IFRC


Les conditions climatiques changeantes prennent au dépourvu des villageois dans le nord du Soudan

Publié: 26 février 2014 7:20 CET

Nelly Muluka, FICR  et Sammy Mahdi, Croissant-Rouge Soudanais

«Nous avons vécu pendant de nombreuses années dans cette localité, avec des agriculteurs pratiquant l’irrigation en utilisant l’eau du fleuve du Nil » explique Mustarifa Mohammed, un habitant de la localité d’Al Burgeg, située dans l’Etat du Nord, au Soudan. «Pour nous, la pluie est comme ‘un étranger’ et on peut rester des années pour en recevoir».

Ainsi, lorsque de fortes pluies et des crues soudaines ont commencé  à inonder leurs villages en août dernier, c’était totalement inattendu.

«D’abord, l’eau souterraine a commencé à s’infiltrer dans nos maisons à travers le plancher. C’était bien avant les crues soudaines. Nous avions peur car cela affaiblissait la structure des murs de nos maisons, nous indiquant que ce n’était qu’une question de temps pour que nos maisons s’effondrent par la suite», explique Mohammed.

« Nous avons été pris au dépourvu car nous n’avions pas connu de pluie depuis des années. Le flot des eaux était tellement intense que notre maison, qui était déjà affectée par l’eau souterraine, s’est effondrée en quelques minutes» ajoute-t-il.

Ismail Ata, un autre habitant d’Al Burgeg, a vécu dans une ferme, que possède sa famille depuis plus de 40 ans. Mais quand les fortes précipitations sont venues, tout a été détruit. Il arrive difficilement à comprendre le phénomène causé par l’eau souterraine et les crues soudaines.

«J’ai vécu ici pendant sept ans et il ne pleuvait guère. Nous avons tous été choqués quand l’eau souterraine a soudainement commencé à s’infiltrer à travers les planchers de nos maisons » explique Ata.

Sa plus grande crainte est que l’eau peut affecter l’agriculture, en particulier les dattiers. Il dit que ces arbres n’ont pas besoin d’une grande quantité d’eau et que les crues soudaines, combinées à l’eau souterraine, ont anéanti des fermes. Il attribue ce nouveau phénomène au changement climatique, en ajoutant que les familles ont vécu ici depuis les années 40 et que la problèmatique des variations climatiques est un fait nouveau et préoccupant pour ces familles.

C’est également une préoccupation au sein du Croissant-Rouge Soudanais (CRS), qui travaille maintenant à s’assurer que les familles à Al Burgeg apprennent à mieux se préparer pour faire face aux futurs changements météorologiques.

«Ces programmes de réduction des risques de catastrophe aideront ces communautés, car elles n’ont aucune expérience dans la gestion des crues soudaines ou fortes pluies», explique Sammy Mahdi, Directeur régional au Croissant-Rouge Soudanais. «Comme la plupart de ces familles sont des agriculteurs, les programmes vont leur apprendre à adopter d’autres mécanismes d’adaptation dans le but de construire des communautés plus résilientes».

Selon les évaluations de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans l’Etat du nord, au moins 816 maisons et latrines dans la localité d’Al Burgeg sont restées totalement effondrées depuis les crues soudaines de l’année dernière, alors que 672 autres restent partiellement endommagées. Dès le début de la catastrophe, l’équipe de la  branche de Dongola du CRS a aidé les familles touchées à travers des opérations d’évacuation, les premiers soins et le soutien psychosocial.

La Société Nationale travaille également avec d’autres intervenants pour aider les familles les plus vulnérables dans les Etats les plus touchés à travers des activités de reconstruction et de réhabilitation.

Sur la base des résultats de l’évaluation conjointe, le CRS et la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ont révisé leur appel d’urgence, et cherchent maintenant 7’384’813 francs suisses pour soutenir au moins 75’000 personnes dans les Etats  les plus affectés à travers des services liés à la santé, l’eau et l’assainissement, le relèvement, les abris d’urgence, les articles non alimentaires et le soutien psychosocial. (Sudan floods revised emergency appeal)




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.