IFRC

Andrew Rizk

Depuis combien de temps travaillez-vous pour le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ?

Je travaille pour le Mouvement depuis quatre ans. D’abord en tant que directeur du soutien aux opérations internationales à la Croix-Rouge canadienne, et maintenant en tant que directeur des Finances à la Fédération. En fait, je suis « jeune » dans mon parcours Croix-Rouge et Croissant-Rouge, ayant passé 14 ans chez KPMG avant d’entrer au sein du Mouvement.

Qu’est-ce qui est le plus difficile dans ce rôle ?

Je suis arrivé à la Fédération à la suite de la récente crise mondiale. C’était une période d’incertitude, et de grande préoccupation sur l’impact que pourrait avoir la conjoncture sur le Secrétariat, les membres et notre capacité collective de mobiliser des ressources. Il est toujours difficile de composer avec des intérêts financiers antagoniques, mais, fort des conseils avisés de la Commission des finances, le Secrétariat a pris quelques décisions difficiles mais importantes pour alléger la charge des membres – par exemple, garder les contributions statutaires au même niveau en 2010 et 2011 au lieu de les augmenter sous la pression de l’inflation.

Quels conseils financiers (personnels et professionnels) donneriez-vous à vos collègues ?

S’agissant de leurs finances personnelles, je recommande la lecture de l’ouvrage Un barbier riche, d’un auteur canadien nommé Dave Chilton. Le conseil de cet auteur est : payez-vous vous-même d'abord. J’ai interprété cela comme signifiant : mettez d’abord de côté ce dont vous avez besoin, et utilisez le reste pour jouir de la vie !

Quel a été pour vous (à ce jour) l’épisode le plus mémorable de votre travail à la Fédération ?

Jusqu’à présent, l’épisode le plus mémorable de mon travail a été la Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui s’est tenue à Genève en 2011. La Conférence internationale est la plus haute instance délibérante du Mouvement. Elle réunit les représentants des Sociétés nationales, de la Fédération et du CICR avec les représentants des États parties aux Conventions de Genève. Ensemble, nous examinons les questions humanitaires d’intérêt commun et prenons des décisions à leur égard.

Il y a quelque chose d’impressionnant dans une plénière où le Croissant-Rouge afghan siège sur un pied d’égalité avec le gouvernement de l’Afghanistan, la Croix-Rouge canadienne sur un pied d’égalité avec le gouvernement du Canada, etc. C’est l’exemple le plus parlant du pouvoir rassembleur du Mouvement.

Quelles sont, selon vous, les qualités qu’il faut avoir pour bien réussir dans son travail à la Fédération ?

Les deux qualités les plus importantes pour bien réussir dans son travail à la Fédération sont l’ « antifragilité » et la passion. Nassim Taleb a écrit que certaines choses profitent des chocs ; elles prospèrent et croissent lorsqu’elles sont exposées à la volatilité, à l’aléatoire, au désordre et au stress, et elles aiment l’aventure, le risque et l’incertitude. Taleb appelle ceci l’antifragilité – qui, précise-t-il, dépasse la résistance et la solidité. La passion est le carburant de tout cela.

Quels sont les aspects positifs d’un emploi à la Fédération ?

Les aspects les plus positifs sont le personnel et les membres de la Fédération. La Fédération a un personnel divers et multiculturel, et il y a beaucoup à apprendre de nos collègues partout dans le monde.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite travailler dans l’aide humanitaire ?

Mon conseil est double. D’abord, sachez vraiment rêver. Quand je travaillais chez KPMG, une des plus grandes entreprises de services professionnels du monde, mon trajet à pied pour aller au bureau me faisait passer devant des graffitis sous un pont. Quelqu’un avait sprayé  « Rêvez vraiment dur », et cela a toujours touché une corde sensible en moi. Mais il ne suffit pas de rêver. Mon conseil est aussi : il faut travailler dur. 


Profile

Directeur du Département des finances, Genève


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.