Questions et réponses sur les ERU

Que sont les unités d'intervention d'urgence?

Les unités d'intervention d'urgence sont des équipes autonomes de spécialistes dotées d'assortiments d'équipements standards prêts à l'expédition. Leurs membres s'engagent à pouvoir se mobiliser dans les 48 heures et les équipes peuvent en principe être totalement opérationnelles sur le terrain dans un délai d'une semaine.

Pourquoi ont-elles été créées?

Les unités d'intervention d'urgence ont été créées pour accroître la rapidité et l'efficacité des interventions de la Fédération en cas de catastrophe. Elles contribuent à alléger le fardeau qui pèse sur les Sociétés nationales et sur les délégations de la Fédération en de telles circonstances. Elles peuvent aussi être déployées rapidement dans les régions où n'existent pas de délégation de la Fédération ni d'antenne de la Société nationale.

Quelles sont les différentes catégories d'ERU?

Il existe sept catégories d'ERU, chacune spécialisée dans un domaine particulier: soins de santé de base; logistique; approvisionnement en eau et assainissement à grande échelle; eau purifiée; hôpitaux de recours; télécommunications; soutien technique. On compte actuellement une vingtaine d'ERU, réparties entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques. 

Qui les finance?

Les unités d'intervention d'urgence sont parrainées par des Sociétés nationales - actuellement, celles des pays suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, Japon, Norvège, Royaume-Uni et Suède. Outre qu'elles prennent en charge les coûts des équipements et du personnel (formation et mission), ces Sociétés nationales s'occupent de constituer les équipes, veillent aux qualifications professionnelles de leurs membres et s'engagent à en respecter la composition. Chaque membre d'une ERU doit posséder une bonne connaissance de la langue de travail convenue à l'avance pour son équipe et se conformer aux règles de conduite de la Fédération.

Quelle est la composition d'une ERU?

Chaque ERU comprend de trois à six professionnels - médecins, infirmiers, ingénieurs et techniciens - qui reçoivent une formation complémentaire assurée par leur Société nationale. Sur le terrain, l'équipe est renforcée par des spécialistes locaux recrutés par les antennes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

De quel équipement dispose-t-elle?

La majeure partie de l'équipement des ERU est uniformisée. Lorsque, au vu de l'expérience ou des progrès technologiques, des modifications semblent s'imposer, les changements envisagés doivent être approuvés par les services techniques compétents.

L'équipement personnel, toutefois, n'est pas standardisé, mais laissé au choix de la Société nationale qui met à disposition l'unité. Chacun des membres de l'unité possède son propre équipement de survie, comprenant rations alimentaires, lit, tente, génératrice électrique, téléphone mobile et matériel de bureau.

À l'issue de la mission, l'équipement est souvent remis à la Société nationale ou à la délégation de la Fédération auprès du pays ou de la région. En fonction des besoins et des plans d'action futurs, il est parfois rapatrié au point de départ.

Les ERU représentent-elles une charge pour le pays bénéficiaire?

Les ERU ont une capacité d'autonomie qui peut atteindre un mois; elles disposent de fonds, d'abris, de vivres et autres fournitures qui leur permettent de ne pas ponctionner les ressources locales.

Quel est le processus de déploiement?

Lorsque l'annonce d'une catastrophe parvient au Secrétariat de la Fédération à Genève, celui-ci alerte les Sociétés nationales et procède dans les 48 heures à l'évaluation de l'intervention requise. Les responsables des secours de la Fédération présentent un rapport technique basé sur les informations fournies par la Société nationale/la délégation de la Fédération dans le pays affecté. Les Sociétés nationales donatrices indiquent quelle contribution elles sont en mesure de fournir.

La décision de déployer ou non une ERU dépend des paramètres suivants: ampleur de la catastrophe et évolution probable de la situation; besoins présumés des victimes; capacité de la Société nationale concernée et autres ressources disponibles sur le terrain; ressources humaines, financières et matérielles à la disposition de la Fédération et ressources déjà mobilisées par d'autres agences pour la même opération.

Si l'évaluation initiale préconise le déploiement d'une ou plusieurs ERU, des demandes précisant les catégories d'unités requises sont adressées aux Sociétés nationales associées au dispositif, lesquelles peuvent alors proposer leurs services.

Qui décide du déploiement?

Le directeur de la division Gestion des catastrophes et coordination des opérations de la Fédération prend la décision finale en se fondant sur les recommandations du directeur du département régional concerné et/ou de l'équipe spéciale constituée pour l'opération en question.

Dès que la Société nationale qui parraine une ERU reçoit l'ordre de mobilisation, elle organise le déploiement de l'unité. Le matériel et l'équipement nécessaires doivent être prêts à l'expédition dans les 48 heures. Le jour suivant, l'ERU sera déployée sur le terrain avec tout son effectif.

Comment les ERU sont-elles intégrées à la Société nationale / à la délégation?

Dès la première heure, des collaborateurs locaux de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge commencent à travailler aux côtés des membres de l'unité d'intervention d'urgence afin d'acquérir les compétences nécessaires pour reprendre en main les activités après le départ de l'équipe. Chaque ERU est graduellement intégrée au système et aux structures de la Fédération dans le mois qui suit son déploiement. Le chef de l'équipe rend compte au chef de la délégation de la Fédération.

L'intégration complète à la Société nationale ou à la délégation de la Fédération intervient dans les quatre mois qui suivent le déploiement de l'ERU. Cette période correspond à la durée maximum d'une mission d'ERU. Passé ce délai, les membres de l'unité rentrent chez eux ou sont intégrés à la délégation de la Fédération.