IFRC

Croix-Rouge de la Jamaïque : un rôle de pionnier pour les programmes VIH-sida dans les Caraïbes

Publié: 23 novembre 2009 0:00 CET

Gennike Mayers, IFRC

Quand le premier cas de VIH/sida a été diagnostiqué en Jamaïque en 1982, la Société nationale de la Croix-Rouge a été invitée par le ministère de la Santé à s’associer à ce qui allait devenir le Comité national contre le sida. En tant que membre fondateur de cet organisme, la Croix-Rouge de la Jamaïque a fourni une assistance au nombre croissant d’individus infectés par le VIH et a contribué à l’élaboration de stratégies efficaces pour combattre la pandémie.

A l’époque, le poids de l’opprobre et de la discrimination était très lourd et les connaissances sur le syndrome très médiocres. C’est dans ce contexte que la Croix-Rouge de la Jamaïque a développé un concept novateur intitulé “Un endroit sûr”.

“Les personnes infectées par le virus n’osaient pas révéler leur séropositivité, c’est pourquoi nous avons pensé qu’il fallait qu’elles puissent disposer d’un endroit où elles se sentiraient en sécurité, protégées contre la pression permanente qui entourait le sida”, explique Lois Hue, directeur général adjoint et directeur de la jeunesse et des programmes VIH de la Société nationale.

L’endroit est considéré comme sûr parce que les gens se rendent à la Croix-Rouge pour une multitude de raisons et qu’il y a donc peu de risques que des tiers aient connaissance du problème particulier de telle ou telle personne.

Première consultation téléphonique

Au début des années 1990, la Croix-Rouge de la Jamaïque a participé à la mise en place de la première consultation téléphonique dédiée au VIH en mettant à disposition des volontaires pour répondre aux appels. Elle a également collaboré de près avec l’University of the West Indies qui avait développé le ‘Centre familial’ créé par le docteur Patricia Burke à l’intention des personnes récemment diagnostiquées séropositives au VIH et susceptibles d’avoir mis au monde des enfants contaminés.

Plus tard, la Société nationale a encore innové en lançant son programme d’aide à domicile grâce auquel les individus vivant avec le VIH pouvaient suivre leurs traitements à la maison. Elle a en outre procuré à des familles des fonds de lancement pour démarrer des activités rémunératrices à domicile et distribué des colis alimentaires aux foyers nécessiteux.

“Les médicaments sont gratuits, mais beaucoup de gens n’ont pas de quoi acheter des aliments de base. Or, il est crucial d’avoir une alimentation équilibrée lorsqu’on est en traitement”, explique Marvin Gunther, directeur national du programme VIH. A ce jour, près de 200 personnes ont bénéficié du programme d’aide à domicile.

La Croix-Rouge de la Jamaïque conduit aussi des activités de lutte contre l’opprobre et la discrimination. Ce programme permet à des personnes qui vivent avec le VIH de rencontrer des membres de la communauté, d’évoquer leurs difficultés, de diffuser des informations sur le VIH et de s’employer à faire évoluer dans un sens positif les attitudes et comportements.

La Société nationale a également mis sur pied un programme de consultation et de dépistage volontaires. Elle a été la première institution en Jamaïque à proposer le test rapide ORA-QUICK basé sur un échantillon de salive en lieu et place du sang. Ces tests sont réalisés par des volontaires de la Croix-Rouge âgés de 25 à 40 ans qui sont spécialement formés pour inciter les gens à se soumettre à un dépistage volontaire.

“Together We Can”

Un des exemples les plus éloquents du travail de pionnier accompli par la Croix-Rouge de la Jamaïque est le programme « Together We Can ». Celui-ci a démarré sous la forme d’un projet pilote qui visait à évaluer l’efficacité de l’éducation mutuelle pour prévenir la propagation du virus chez les jeunes. Sur la base des résultats de cette phase préliminaire, la Société nationale a lancé un second projet axé sur la mise en oeuvre d’un programme de prévention et de supports d’information sur le VIH et les MST.

Cette initiative jamaïcaine a rapidement franchi les frontières nationales.

“Le programme Together We Can a été adopté comme modèle par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et étendu à toute la région, y compris Haïti et la République dominicaine, ainsi qu’à certaines parties de l’Amérique latine”, souligne Gunther. “Il a été traduit dans cinq langues et largement disséminé, jusqu’en Tanzanie.”

Entre son lancement en 1993 et la fin de 2008, la Croix-Rouge de la Jamaïque a formé 561 coordinateurs adultes qui ont à leur tour formé 6800 jeunes éducateurs, lesquels ont touché 59 473 jeunes Jamaïcains.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.