IFRC

Dunja Kovac

Pourquoi avez-vous choisi de faire un stage à la Fédération ?

Quand j’étais encore à l’école je savais déjà que je voulais travailler pour une organisation internationale qui me permettrait d’aider les personnes vulnérables dans le monde entier. J’ai toujours voulu savoir par ma propre expérience comment une diplomatie humanitaire créée au niveau mondial est mise en œuvre pour aider les gens au niveau local. À ceci s’ajoute le fait que j’ai grandi au contact du Mouvement, en étant volontaire très tôt.

Qu’est-ce que vous aimez dans ce stage ?

Il y a deux choses que j’aime particulièrement dans ce stage. D’abord, les projets sur lesquels je travaille sont très dynamiques, et les journées ne se ressemblent pas. Deuxièmement, les membres de l’équipe à laquelle j’appartiens sont parmi les personnes les plus dévouées, motivées et professionnelles que j’aie jamais rencontrées. C’est d’ailleurs vrai pour l’organisation dans son ensemble.

Quelles sont vos fonctions principales ?

Je travaille actuellement dans le cadre de deux projets, avec des fonctions différentes dans chacun. Dans l’un, je suis chargée de recueillir des données et de les présenter dans un rapport. Dans l’autre, je suis chargée d’essayer un nouveau programme et d’expliquer à des  collègues, ici à Genève et sur le terrain, comment utiliser le nouveau système.

Que vous a appris votre stage ?

L’enseignement le plus important que j’ai tiré de ce stage est que si l’on s’en donne la peine, les possibilités d’apprentissage sont infinies. On m’a donné des responsabilités considérables dès le début de mon stage. En ne reculant pas devant ces responsabilités, j’ai pu rencontrer beaucoup de gens et apprendre à connaître non seulement les activités de mon département, mais l’ensemble de l’organisation.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Pour moi, la principale difficulté a été de trouver le juste équilibre entre les responsabilités et tâches différentes qu’exigeaient les deux projets, et d’établir des priorités. La plupart du temps, j’arrive à savoir quelles sont les tâches les plus importantes, mais quand j’ai eu des difficultés mon superviseur a toujours été là pour m’aider et me permettre de traverser les périodes de stress. Dans ce type de travail dynamique, on fonctionne sous pression.

Qu’avez-vous accompli de plus important ?

Ce que j’ai réalisé de plus important a été de concevoir une structure pour un rapport social et de définir divers indicateurs de mesure, ce qui n’avait jamais encore été fait dans l’organisation. J’ai aussi organisé et réalisé avec succès des séances d’instruction destinées à dix personnes sur le terrain.

Avez-vous réussi à lier la théorie à la pratique ?

J’ai très bien réussi à lier la théorie sur la recherche sociale au projet de rapport social. Sans certains éléments théoriques que j’avais appris à l’université, je n’aurais pas réussi à bien présenter les données nécessaires pour ce rapport.

Après un stage à la Fédération, pensez-vous que vous serez plus apte à entrer sur le marché du travail ?

Oui, je me sens bien mieux préparée parce que ce stage m’a permis d’assumer des responsabilités importantes dès le début, et parce que j’ai baigné dans un milieu d’apprentissage professionnel.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants et nouveaux diplômés qui envisagent de faire un stage à la Fédération ?

Je leur dirais : posez votre candidature pour des stages qui vous passionnent vraiment. Exprimez cette passion pendant votre entretien, vous trouverez votre récompense lorsque vous serez dans l’organisation. Veillez aussi à apprendre tout ce que vous pourrez sur la Fédération et ses spécificités. Enfin, n’hésitez pas à poser des questions, parce que tout le monde est très gentil et prêt à aider.


Profile

Stagiaire, Ressources humaines

Formation universitaire : Licence en politique sociale (université du Kent) ; Master en relations de travail internationales et gestion des ressources humaines (London School of Economics and Political Science)


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.