Mise en œuvre de mesures précoces pour lutter contre une grave insécurité alimentaire au Niger

Publié: 22 mars 2010

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lance un appel d’urgence d’un montant de 986,862 francs suisses (EUR 677,278/USD 932,409/) pour atténuer les effets de la mauvaise récolte que le Niger a connue l’année dernière. Selon une évaluation menée par le gouvernement du Niger, plus de la moitié des 15 millions de personnes que compte le pays, sont confrontées à des pénuries alimentaires en raison de pluies insuffisantes et irrégulières.

Le réseau d’alerte précoce sur les questions de sécurité alimentaire (Fewsnet), financé par des fonds américains, affirme que le nombre d'enfants malnutris admis dans les centres d'allaitement a été de 60 pour cent plus élevé en janvier 2010, qu’à la même période l'année précédente. Fewsnet prédit une grave crise de sécurité alimentaire au Niger cette année.

« Nous sommes très inquiets du fait que plus de la moitié des ménages ruraux n'ont plus de céréales en stock », indique Mamane Issa, Secrétaire exécutif de la Croix-Rouge du Niger. « Un soutien rapide aux habitants ruraux, pauvres et sans terre est important afin d'éviter les déplacements et la vente des biens de la communauté ».

La Fédération internationale vise à soutenir la Croix-Rouge du Niger afin qu’elle vienne en aide à 300,000 personnes dans 120 villages situés dans les régions de Diffa, Zinder et Tahoua. Des aides pécunières seront fournies aux personnes vulnérables, en échange d’un travail visant à améliorer l'environnement pour une meilleure production agricole. De la nourriture et des semences seront distribuées en collaboration avec des partenaires et des centres de santé seront soutenus pour assurer des services nutritionnels appropriés aux communautés touchées.

« Le pic de la pénurie alimentaire est attendu au mois de juin. Nous devons prendre des mesures urgentes pour atténuer ses impacts en augmentant la résilience de la communauté et en soutenant les mécanismes communautaires de subsistance », déclare Youcef Ait-Chellouche, Coordonnateur de la gestion des catastrophes de la Fédération pour l’Afrique de l'Ouest et du Centre. « Il est également important de soutenir le rétablissement rapide des communautés en leur fournissant des semences pour la prochaine saison agricole, afin d'éviter une mauvaise récolte cette année aussi. »

La Fédération a débloqué un montant de 229,000 francs suisses (EUR 156,142/212,828 USD) à la fin du mois de février, de son fonds d’urgence de réponse aux catastrophes pour démarrer l'opération qui sera mise en oeuvre sur neuf mois.

Carte