Niger : la FICR fait plus que tripler son appel d’urgence suite à l’aggravation de la situation alimentaire

Publié: 30 juin 2010

La Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) cherche désormais à recueillir 3,6 millions de francs suisses (USD 3,3 millions de dollars; EURO 2,7 millions) afin de fournir une aide cruciale et potentiellement salvatrice à 385,000 personnes au Niger.

Cela représente une augmentation spectaculaire d’environ 2,6 millions de francs suisses  par rapport à l’appel d’urgence initial lancé en mars. Elle reflète une aggravation de la situation pour des millions de Nigériens. Une nouvelle évaluation publiée par le gouvernement du Niger en mai a montré que le nombre de personnes touchées par l’insécurité alimentaire qualifiée de sévère est passé de 2,7 millions à 3,3 millions de personnes, comparé à l’enquête de décembre. Au total, près de la moitié de la population du pays – soit 7,1 millions de personnes – est confrontée à des pénuries alimentaires.

Ces pénuries alimentaires récurrentes sont particulièrement critiques pour les enfants de moins de cinq ans. Déjà, certaines régions ont des taux très élevés de malnutrition, qui augmenteront inévitablement si des mesures drastiques ne sont pas prises.

« Les conditions de vie des ménages continuent de se détériorer », déclare Mamane Issa, Secrétaire exécutif de la Croix-Rouge du Niger. « La plupart des familles sont incapables d’acheter les céréales pourtant disponibles sur le marché en raison de leurs prix élevés et de la baisse de leurs revenus liée aux mauvaises productions agricoles. »

Depuis mars, les volontaires de la Croix-Rouge du Niger sont intervenus auprès des familles dans plus de 210 villages répartis dans trois régions (Tahoua, Diffa et Zinder). Au total, en collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), les volontaires de la Croix-Rouge ont distribué des vivres à plus de 12 000 personnes et prévoient d’en atteindre plus de 100 000 autres d’ici fin juin/mi-juillet.

« Nous comptons améliorer l’accéssibilité des ménages vulnérables à la nourriture, en mettant l’accent sur les programmes de distribution de cash ou de bons d’achat visant à stimuler le marché local dans les trois premières régions ciblées (Zinder, Diffa et Tahoua) et étendre cette opération à Dosso et à la périphérie de Niamey »  déclare Momodou Lamin Fye, Représentant régional de la FICR pour la région du Sahel.  

La prise en charge des cas de malnutrition aiguë et d’autres besoins alimentaires urgents sera également renforcée et élargie avec le concours  des Sociétés Nationales partenaires présentes sur le terrain. 

« La situation des enfants de moins de cinq ans s’est s’aggravée, une autre priorité de notre travail est donc de soutenir le dépistage des cas de malnutrition au niveau des populations afin de les renvoyer vers le système de santé en cas de malnutrition aiguë. Nous allons également fournir un appui pour promouvoir de meilleures pratiques alimentaires en faveur des nourrissons et des jeunes enfants à travers l’éducation nutritionnelle », ajoute Lamin Fye.

Toutefois, l’opération se propose d’aller au-delà même de ces activités. Elle va également aider les populations à trouver des solutions plus durables. Cela inclut, par exemple, la promotion d’activités agricoles à long terme grâce à des technologies appropriées, le renforcement des banques de semences, l’utilisation de mécanismes d’irrigation à petite échelle et l’amélioration des capacités des populations et de la Société Nationale de la Croix-Rouge à se préparer, à réduire les risques et à répondre à une future crise alimentaire ainsi qu’à d’autres situations d’urgence.

Fin février, La FICR avait déjà débloqué 229,000 francs suisses (USD 212,828, EUR 156,142) de son Fonds d’urgence de réponse aux catastrophes. (DREF) afin d’aider la Croix-Rouge nigérienne à démarrer l’opération.

Carte