IFRC


Catastrophes silencieuses : les inondations exacerbent les difficultés de communautés vulnérables en Equateur

Publié: 6 mars 2013 14:40 CET

Enrique Guevara à Panama

Dans les Andes, en Amérique du Sud, on enregistre fréquemment des précipitations très abondantes qui peuvent avoir de sérieuses conséquences pour les habitants et leurs moyens de subsistance. Mais la régularité de ces phénomènes fait qu’ils sont souvent passés sous silence ou qu’ils ne retiennent guère l’attention du public.

Au début de 2012, l’Equateur a été frappé par une série de violentes tempêtes qui ont entrainé de dramatiques inondations et glissements de terrain. Les volontaires de la Croix-Rouge sont immédiatement intervenus dans les provinces les plus durement touchées où ils ont participé aux opérations de sauvetage et d’évacuation des sinistrés, assuré des soins préhospitaliers et des services de soutien psychosocial, et évalué les dommages et les besoins.

Teresa Basurto est mère de trois enfants. Le plus jeune a 14 ans et poursuit ses études à plus de 300 km du domicile familial, à La Armenia; les deux aînés sont mariés et ont eux aussi quitté le foyer. Lors d’une de ces tempêtes, la maison de Teresa a été complètement inondée et elle a perdu ses réserves de riz, ses poules et ses cochons, les trois principales sources de revenus de la famille.

L’habitation, bâtie en cannes et couverte en zinc, a heureusement résisté aux intempéries, mais Teresa a été invitée à s’installer ailleurs en attendant que le temps se calme, en raison du risque de nouvelles inondations. Cette période, durant laquelle Teresa a logé chez des parents, s’est prolongée un mois et demi.

Sans emploi, elle s’est alors retrouvée dans une situation critique, mais, grâce à des amis qui lui ont donné des semences de riz, elle a pu se remettre au travail. Pour Teresa, retrouver au moins une source de revenus était absolument vital.

Son cas est loin d’être unique. Selon le Secrétariat national pour la gestion des risques, les intempéries ont affecté plus de 121 000 personnes, dont plus de 7340 ont dû évacuer leur habitation et chercher refuge dans des abris d’urgence ou auprès de membres de leur famille. Les inondations ont cruellement endommagé ou détruit quantité de maisons, d’écoles, de routes, de ponts et autres éléments d’infrastructure. 

Avec l’appui de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des fonds du département de l’aide humanitaire et de la protection civile (ECHO) de l’Union européenne, la Croix-Rouge équatorienne a fourni aux sinistrés une aide alimentaire et des articles d’hygiène, et diffusé des messages de prévention et de promotion de la santé parmi des communautés des provinces côtières de Manabi, Los Rios et Guayas.

L’impact des tempêtes sur l’agriculture a sérieusement compromis la capacité des populations affectées à se relever de la catastrophe. Rodolfo Carriel vit à Bebo, dans le district de Salitre. Ce paysan a une longue expérience des inondations, mais la violence des intempéries de 2012 a pris tout le monde de court. 

Quand la tempête est arrivée, Rodolfo était au Comité communautaire de Salitre, occupé à faire face au plus pressant avec ses collègues. Sous la violence des éléments, un mur de 20 mètres s’est effondré, causant une inondation massive qui a ravagé les récoltes et tué toutes les bêtes de la famille. «Nous nous sommes retrouvés dans un dénuement complet», raconte-t-il.

Parallèlement aux efforts d’aide d’urgence, la Croix-Rouge a entrepris de préparer les communautés affectées à faire face aux risques sanitaires couramment associés aux inondations, comme les flambées de dengue. «Je suis profondément reconnaissant à la Croix-Rouge, car son assistance est venue à point nommé», commente Rodolfo.

Teresa craint que sa communauté ne soit pas suffisamment préparée si les intempéries s’avèrent aussi violentes cette année. Toutefois, grâce aux programmes mis en place par la Société nationale avec le soutien de la FICR et d’ECHO, les gens sont au moins conscients des risques et des précautions à prendre pour en limiter l’impact.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.