Niger : la campagne nationale de distribution de moustiquaires s’est achevée

Publié: 3 avril 2006

Dans le cadre d’une campagne nationale, comportant deux phases d’une semaine chacune, qui s’est achevée la semaine dernière, plus de deux millions de moustiquaires ont été distribuées à travers tout le Niger à des mères d’enfants de moins de 5 ans. L’objectif était de protéger quelque 3,5 millions d’enfants contre le paludisme en prévision de la saison des pluies, qui commence normalement dans le courant du mois de mai.

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, agissant en qualité de principal dépositaire d’une allocation du Fonds mondial, avec le ministère nigérien de la Santé, avait démarré la campagne le 19 décembre dernier en conjonction avec un programme de vaccination contre la poliomyélite pour les enfants de moins de 5 ans.

Cette étape initiale, menée dans les zones rurales du pays, a été suivie d’une seconde lancée le 17 mars dans 54 centres de distribution disséminés à travers la capitale, Niamey. Les moustiquaires ont été distribuées gratuitement sur présentation d’un bon qui était remis aux mères après la vaccination de leurs enfants contre la poliomyélite.

L’initiative a été financée en partie par une allocation de 11 millions de dollars des États-Unis provenant du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et par une contribution de 2 millions de dollars versée à la Croix-Rouge canadienne et à l’Initiative contre le paludisme de la Fédération internationale, par l’Agence canadienne de développement international. Grâce à un effort de collaboration exemplaire, elle a bénéficié également du soutien de partenaires comme la Croix-Rouge de Norvège et la Croix-Rouge américaine, le Rotary, le Centre pour la recherche médicale (CERMES), le Partenariat contre la rougeole, le Programme d’éradication de la poliomyélite et l’Initiative Halte au paludisme, qui regroupe l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’UNICEF et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Cette campagne s’est également appuyée sur une mobilisation massive de la population nigérienne, notamment de quelque 3850 volontaires de la Croix-Rouge et de 16 150 autres auxiliaires de santé communautaires dont la participation a permis de toucher les zones les plus reculées du pays. En outre, la Croix-Rouge du Niger jouera un rôle crucial en veillant, à long terme, à la bonne utilisation des moustiquaires.

Le Niger, qui compte plus de 12 millions d’habitants, figurait en 2005 au dernier rang des 177 pays répertoriés dans l’Indice du développement humain du PNUD. Le paludisme est une menace réelle dans le pays. On estime que 97 pour 100 de la population est exposée au paludisme et le taux de mortalité infantile (pour les moins de 5 ans) – 255 pour 1000 – est un des plus élevés au monde. Soutenu, entre autres, par le Fonds mondial, le programme national de lutte contre le paludisme vise à fournir au moins une moustiquaire à plus de 90 pour 100 des foyers à risque.

Le Fonds mondial soutient actuellement les efforts de lutte contre le paludisme au Niger par le biais de deux allocations d’un montant de 16 millions de dollars des États-Unis. En décembre dernier, il a approuvé, dans le cadre du cinquième cycle d’attribution de ses fonds, une troisième allocation d’une valeur de près de 4,6 millions de dollars, laquelle devrait être entérinée très prochainement.

La campagne mise en oeuvre au Niger afin de fournir rapidement des moustiquaires à la grande majorité des familles vulnérables devrait servir de modèle pour d’autres pays du continent africain. Elle représente une contribution notable à la réalisation de l’objectif du développement pour le millénaire consistant à réduire la mortalité infantile de deux tiers d’ici 2015.

Carte