IFRC


Les populations fuient leurs habitations après le passage du tsunami dans le Pacifique Sud

Publié: 2 avril 2007 0:00 CET

Anna Nelson of the International Federation

Un tremblement de terre d'une magnitude de 8,2 sur l'échelle de Richter à secoué les fonds marins au large des îles Salomon très tôt lundi matin, provoquant un tsunami et obligeant les habitants de l’île de Gizo, sur la côte ouest, à se réfugier sur les hauteurs.

Il a été suivi de plusieurs répliques très importantes.

Selon les informations fournies par la Croix-Rouge locale, près de 2000 personnes, soit 10% de la population, seraient sans abri dans la capitale Gizo et près de 500 maisons auraient été détruites ou endommagées. Les premières informations en provenance des autres îles font état de dégâts similaires voire plus importants.

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a débloqué 65,000 francs suisses (53000 USD / euro40°000) du Fonds d'urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF) afin d’aider la Croix-Rouge des îles Salomon à évaluer les besoins, à acheter et à expédier des articles de secours.

« La plupart des rescapés se sont réfugiés sur les hauteurs, » précise Martin Blackgrove, coordinateur régional de la gestion des catastrophes pour la région Pacifique basé à Suva, dans les îles Fidji.

« Les routes ont été coupées et les infrastructures ont subi d’importants dégâts, notamment les lignes électriques et téléphoniques », ajoute t-il. « De nombreux habitants passeront la nuit dehors ; ils ne devraient pas réintégrer leur maison avant mardi, ce qui ne nous empêche d'évaluer avec précision le nombre de personnes disparues. »

Selon la Croix-Rouge locale, certaines zones sont confrontées à une pénurie d’eau potable. Des pénuries temporaires et localisées de nourriture ont également été constatées.

Par ailleurs, certaines zones ne sont accessibles que par la mer.

L’aéroport de Gizo continue de fonctionner, mais des débris doivent encore être enlevés de la piste pour le rendre pleinement opérationnel. Une reconnaissance aérienne a été effectuée lundi par des responsables locaux et des experts de la Croix-Rouge pour évaluer les dégâts.

Le petit entrepôt de la Croix-Rouge, situé à Gizo, n'a subi aucun dommage. Le peu d’articles de secours qu’il contenait, parmi lesquels des lampes tempête et des ustensiles de cuisine, ont déjà été distribués aux victimes de la catastrophe.

Les volontaires et employés de la Croix-Rouge ont été immédiatement mobilisés pour évaluer la situation et distribuer des articles de secours aux rescapés.

La Croix-Rouge des îles Salomon est la seule organisation humanitaire présente sur la côte ouest disposant de la capacité nécessaire pour évaluer les besoins et distribuer des articles d'urgence.

Le bureau régional de la Fédération à Suva a pu être informé de la catastrophe grâce aux systèmes de communication par satellite mis en place par les différentes branches de la Croix-Rouge locale, qui utilisent également des radios haute fréquence pour communiquer entre elles.

« Ce type de catastrophe montre à quel point les activités communautaires de préparation aux catastrophes et de réduction des risques sont importantes, » précise Simon Missiri, responsable du département Asie/Pacifique au sein de la Fédération internationale.

« Les communautés bien préparées savent comment réagir en cas de tsunami ; elles alertent leurs amis et voisins et se réfugient sur les hauteurs lorsque l’eau de la mer commence à se retirer, » ajoute t-il. « La constitution de stocks et la mise en place de systèmes de communication permettant à la Croix-Rouge de recevoir toute l’aide nécessaire là où elle en a le plus besoin sont parmi les activités les plus importantes avec la sensibilisation et la formation. »

La Fédération internationale est la plus grande organisation humanitaire internationale. Son réseau unique de Sociétés nationales et de volontaires travaillant dans les communautés du monde entier lui permet de répondre rapidement et efficacement en cas de catastrophe.

Pour de plus amples informations, prière de contacter :

Pour de plus amples renseignements sur cette opération, merci de prendre contact avec Jean-Luc Martinage, chargé de communication, Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève, Suisse. Téléphone : +41 22 730 42 96.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.