IFRC


Des journées hors du commun pour le Croissant-Rouge Tunisien

Publié: 9 novembre 2011 14:32 CET

Perrine Bell, Déléguée Information & Reportage, FICR, Tunis

La rumeur se répand comme une traînée de poudre : le colonel Mouammar Khadafi a été capturé. Il est peut-être même décédé. Une recherche effrénée commence pour vérifier l’information et ses sources. Nous sommes le jeudi 21 octobre, à Tunis, dans les bureaux de la fédération de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

La révolution arabe bat toujours son plein. En même temps que sonne le glas du régime de Khadafi, la Tunisie est sur le point de vivre ses premières élections libres depuis la fin du régime de Ben Ali. Le pays est en effervescence. 

Cela fait des semaines que les équipes du Croissant-Rouge tunisien (CRT)  s’activent à préparer ces journées  électorales exceptionnelles dans l’histoire tunisienne. En effet, même si un vent de changement positif souffle sur le pays, et si tout le monde espère que les élections  se dérouleront dans le calme, par définition le Croissant Rouge préfère prévenir que guérir.  Ses volontaires, avec le soutien de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ont donc tout mis en place pour être prêts à porter secours le cas échéant.

A Sfax et Tunis, 60 volontaires ont reçu une formation dédiée aux interventions d’urgence en plus d’un rappel sur les soins de premier secours. Des permanences ont été mises en place. Un système de rotation des volontaires inscrits dans les équipes d’intervention d’urgence permettra à ces dernières d’intervenir 24h/24h en cas d’urgence durant toute la période électorale.  Quatre ambulances du CRT ont été mobilisées.  Deux de ces ambulances avaient déjà été utilisées pour transporter les malades des camps de réfugiés d’Al Hayat et de Choucha dans le sud tunisien, durant toute la période de la crise libyenne.

D’ailleurs, beaucoup des mêmes volontaires aujourd’hui prêts à apporter un soutien à leurs concitoyens se sont déjà mobilisés pendant plusieurs mois pour travailler au côté de leurs comparses des branches du sud tunisien dans les camps de réfugiés : de la mise en place des tentes à la construction des latrines à la distribution de nourriture à la formation psychosociale, pour ne citer que quelques unes des activités, le soutien apporté par les volontaires du CRT aux populations affectées par la crise libyenne a été sans relâche. Aujourd’hui c’est du futur de leur propre pays qu’il s’agit.

Pendant que, en fond sonore, la ville résonne des klaxons claironnant l’annonce de la mort de l’ex-dirigeant libyen, le Croissant rouge tunisien met en place un dispositif radio pour que ses équipes puissent communiquer en cas de panne électrique ou d’indisponibilité des réseaux internet et téléphoniques pendant la période des élections.

Un spécialiste en télécommunications, Bernard Bouilly, membre des équipes ERU (équipes d’interventions d’urgence de la Croix-rouge et du Croissant-rouge), mandaté spécialement par la Croix-rouge française pour coordonner l’installation du réseau, arpente la ville de Tunis avec  les équipes afin d’identifier des points de réception stratégiques où  installer les antennesL’un d’entre eux s’est avéré être le toit de la maison de Monsieur Mohieddine Elhani, Secrétaire général de la branche du Croissant-Rouge de la ville d’Ariana, une des plus grands banlieues de Tunis. Monsieur Elhani a ouvert grand ses portes à l’équipe, se composant de volontaires du CRT et de délégués de la FICR, et a même tenu à s’impliquer lui-même dans leurs efforts.

En même temps que les volontaires s’activent dans les différentes antennes, d’autres prennent leurs rôles de citoyens à cœur en s’engageant pour aider dans les bureaux de vote comme observateurs ou facilitateurs. Entre 20 et 35 ans, ils sont tous fiers et émus de pouvoir participer activement pour la première fois à cet acte démocratique que sont des élections nationales.  Ils raconteront ensuite de nombreuses anecdotes d’une journée qualifiée par tous de magnifique et émouvante.

Par exemple cette jeune maman, tenant son bébé dans ses bras, a mis sa main dans la sienne pendant qu’elle mettait le bulletin de vote dans l’urne et lui a murmuré : « je fais ça pour toi ».  Ou cette vieille femme, émue aux larmes,  qui n’a jamais voté de sa vie comme de nombreux tunisiens, montrant fièrement son index gauche trempé dans l’encre indélébile, prouvant son acte d’engagement de citoyenne.  Pourtant les queues sont longues : en moyenne de deux à trois heures, et parfois jusqu’à six heures d’attente. Mais cela ne décourage personne, ni les volontaires, ni les citoyens.

Les élections ont eu lieu sans heurt ni raison d’activer les préparations d’intervention d’urgence du CRT, au soulagement général.  Ces quelques journées exceptionnelles auront cependant été une belle occasion pour ces volontaires motivés de travailler à l’unisson à la mise en place d’un véritable réseau d’intervention d’urgence, et ce avec la plus belle des motivations à cœur: aider leurs propres concitoyens en cas de besoin humanitaire, rappelant ainsi les sept principes fondamentaux du Mouvement.
.




Carte


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.