IFRC

La résilience des volontaires à l’épreuve de l’ouragan

Publié: 6 novembre 2012 10:30 CET

Quand l’ouragan Sandy a balayé Cuba, de nombreux volontaires communautaires de la Croix-Rouge engagés en première ligne dans les opérations de secours ont eux-mêmes subi de lourdes pertes matérielles. Avec plus d’un million de personnes affectées, le relèvement réclamera beaucoup de temps et d’efforts.

Dans la province de Santiago – une des plus cruellement éprouvées – 94% des volontaires mobilisés dans le cadre des secours ont été personnellement touchés par la catastrophe, quantité d’entre eux ayant à déplorer d’importants dommages dans leurs habitations. Dans bien des cas, ils sont aujourd’hui dépendants de l’hospitalité d’amis ou de parents.

Rafael et Cito Provenza vivent à Herrera dans la province d’Holguin, elle aussi durement frappée par l’ouragan. Cito est volontaire communautaire à la Croix-Rouge cubaine et a suivi plusieurs formations au sein de la section locale. Avant que Sandy ne touche terre, il s’attendait à un impact limité. «Nous pensions que la tempête apporterait simplement de fortes pluies et n’étions donc pas vraiment inquiets», raconte-t-il à l’équipe d’évaluation. «Mon père Rafael était tout seul à la maison, car nous étions partis nous occuper de nos deux jeunes soeurs.»

Cito explique que son père, âgé de 77 ans, s’est abrité sous un matelas quand l’ouragan a commencé à ravager l’habitation. «La maison a été littéralement soufflée, mais, par chance, mon père a été protégé par son matelas et par le seul mur resté debout.»

Selon un des volontaires qui a participé à l’évaluation initiale, c’est un miracle que Rafael n’ait pas été tué.

Maintenant que la tempête est passée, il s’agit de déblayer les gravats et de réparer les dégâts. L’air bourdonne du bruit des scies et des marteaux. Avec ses camarades volontaires et d’autres membres de la communauté, Cito s’emploie à aménager un abri provisoire pour ses poules, une source de revenus importante pour sa famille et qui sera vitale pour se relever de la catastrophe.

Comme tant d’autres familles cubaines, les Provenza ont en effet pratiquement tout perdu et il leur faudra beaucoup de temps et d’efforts pour se remettre sur pied. Heureusement, les communautés sinistrées pourront compter sur leur forte tradition de solidarité et d’entraide pour relever les nombreux défis qui les attendent.

Luis Foyo Ceballos, directeur général de la Croix-Rouge cubaine, souligne que les volontaires se sont dépensés sans compter pour assister les personnes les plus démunies en dépit des difficultés auxquelles ils étaient eux-mêmes confrontés. «Nos volontaires ont travaillé sans relâche depuis le passage de l’ouragan en faisant abstraction de leurs propres problèmes. Leur abnégation est pour nous tous un motif de fierté», commente-t-il.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.