La Fédération Croix-Rouge et Croissant-Rouge a démarré une distribution de deux millions de moustiquaires pour combattre le paludisme au Niger

Publié: 16 décembre 2005

Le lundi 19 décembre 2005, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge commence à distribuer au Niger 2 030 000 moustiquaires traitées au moyen d’un insecticide à effet prolongé, dans le cadre d’une opération qui vise à protéger contre le paludisme quelque 3,5 millions d’enfants.

En conjonction avec une campagne gouvernementale de vaccination contre la poliomyélite, chaque foyer comptant des enfants en bas âge recevra une de ces moustiquaires imprégnées. La Fédération internationale compte prémunir ainsi contre le paludisme tous les enfants de moins de cinq ans, particulièrement vulnérables à la maladie.

“A notre connaissance, il s’agit de la plus importante distribution de moustiquaires jamais mise sur pied”, déclare Markku Niskala, secrétaire général de la Fédération internationale. “Nous devons de toute urgence renverser la situation tragique du Niger, où un enfant sur quatre n’atteint pas son cinquième anniversaire, et où la moitié des décès enregistrés parmi les moins de cinq ans est imputable au paludisme”, souligne-t-il.

Jean Roy, responsable des programmes de santé publique au secrétariat de la Fédération internationale à Genève, explique que cette opération s’inscrit dans le prolongement d’une initiative menée avec succès en 2004 au Togo, où près d’un million de moustiquaires avaient ainsi été distribuées en parallèle avec une campagne de vaccination contre la rougeole. “Ces moustiquaires sont vitales. Nous estimons qu’elle sauveront quelque 40 000 enfants nigériens rien que dans l’année qui suivra la distribution”, note-t-il.

Le président de la Croix-Rouge nigérienne, Ali Bandiare, observe pour sa part qu’environ 3 850 volontaires de la Croix-Rouge et autres agents communautaires qui sont en mesure de toucher les villages les plus isolés du pays joueront un rôle crucial pour la réussite de la campagne. “Ils sont formés à expliquer aux familles comment le paludisme est transmis, pourquoi il est essentiel d’utiliser les moustiquaires et comment elles doivent être installées”, commente-t-il.

La Fédération internationale fait partie du petit groupe d’organisations soutenant ce projet qui est coordonné par le ministère nigérien de la Santé, avec des partenaires comme la Croix-Rouge nigérienne et le Centre for Medical Research à Niamey. La campagne est financée conjointement par le Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (US$ 11 millions), par l’Agence canadienne pour le développement international (US$ 2 millions), dont la contribution est canalisée par la Croix-Rouge canadienne, et par l’Initiative de la Fédération internationale contre le paludisme.

Elle bénéficie par ailleurs de l’appui du Partenariat contre la rougeole, du Programme d’éradication de la poliomyélite et du Partenariat Halte au paludisme – trois partenariats destinés à relever les principaux défis de santé publique en Afrique et regroupant l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’UNICEF et la Fédération internationale, ainsi que diverses ONG et autres organisations.

Des opérations comme celles conduites l’année dernière au Togo et cette année au Niger, l’un des pays les plus pauvres du monde, représentent une contribution essentielle à l’accomplissement de l’objectif du développement pour le millénaire qui consiste à réduire la mortalité infantile de deux tiers d’ici 2015. La campagne de distribution de moustiquaires complète les efforts de la Fédération internationale pour restaurer la sécurité alimentaire au Niger, lesquels incluent des centres de nutrition pour les enfants, des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement et des programmes d’éducation sanitaire.

Carte