IFRC


Partager l’eau en Haïti, cadeau de la vie

Publié: 6 décembre 2016 23:02 CET

Par Kate Roux

 

Suite aux dégâts causés par le passage de l’Ouragan Matthew en Haïti en octobre 2016, la Croix-Rouge dominicaine a mobilisé, entre autres,  29 membres, des équipés de trois camions et cinq stations de traitement d’eau au niveau de la frontière haïtiano-dominicaine. Ils y sont restés pendant quatre semaines afin de  distribuer plus de 700 000 litres d’eau potable aux communautés affectées par l’ouragan.

 

“Quand l’ouragan a frappé, nous savions que l’eau potable serait vitale pour le peuple haïtien et que les capacités de la Croix-Rouge haïtienne pourraient être dépassées à ce niveau” a expliqué Gustavo Lara, directeur exécutif de la Croix-Rouge dominicaine. “Nous avons déjà 29 stations de traitement d’eau potable à envoyer de l’autre coté de la frontière, et les équipes formées pour les utiliser, savent aussi comment enseigner aux communautés les bonnes pratiques d’hygiène.’’   

 

L’eau que les Dominicains distribuent est d’une grande importance pour les Haïtiens frappés par l’ouragan Matthew. Des sources fiables d’eau potable réduisent la propagation du choléra et d’autres maladies liées à la qualité de l’eau, de plus, cela permet de réaliser les tâches quotidiennes comme la cuisine, le nettoyage et la lessive.  

 

Les Dominicains comprennent aussi le contexte Haïtien. Le trajet  de la capitale  Santo Domingo à Port-au-Prince dure seulement six heures en voiture. En 2004 les deux pays étaient sévèrement affectés par des inondations. De 2004 à 2007 l’Union Européenne a fourni des fonds pour une intervention d’urgence, se focalisant spécialement sur l’eau et l’assainissement. Plusieurs unités d’intervention d’urgence en eau étaient déployées en République Dominicaine et en Haïti pour assister des milliers de personnes.

 

Après les inondations en 2007, la Fédération Internationale et la Croix-Rouge espagnole ont reçu un financement de l’Union Européenne pour réhabiliter et adapter les unités d’urgence en eau, en unités d’eau durables et gérées localement par des équipes de soutien technique. Elles étaient stationnées en République Dominicaine afin  de renforcer la capacité locale pour des interventions d’urgence à l’avenir. Comme résultat de cet investissement, quand l’ouragan Matthew a frappé Haïti, tout était prêt pour un  déploiement rapide.

 

Jose Dipre est un expert technique en eau et assainissement qui travaille avec la Croix-Rouge dominicaine. Il dirige l’équipe qui opère sur le terrain en Haïti depuis le 12 Octobre. “Dans Les Cayes nous avons travaillé avec le comité régional. C’était un grand moment de satisfaction pour nous après avoir purifié les premiers 3 000 litres d’eau,” a-t-il expliqué. “Nous avons travaillé très dur pour atteindre cet objectif. Les membres de la Croix-Rouge locale présents aussi savent maintenant comment faire avancer le projet sans notre assistance,” a-t-il dit.

 

Jose et son équipe, avec la Croix-Rouge espagnole, produisent de l’eau pour environ 2 244 familles ou  11 220 personnes à Camp-Perrin  et à Anse d’Hainault. La pluie rend souvent la tâche difficile pour les camions qui distribuent l’eau dans certaines zones, mais ils arrivent quand même à atteindre ces endroits qui sont extrêmement isolés et qui ont désespérément besoin d’aide, comme Les Irois et Anse d’Hainault.

 

En 2015, la Croix-Rouge dominicaine et la Croix-Rouge haïtienne ont signé un accord de coopération bilatéral. L’accord de coopération donne le moyen aux deux Sociétés Nationales de continuer à partager leur expertise mutuelle, donc les lacunes peuvent être comblées avec efficience et efficacité lors de la réponse  à une catastrophe comme Matthew.

 

“Les investissements dans les ressources locales, comme nous l’avions vu dans le support mutuel des Sociétés Nationales de la  République Dominicaine et d’Haïti,  peuvent faire une énorme différence sur le long terme,” a expliqué Ines Brill, chef du groupe des pays pour la Fédération Internationale en Haïti, République Dominicaine et Cuba. “C’est le type de model de réponse humanitaire aux urgences que nous avions discuté au Sommet Humanitaire Mondial un peu plus tôt cette année, et en voyant le succès ici aujourd’hui, la Fédération Internationale va continuer à soutenir ce programme dans les années à venir.”




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.