Mozambique : le cyclone Jokwe a déjà détruit des milliers de maisons

Publié: 11 mars 2008

Le cyclone Jokwe a touché les côtes mozambicaines dimanche. Il sévit en ce moment dans la province de Zambezia et va selon toute probabilité causer de nouveaux dommages dans cette région déjà durement éprouvée par de récentes inondations. “Nous sommes très alarmés par la situation actuelle et par la perspective de nouvelles inondations”, commente à Maputo Fernanda Teixeira, secrétaire général de la Croix-Rouge du Mozambique. “En outre, il est à craindre que le cyclone n’étende ses ravages aux provinces de Sofala et Inhambane au cours des prochaines vingt-quatre heures”, ajoute-t-elle. 

Plus de 8000 maisons ont subi des dégâts et plus de 40 000 personnes ont été déplacées le long des côtes. “Les chiffres exacts pour l’ensemble du pays ne sont pas encore disponibles, car le gouvernement et d’autres organisations continuent d’évaluer la situation”, précise Fernanda Teixeira. Mais le bilan risque bien de s’aggraver très rapidement. La Croix-Rouge du Mozambique est elle-même engagée dans ce travail, en étroite collaboration avec l’Institut national de gestion des catastrophes. 

Depuis que Jokwe a touché terre, des milliers de personnes ont été forcées d’abandonner leurs foyers dans la province de Nampula, au nord du pays. Le bureau du gouverneur a confirmé que six habitants avaient péri et que cinq autres avaient été sérieusement blessés par l’ouragan, qui a détruit ou gravement endommagé près de 2000 maisons au moins. Le bilan n’a toutefois pas encore été vérifié dans plusieurs districts et, selon la Croix-Rouge du Mozambique, quelque 5000 habitations pourraient avoir été touchées dans cette seule province. Les vents violents accompagnant le cyclone ont aussi détruit 131 maisons, 12 écoles et 3 mosquées, endommagé 30 pylônes électriques et fait 3 blessés à "Ilha de Mocambique". Toutefois, l’alimentation en eau et en électricité a été rétablie dans la plupart des régions affectées. 

A Nampula, soixante volontaires de la Croix-Rouge s’emploient en ce moment à dresser des tentes pour héberger les sinistrés. “Nous allons installer 145 tentes et 97 bâches goudronnées”, rapporte Mme Teixeira. La Société nationale s’apprête aussi à distribuer des moustiquaires, des couvertures, des jerricans, environ 200 seaux en plastique et 160 nattes. Dans la province de Zambezia, une trentaine de volontaires ont été déployés sur le terrain afin de secourir les victimes de Jokwe qui ont un urgent besoin de bâches en plastique, de bâches goudronnées, de citernes à eau et de chlore pour traiter l’eau. La situation risque de se détériorer encore dans les jours à venir. 

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge suit de près l’évolution de la situation et se tient prête à envoyer si nécessaire des secours d’urgence une fois les évaluations initiales complétées. “Au cours des trois dernières années, la Croix-Rouge du Mozambique a beaucoup investi dans un programme communautaire de gestion des catastrophes”, rapporte Farid Aiywar, responsable à Johannesburg de la gestion des catastrophes pour l’Afrique australe. “Un système d’alerte anticipée basé sur l’utilisation de codes de couleur est activé à chaque fois que des inondations ou un cyclone menacent le pays. Aussitôt, les communautés locales déclenchent les plans d’urgence. Cette fois encore, ce système a permis d’éviter de nombreux morts et blessés”, ajoute-t-il. 

Le Mozambique est l'un des pays couverts par l’appel révisé publié le 13 février par la Fédération internationale. D’un montant de 11,4 millions de francs suisses (USD 10,3 millions / EUR 7,1 millions), il vise à soutenir les efforts d’assistance des Sociétés nationales dans plusieurs pays de la région récemment affectés par des inondations. 

Carte