IFRC

Lorraine Mangwiro

À 10 ans, que pensiez-vous que vous feriez plus tard ?

J’ai grandi au Zimbabwe, dans un climat de fortes tensions raciales similaire à l’apartheid en Afrique du Sud.  Mon père a été un détenu politique pendant des années, et je n’ai pas pu le voir pendant mon enfance. J’ai voulu être juriste afin de pouvoir défendre les personnes victimes d’injustices liées à la discrimination raciale et d’autres formes d’inégalité.

En quoi consiste votre travail ?

Je suis la représentante régionale pour le bureau des Caraïbes, à Port-of-Spain, Trinité-et-Tobago. Le bureau apporte un soutien adapté à chaque contexte national à 13 Sociétés nationales des Caraïbes, et joue un rôle crucial qui consiste à fournir et coordonner des services aux membres en facilitant les liens entre les Sociétés nationales et leurs publics et gouvernements respectifs.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite travailler dans l’aide humanitaire ?

Pour moi, sauver des vies devrait être la motivation première d’une personne qui voudrait travailler dans l’aide humanitaire. Je me souviens d’avoir travaillé dans un camp où plus de 100 000 réfugiés luttaient pour leur survie, et notre action avec la Société nationale avait transformé la vie de ces personnes, leur avait rendu l’espoir et redonné leur dignité et une chance de reconstruire leur existence. Il y a eu des moments, dans ma carrière, où j’ai travaillé dans des situations où je n’avais aucune possibilité de voir notre travail auprès des personnes vulnérables, et c’était dur. J’ai besoin de voir les résultats de nos efforts, comment ils changent les conditions d’existence des gens, et cela me redonne de l’énergie et de la stimulation d’aller voir à l’œuvre les programmes des Sociétés nationales. Je ne changerais pas de métier même si je devais tout recommencer à zéro. Mon travail m’a apporté un épanouissement, un sentiment d’évolution personnelle, de satisfaction – en somme, une carrière très gratifiante que je recommanderais aux personnes qui souhaitent travailler dans ce domaine. 

Si l’on vous proposait de dîner avec quelqu’un, qui choisiriez-vous et pourquoi ?

Ce serait Barack Obama. Il est remarquable, et je suis convaincue que la diversité de ses origines lui permet de comprendre comme nul autre les problèmes auxquels doit faire face l’humanité.


Profile

Représentante régionale pour les Caraïbes, Trinité-et-Tobago

 


La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.