IFRC

Rapport sur les catastrophes dans le monde 2011 - La faim et la malnutrition

Alors que la production mondiale est suffisante pour nourrir tous les habitants de la planète, près d’un milliard d’enfants, d’hommes et de femmes vont se coucher chaque nuit le ventre vide. Le Rapport sur les catastrophes dans le monde 2011 analyse les causes de la faim et de la malnutrition et propose quelques pistes pour résoudre le problème.

Le rapport par chapitres


 

Repenser le système alimentaire mondial
Des progrès ont été accomplis, mais en 2010, le nombre de personnes sous-alimentées a selon la FAO culminé à environ 925 millions, principalement dans la région Asie-Pacifique et en Afrique subsaharienne. La plupart vivent dans les régions rurales, bien que la faim affecte un nombre croissant d’habitants des zones urbaines, y compris dans les pays riches. Le premier des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), qui consiste à diviser par deux la proportion de gens exposés à la misère et à la faim, a peu de chances d’être atteint dans ces conditions.

Vies sacrifiées – la tragédie de la sous-alimentation
Chaque année, quelque 9 millions d’enfants décèdent avant l’âge de cinq ans, dont un tiers environ à cause de la sous-nutrition, laquelle est en outre responsable de problèmes de croissance chez 178 millions d’enfants. Ces problèmes apparaissent au cours des 1000 jours critiques qui séparent la conception de l’enfant du second anniversaire de sa naissance. Les carences alimentaires durant la grossesse sont à l’origine de près de la moitié des retards de croissance observés jusqu’à l’âge de 2 ans.

L’instabilité des prix met en question la fiabilité du marché alimentaire mondialisé
Une nouvelle inflation en 2010-2011 a confirmé que nous sommes confrontés à un sérieux problème d’instabilité des marchés agricoles et de volatilité des prix des denrées alimentaires. Treize personnes ont été tuées lors d’émeutes liées à cette crise au Mozambique et la hausse des prix a été un des facteurs de déclenchement du ‘printemps arabe’.

Améliorer la stabilité des conditions d’existence à travers l’agriculture et la protection sociale
Pour nourrir une population qui pourrait passer de 7 à plus de 9 milliards d’ici le milieu du siècle, tout en répondant à l’évolution de la demande en matière de régime alimentaire, on estime qu’il faudra doubler la production. Il est indispensable d’accroître l’investissement dans l’agriculture, mais la grande question, en particulier en Afrique, consiste à décider s’il vaut mieux favoriser les petits cultivateurs et éleveurs, ou privilégier l’agriculture intensive à forte dotation de capital.

Répondre à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition dans les crises
This chapter briefly reviews the changing nature of the humanitarian response to food security and nutrition crises. Major effort has been invested in improving analysis and the range of response options is now much broader than it was only ten years ago.

Unis contre la faim : un manifeste pour le changement
Les gouvernements doivent élaborer des plans d’action contre la faim et la sous-nutrition; pourtant, beaucoup ne se sont même pas réellement engagés dans le développement de la protection sociale, vitale dans les 20 pays du monde où 80% des enfants souffrent d’une croissant ralentie. Contribuant à créer des emplois et des revenus, les aides en espèces ont plus d’effets multiplicateurs que l’aide alimentaire; elles devraient cibler en priorité les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes.

Related documents


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.