La Fédération internationale lance un programme de 21 millions de francs suisses contre le VIH/sida en Afrique de l'Ouest et du Centre

Publié: 22 juillet 2008

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lance un appel de 21 millions de francs suisses (20,6 millions de dollars US/ euro 13 millions / 8,5 milliards de francs CFA) afin de financer un nouveau programme de lutte contre le VIH sur trois ans (2008-2010). Ce dernier permettra le développement des activités dans ce domaine des Sociétés Nationales de la Croix-Rouge dans cinq pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre : Burkina-Faso, Guinée, Nigéria, République Centrafricaine et République Démocratique du Congo.

Ce nouveau programme, basé sur l'implication des communautés locales, s'inscrit dans le cadre de l'Alliance Mondiale contre le VIH/sida de la Fédération internationale lancé au début du mois en Afrique de l'Ouest et du Centre. Il vise à venir en aide à 950 000 personnes vulnérables, dont 10 000 orphelins, 49 000 personnes vivant avec le VIH ainsi que 13 000 professionnelles du sexe. Elles bénéficieront de programmes de prévention, de traitements à domicile, d'activités visant à réduire la stigmatisation et la discrimination. Le programme prévoit aussi le renforcement des capacités des Sociétés Nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans la mise en oeuvre de programmes sur le VIH.

« A l'instar des autres régions d'Afrique subsaharienne, l'Afrique de l'Ouest et du Centre subit les conséquences désastreuses du VIH/sida. Bien que l'impact varie d'un pays à un autre, le VIH menace le développement car il touche tous les secteurs: l'économie, la santé, l'éducation, la sécurité alimentaire », souligne Abdourahmane Ndiaye, Chargé de projet VIH/sida pour les pays du Sahel à la Fédération internationale.

« Notre programme en Afrique de l'Ouest et du Centre propose un rapport qualité-prix exceptionnellement bon. Il est mis en œuvre par des volontaires qui vivent dans les mêmes quartiers que les personnes qu'elles aident. Ainsi, l'argent investi arrive à ceux qui en ont besoin par la voie la plus directe. Par ailleurs, nos efforts portent sur les personnes les plus vulnérables ou exposées à des risques, ceci afin d'accomplir un objectif vital : celui d'empêcher le VIH de continuer à se propager », déclare le docteur Mukesh Kapila, Représentant spécial de la Fédération internationale pour le VIH/sida.

En se basant sur les statistiques de l'ONUSIDA, la Fédération internationale estime que, sur environ 33,6 millions de personnes dans le monde qui vivent avec le VIH, près de 4,5 millions - dont 400 000 enfants de moins de quatorze ans - vivent dans les cinq pays impliqués dans la première phase du programme.

En 2006, 350 000 personnes environ sont mortes du sida dans ces cinq pays qui comptent également près de 1,9 million d'enfants orphelins à cause du sida. Les taux de prévalence varient de 1,5 % en Guinée à plus de 10 % en République Centrafricaine. On peut également souligner que, dans la région, le nombre de jeunes femmes adultes séropositives est deux fois plus grand que le nombre d'hommes.

Carte