IFRC


Mission en Libye et en Tunisie pour promouvoir le statut d’auxiliaire auprès des nouveaux gouvernements

Publié: 7 juin 2012 15:56 CET

Le printemps arabe a été une période extraordinaire. Le changement était une constante et les populations étaient au cœur des événements. Cependant, dans les coulisses, loin des feux des projecteurs, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge – en particulier les jeunes volontaires – s’employaient à servir les plus vulnérables : les blessés, les déplacés et les personnes en détresse. À mesure qu’un nouvel ordre commence à s’installer dans la région, les gouvernements consolident leurs mandats et confirment leurs partenaires dans les domaines du renforcement des communautés et de la création d’une culture de non-violence et de paix.

Du 22 au 27 avril, le président de la Fédération internationale, Tadateru Konoé, a séjourné en Libye et en Tunisie pour s’assurer que la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge continuent d’être considérés comme des partenaires communautaires essentiels – et des chefs de file – tout au long de cette importante période de changements. Son objectif principal : employer la diplomatie humanitaire pour faire mieux comprendre aux gouvernements le rôle d’auxiliaire des Sociétés nationales et de leurs volontaires, ainsi que les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

En Libye, après avoir rencontré les dirigeants de la Société nationale du Croissant-Rouge, le président Konoé s’est entretenu avec M. Abdurrahim El-Keib, premier ministre du Conseil national de transition, et Mme Mabrouka Al-Sharief, ministre des Affaires sociales. Le président Konoé a parlé de l’importance de reconnaître le statut d’auxiliaire de la Société nationale tandis que le nouveau gouvernement avance. Il a appelé à en établir la base juridique par le biais d’une loi relative au Croissant-Rouge, d’une loi sur l’emblème et d’une loi relative aux catastrophes pour faire en sorte que les services humanitaires du Croissant-Rouge soient fournis aux personnes vulnérables de manière efficace, en tout temps et quel que soit le régime en place. Le premier ministre El-Keib a exprimé le soutien de son gouvernement à ces idées, et a demandé des informations sur les moyens utilisés par d’autres gouvernements pour définir leurs lois humanitaires, afin que la Libye puisse s’en inspirer.

En Tunisie, le président Konoé, accompagné du secrétaire général du Croissant-Rouge tunisien, a rencontré le président de la République tunisienne, M. Moncef Marzouki, le président de l’Assemblée constituante, M. Mustapha Ben Jafar, et le ministre de la Santé publique, M. Abdellatif Mekki. La consolidation de la base juridique de la Fédération internationale a été encouragée. Le président Marzouki, lui-même un ancien militant des droits de l’homme, a exprimé son plein soutien au processus ainsi qu’à la mise en œuvre des instruments juridiques nécessaires.

« Il était essentiel, aussi bien en Libye qu’en Tunisie, de promouvoir la base juridique et le statut d’auxiliaire du Croissant-Rouge. Grâce à cette reconnaissance officielle, les Sociétés nationales de ces pays pourront être les principaux partenaires humanitaires au service des personnes vulnérables, a déclaré Tadateru Konoé. J’ai aussi rencontré le personnel et les volontaires des Sociétés nationales. J’ai profité de l’occasion pour les féliciter d’avoir su préserver la neutralité, l’impartialité et l’indépendance du Croissant-Rouge et pour les remercier de leur dévouement. »

Le président Konoé a également déclaré que la coopération entre la Fédération internationale et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Libye et en Tunisie avait été excellente. Depuis le début de la crise en Libye, des réunions de coopération ont été tenues quotidiennement (puis chaque semaine) en Tunisie, entre le Croissant-Rouge tunisien, la Fédération internationale et le CICR, afin d’optimiser l’efficacité de l’intervention du Mouvement à la frontière tunisienne. Le président Konoé a participé à une réunion du Mouvement avec le secrétaire général du Croissant-Rouge tunisien, le chef de la délégation régionale du CICR, le représentant de la Croix-Rouge espagnole et le chef de la délégation régionale de la Fédération internationale, dans les locaux du bureau régional de la Fédération à Tunis.

« Je me suis vivement félicité de l’harmonie que j’ai pu observer entre tous les partenaires du Mouvement, et de leur détermination à mieux collaborer en tant que Mouvement dans le but commun de contribuer au renforcement de la Société nationale », a déclaré le président Konoé.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.