IFRC

La Moldavie entre inondations et sécheresse

Publié: 24 septembre 2008 0:00 CET

Joe Lowry, Federation representative for Belarus, Moldova and Ukraine

La sombre terre moldave écrasée sous le soleil est craquelée en surface, mais, en dessous, le sol reste détrempé et spongieux. Dans l’extrême sud du pays, les crues du mois dernier ont donné naissance à un nouveau lac dans le creux d’une vallée. Les vignes et les champs de maïs ravagés portent eux aussi témoignage de l’ampleur des récentes inondations. 

On distingue d’autres traces encore de la violence des intempéries dans cette ruelle de village qui semble surgie d’un lointain passé. Sur 500 mètres à peine, une douzaine au moins de maisons se sont tout simplement effondrées, comme en attestent les toitures qui sont venues s’écraser sur le sol quand les murs ont cédé. On dirait des animaux agonisants tombés sur leurs genoux. Bienvenue à Pocuri. 

Dire que la Moldavie a connu une année difficile serait un euphémisme. Il y a douze mois, l’actualité était à la sécheresse, les grappes de raisin “brûlaient sur les ceps”, on abattait les animaux déshydratés et affamés, on mangeait les graines destinées aux semailles. L’eau coule en abondance à travers la Moldavie et dans les pays environnants, mais la pluie faisait cruellement défaut aux endroits et aux moments où elle aurait été nécessaire. 

Puis, à la fin juillet, les deux fleuves qui bordent le pays, le Prut et le Dniester, sont sortis de leur lit et les digues et les murs des canaux d’irrigation ont rompu sous la force des eaux. Par chance, le bilan en vies humaines a été limité, mais des milliers d’habitants de la nation la plus pauvre d’Europe ont été cruellement éprouvés par cette catastrophe. 

La Croix-Rouge de Moldavie a rapidement épuisé ses stocks d’urgence et sollicité une assistance internationale. L’appel a été entendu, entre autres, par le Croissant-Rouge turc et le gouvernement français. Le premier a expédié quatre camions chargés de couvertures, de matelas et de colis alimentaires, et le second a alloué des fonds pour l’achat de vivres supplémentaires, d’articles d’hygiène, de literie et de filtres pour l’eau. 

De son côté, la Fédération internationale a publié un appel de plus de 1 million de francs suisses au bénéfice de quelque 30 000 sinistrés en Moldavie et en Ukraine, également touchée par de dramatiques inondations dans l’ouest du pays. L’assistance sera maintenue tout au long de l’hiver, de nombreuses familles ayant perdu leurs réserves alimentaires et ayant un pressant besoin de literie, de vêtements chauds et de couvertures. 

A ce jour, l’appel est couvert à 54 pour 100 et les opérations de secours tournent à plein régime. Davit Macharashvili, responsable à la Fédération internationale des programmes d’aide aux victimes des inondations dans les deux pays concernés, estime que la majeure partie de l’aide mobilisée parviendra aux destinataires avant que l’hiver n’ait pris ses quartiers. Toutefois, l’automne étant déjà bien engagé, les Sociétés de la Croix-Rouge de Moldavie et d’Ukraine se livrent à une véritable course contre la montre. 

“D’énormes quantités de secours ont déjà été distribuées dans les deux pays”, rapporte Davit. “Nous effectuons les achats le plus près possible des zones affectées de manière à gagner du temps, à stimuler les économies locales et à garantir aux sections de la Croix-Rouge et aux communautés sinistrées elles-mêmes un plus grand contrôle sur la nature des secours, le moment de leur distribution et le choix des bénéficiaires.”




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.