IFRC

Inondations au Togo : Une aide pour redonner espoir aux victimes

Publié: 1 octobre 2008 0:00 CET

Moustapha Diallo, International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies, in Togo

Comme la plupart des autres villages de la région des plateaux, Aviyémé porte encore les stigmates des sévères inondations qui ont frappé le Togo. Malgré le retrait des eaux, le décor reste par endroits, désolant. Des cases effondrées, des amas de briques et de tôles de zinc jonchés  par terre, quelques toits de chaumes en décrépitude, des champs de maïs, principale nourriture des populations, entièrement dévastés.

Au Togo, les inondations ont affecté au total, plus de 7000 familles et occasionné le déplacement de plus de 1600 autres, principalement dans les régions des plateaux et maritime. Neuf ponts ont été détruits par les fortes précipitations, rendant difficile par moment, l’acheminement de l’aide dans certaines communautés. Aujourd’hui, les populations ont pour la plupart regagné leurs maisons après s’être refugiées temporairement chez des voisins ou dans des écoles.

A l’instar des autres localités sinistrées, Aviyémé panse ses blessures. Pour de nombreux habitants, l’heure est à la reconstruction. Et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge les accompagne dans cette opération.

Distributions

Avec le concours des volontaires de la Croix-Rouge togolaise, elle a distribué de l’aide aux familles sinistrées. Chaque famille a reçu une couverture, deux nattes, du savon, des ustensiles de cuisine, un jerrican, des pots, une moustiquaire imprégnée, des kits d’hygiène et des flacons pour purifier l’eau de boisson.

Au total, prés de 1500 familles togolaises ont reçu cette aide.  Au Benin, elles sont plus de 500 familles à l’avoir reçue. Cette opération a été financée grâce à l’appel d’urgence révisé d’un montant de 1,08 million francs suisses (EUR 670 000/ US$ 983 000), lancé par la Fédération internationale pour répondre aux inondations au Togo et au Benin mais aussi à des opérations d’urgence de moyenne importance dans d’autres pays de la région.

« Cette assistance est inestimable pour nous. C’est la première fois que nous recevons quelque chose depuis les inondations », explique Didier Todjro, un habitant d’Aviyémé.

Il cherche encore difficilement les mots pour décrire le cauchemar qu’il a vécu ainsi que plusieurs autres membres de son village. « Il a plu sans répit pendant des heures et le village s’est subitement transformé en une immense mare. Nous avions l’eau jusqu’aux genoux », témoigne t-il.

Didier Todjro travaillait comme manœuvre dans une carrière située à un kilomètre de chez lui, au moment des faits. « J’étais obligé de braver les eaux pour aller secourir ma famille. Arrivé sur place et avec l’aide des volontaires de la Croix-Rouge, nous n’avions malheureusement pu sauver que le matelas et le téléviseur  avant que la maison ne s’écroule», explique t-il.

Destructions

Tous les autres biens de cette famille modeste ont disparu ainsi que leur maison de deux pièces, devenue un amas de pierres, de bois et de tôles de zinc. Les champs de maïs n’ont pas été épargnés par le déluge. Didier Todjro est actuellement hébergé avec sa femme et ses deux enfants par son grand-frère, plus chanceux.

« Parler de cette catastrophe représente pour moi une sorte de thérapie, mais aussi un témoignage de reconnaissance envers les volontaires de la Croix-Rouge qui nous ont beaucoup assisté », dit-il.

De nombreuses familles sont plongées dans le désarroi à cause des inondations, mais pour Koffi Egah, Secrétaire Général de la Croix-Rouge togolaise, les dégâts auraient pu être pires sans les informations météorologiques diffusées par les volontaires en direction des populations.

« Certaines communautés alertées à temps de l’arrivée de fortes précipitations ont pu mettre à l’abri leurs biens. D’autres ont préféré quitter leurs habitations pour s’installer dans des zones à moindre risque », explique t-il. 

Toute la région touchée

Cette année, de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre ont subi des inondations, à des degrés divers. Elles ont déjà affecté 29 680 familles (soit 148 000 personnes), provoqué le déplacement de 3540 autres et coûté la vie à 49 personnes. Dans tous les pays touchés, les volontaires de la Croix-Rouge ont été mobilisés pour apporter une assistance aux victimes.

Les dégâts causés par les récentes inondations au Cameroun et au Tchad ont amené la Fédération internationale à lancer un appel d’urgence de 438,118 francs suisses (398,289 US$ ; 271,280 euro). Les fonds recueillis permettront de venir en aide à 4 236 familles (21 180 bénéficiaires) dans ces deux pays. Pour répondre aux besoins immédiats des sinistrés, la Fédération a déjà débloqué 46,402 francs suisses de son fonds d’urgence de réponse aux catastrophes (DREF).

Elle avait auparavant distribué quelques articles de première nécessité aux populations grâce à son stock d’urgence installé à Yaoundé, suite aux informations météorologiques faisant état d’un risque de graves inondations en Afrique de l’Ouest et du Centre




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.