Mozambique : quasi-triplement de l’appel d’urgence pour venir en aide aux milliers de sinistrés

Publié: 15 mars 2007

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge revoit à la hausse son appel en faveur des victimes des inondations et du cyclone Favio qui a ravagé le mois dernier plusieurs provinces du Mozambique. L’appel révisé vise à recueillir 20,6 millions de francs suisses (US$ 12,3 millions / euro 9,3 millions) afin de fournir une assistance à plus de 117 000 personnes durant les six prochains mois. Ce montant constitue près du triple de l’appel initial de 7,5 millions de francs suisses (USD 5,6 millions / EUR 4,3 millions) lancé le 16 février.

“Le Mozambique ne fait plus les grands titres de l’actualité, mais beaucoup de gens ont tout perdu et ont d’urgence besoin d’une assistance”, rapporte Fernanda Teixeira, secrétaire général de la Croix-Rouge mozambicaine. “Plus de 160 000 personnes ont été touchées par les inondations, 100 000 sinistrés sont toujours hébergés dans des centres d’urgence et plus de 55 000 dans des centres de réinstallation. Nous devons les aider à rebâtir leurs maisons et à restaurer leurs moyens de subsistance”, ajoute-t-elle.

Les efforts porteront en priorité sur les provinces de Sofala, Manica, Zambezia et Tete, affectées par de dramatiques inondations, et sur celles d’Inhambane et de Sofala, frappées par le cyclone Favio.

En raison du besoin pressant d’abris supplémentaires, l’appel révisé prévoit d’aider la Société nationale à procurer à plus de 23 000 familles des bâches goudronnées, des tentes, des nattes, des jerricans, des barres de savon et des moustiquaires. Les campagnes d’éducation à la santé et à l’hygiène seront par ailleurs renforcées afin d’améliorer les conditions sanitaires des personnes touchées et de prévenir la propagation des maladies véhiculées par l’eau. Dans le même but, on distribuera un million de sachets de produit pour purifier l’eau et on construira quelque 1500 latrines. Les familles recevront en outre des aides à la réinstallation sous la forme de machettes, tenailles, fil de fer, corde et fournitures agricoles, y compris des plantons d’arbres fruitiers.

En complément de l’aide d’urgence, l’accent sera mis sur le relèvement. “L’expérience des inondations de 2001 a montré que la majorité des personnes réinstallées dans des zones plus élevées et, donc, moins exposées aux inondations, persistaient à planter à proximité des cours d’eau”, explique John Roche, chargé de programme pour l’Afrique australe au secrétariat de la Fédération internationale à Genève. “Cette fois-ci, les volontaires de la Croix-Rouge encourageront les sinistrés à déplacer leurs cultures dans des secteurs plus appropriés, de manière à réduire les risques futurs d’insécurité alimentaire”, ajoute-t-il.

Depuis décembre, des pluies torrentielles sont tombées sur le Mozambique, provoquant des inondations à grande échelle dans le centre et le sud. Le 22 février, alors que le pays continuait de lutter pour secourir les sinistrés, le cyclone Favio a balayé plusieurs provinces, faisant neuf morts. Particulièrement violent, cet ouragan tropical a affecté plus de 130 000 personnes, détruisant 6000 habitations et 20 800 hectares de cultures, en particulier dans les régions de Vilanculos, Inhassoro et Govuro.

Carte