IFRC


Adoption du nouvel emblème

1. Comment le troisième Protocole a-t-il été adopté ?

La conférence diplomatique chargée d’examiner le projet de Troisième Protocole additionnel s’est tenue peu après la signature d’un mémorandum d’accord par le Magen David Adom et le Croissant-Rouge palestinien. Les deux organisations, dont aucune n’était alors membre du Mouvement, avaient voulu ainsi développer leur coopération mutuelle afin d’ouvrir la voie à leur reconnaissance et admission.

À l’issue d’un débat qui a touché à des questions sans relation directe avec le Protocole, mais revêtant une importance manifeste pour la région, l’adoption du projet de Protocole a été mise au vote. Une majorité des deux tiers des membres présents et votant était requise, et le scrutin a dégagé 78 pour 100 de votes positifs.

À la mi-juillet 2006, 72 États avaient signé le Protocole, deux l’avaient ratifié et plusieurs autres étaient déjà bien avancés dans le processus parlementaire de ratification. Le Protocole entrera en vigueur le 14 janvier 2007.

2. Amendement des Statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Une fois le Protocole adopté, il a fallu adapter les Statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de manière à permettre l’utilisation du nouvel emblème. Une Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, rassemblant les États parties aux Conventions de Genève, le Comité international de la Croix-Rouge, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et ses Sociétés membres, s’est tenue à cet effet du 20 au 22 juin 2006. À l’issu d’un vote, la Conférence a adopté les trois points de la résolution soumise à son attention, à savoir, amender les Statuts du Mouvement, désigner le nouvel emblème par le nom de « cristal rouge » et inviter le CICR et la Fédération internationale à reconnaître et à admettre le Croissant-Rouge palestinien en tant que membre à part entière du Mouvement.

3. Qui décide de la reconnaissance et de l’admission de nouveaux membres au sein du Mouvement ?

Pour être reconnue par le CICR, une Société nationale doit remplir dix conditions énoncées dans les Statuts du Mouvement. Une fois reconnue, elle peut demander à être admise comme membre de la Fédération internationale. C’est l’Assemblée générale de la Fédération internationale qui décide de son admission.

Pour déterminer si la Société postulante satisfait bien aux dix conditions préalables à sa reconnaissance, le CICR et la Fédération internationale s’appuient sur l’avis d’une commission mixte d’experts.

Le 22 juin 2006, à l’issue de la 29e Conférence internationale, le président du CICR, Jakob Kellenberger, a officiellement annoncé la reconnaissance du Magen David Adom israélien et du Croissant-Rouge palestinien.

L’Assemblée générale de la Fédération internationale, convoquée aussitôt après, à la requête du président Juan Manuel Suárez del Toro, a admis par acclamation les deux Sociétés nationales en tant que membres à part entière.



La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constitue, avec ses 190 Sociétés nationales membres, le plus vaste réseau humanitaire du monde. En tant que membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous sommes guidés dans notre travail par sept Principes fondamentaux: humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.