Conflit en Ukraine : comment la Croix-Rouge apporte un soutien essentiel aux personnes qui quittent le pays

Little Hanna from Kharkiv stands with her mother as they collect a hygiene kit from the Ukrainian Red Cross as they make their way out of Ukraine in late March 2022.

La petite Hanna, originaire de Kharkiv, se tient aux côtés de sa mère pour recevoir un kit d'hygiène de la Croix-Rouge ukrainienne alors qu'elles quittent l'Ukraine fin mars 2022.

Photo: IFRC/Marko Kokic

Kathy Mueller, coordinatrice de la communication de l'IFRC dans la région, donne un aperçu de la situation à la frontière entre l'Ukraine et la Slovaquie.

Ils arrivent à la frontière entre l'Ukraine et la Slovaquie épuisés après deux ou trois marches de voyage. Certains viennent en voiture, beaucoup d'autres à pied, portant leurs sacs et trainant leurs valises. 

Depuis fin février, près de 6 millions de personnes ont fui l'Ukraine pour se mettre en sécurité dans d'autres pays.

Il y a des femmes et des enfants. Beaucoup, beaucoup d'enfants. Les quelques hommes de la file d'attente sont généralement plus âgés. Les plus jeunes sont en grande partie restés sur place pour soutenir leur pays dans le conflit.

Les jeunes aident les adultes fatigués et inquiets à porter leurs quelques biens précieux. Ils portent des sacs à dos auxquels sont attachés des ours en peluche. Une petite fille porte son propre sac de couches. Alors que certains petits s'accrochent à leur mère de toute la force de leurs petites mains, les plus grands courent dans tous les sens, excités par l'aventure qu'on leur a annoncée. Leurs mères s'efforcent de les contenir.

Les gens viennent à cette frontière au passage d'Uzhhorod à toute heure du jour et de la nuit. Des volontaires de la Croix-Rouge ukrainienne les accueillent. Ils fournissent des informations, de la nourriture, des boissons chaudes, des vêtements et des couvertures. Vêtus de leurs uniformes d'urgence rouge vif, ils aident à porter les affaires des gens jusqu'au poste frontière. Certains ont besoin de fauteuils roulants et les volontaires se lèvent pour les aider. Une fois la frontière franchie, ils sont accueillis par des volontaires de la Croix-Rouge slovaque.

Olexander Bodnar est le jeune homme de 23 ans qui dirige l'équipe de volontaires de la Croix-Rouge ukrainienne à Uzhhorod, à la frontière occidentale du pays. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, l'équipe se relaie à ce point de passage.

"Mon équipe est composée des personnes les plus merveilleuses de la planète", dit-il. "Nous avons tellement de personnes aimables qui nous ont rejoints. Nous avons 130 volontaires qui se sont inscrits depuis le début du conflit. Beaucoup sont des infirmières et des médecins."

Olexander et sa partenaire Diana sont un jeune couple qui partage l'amour du volontariat pour la Croix-Rouge ukrainienne. Ils ont tous deux aidé des personnes touchées par le conflit à fuir vers la Slovaquie via le poste frontière d'Ozhhorod, où Olexander dirige une équipe de volontaires.

Olexander et sa partenaire Diana sont un jeune couple qui partage l'amour du volontariat pour la Croix-Rouge ukrainienne. Ils ont tous deux aidé des personnes touchées par le conflit à fuir vers la Slovaquie via le poste frontière d'Ozhhorod, où Olexander dirige une équipe de volontaires.

Photo: IFRC/Kathy Mueller

Les compétences médicales sont très appréciées. Dans un bâtiment récemment construit, la Croix-Rouge a installé une petite clinique, approvisionnée en nourriture pour bébés et en couches. Des lits de camp sont disposés d'un côté de la clinique pour permettre aux voyageurs fatigués de se reposer, ne serait-ce que pour un petit moment. C'est ici que les volontaires dispensent les premiers soins de base. De nombreuses personnes âgées se plaignent de l'augmentation de leur tension artérielle. Des volontaires formés la vérifient et me disent que la plupart du temps, elle est normale. Ils sont soumis à un stress extrême, et certains font des crises de panique - une réaction normale lors d'un événement anormal.

Vira, d'Irpin, et Tatiana, de Zaporizhzhia, ont toutes deux fui leur maison avec un simple sac à dos. Elles ont encore du mal à croire ce qui se passe en Ukraine. Elles parlent de la crise tout en triant des articles d'hygiène fournis par la Croix-Rouge ukrainienne pour les aider à poursuivre leur voyage.

Vira, d'Irpin, et Tatiana, de Zaporizhzhia, ont toutes deux fui leur maison avec un simple sac à dos. Elles ont encore du mal à croire ce qui se passe en Ukraine. Elles parlent de la crise tout en triant des articles d'hygiène fournis par la Croix-Rouge ukrainienne pour les aider à poursuivre leur voyage.

Photo: IFRC/Marko Kokic

Olexander raconte l'histoire d'une femme âgée qui quittait son pays bien-aimé avec son mari, qui venait d'être opéré :

"Elle est tombée à genoux et a demandé à Dieu de protéger son pays. Elle a dit : "Ma chère Ukraine, pardonne-moi. Je ne veux pas te quitter, mais je le dois.'"

Des larmes ont rempli les yeux d'Olexander alors qu'il aidait le couple à s'approcher du poste frontière.

--

L'IFRC soutient la Croix-Rouge ukrainienne, ainsi que de nombreuses autres Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans la région environnante, afin d'aider les personnes touchées par le conflit en Ukraine. Pour en savoir plus sur notre travail, cliquez ici.