contagieux. Ces visites sont l’occasion pour les membres de la communauté de poser des questions et de faire part de leurs inquiétudes, un processus qui favorise une meilleure acceptation du retour des patients guéris. Par la suite, les volontaires continuent de rendre régulièrement visite au patient afin de s’assurer qu’il se réadapte bien et de régler les éventuels problèmes auxquels il se heurte parmi son entourage.

N’mah a été bien accueillie à son retour et elle espère revoir un jour ses proches dont le sort reste aujourd’hui encore ignoré.

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a publié un appel d’urgence révisé (revised emergency appeal) de 41 millions de francs suisses en vue de toucher plus de 11 millions de personnes qui pourraient être affectées par l’épidémie d’Ebola en Sierra Leone. Au total, l’organisation a lancé 16 opérations en réponse à l’épidémie en Afrique de l’Ouest, au profit de 39 millions de personnes. Pour plus de détails sur la riposte Croix-Rouge à Ebola, visitez la page www.ifrc.org/ebola-crisis.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.