Journée internationale de la prévention des catastrophes – En Asie centrale, la préparation sauve des vies

Publié: 7 octobre 2008

Lorsque, le 22 juillet 2007, des volontaires et des employés du Croissant-Rouge du Tadjikistan, spécialement formés pour les secours d’urgence, sont arrivés six heures seulement après le tremblement de terre d’une magnitude de 5,5 sur l’échelle de Richter qui venait de frapper la région de Rasht, à l’est du pays, on a pu vérifier, si besoin était, qu’une bonne préparation communautaire permet de sauver des vies, de limiter l’impact des catastrophes et de distribuer sans délai une aide vitale aux rescapés. Première à arriver sur place, l’équipe du Croissant-Rouge a administré les premiers secours aux blessés, évalué les besoins les plus pressants et procuré des articles essentiels à 720 sinistrés particulièrement éprouvés. 

Il en a été de même ce 5 octobre au Kirghizistan quand le Croissant-Rouge a déclenché son plan d’urgence et dépêché sur le terrain des équipes chargées de distribuer des secours, d’assurer des soins et d’évaluer dommages et besoins quelques heures après un violent séisme dans la région d’Osh. D’une magnitude de 8 sur l’échelle de Richter, celui-ci a fait plus de 70 morts et une centaine de blessés. 

“À l’occasion de cette Journée internationale de la prévention des catastrophes, nous réaffirmons l’importance vitale d’équipes locales spécialisées dans la gestion des crises et de la préparation communautaire en prévision des catastrophes”, déclare Mohammed Mukhier, chef du département des politiques d’urgence et de la préparation aux catastrophes à la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. “Rien n’est plus efficace, comme nous avons pu le constater récemment encore en Asie centrale, à Cuba, au Mozambique ou en Afrique occidentale, surtout quand la préparation est associée à des systèmes d’alerte anticipée et à la sensibilisation du grand public.” 

Depuis le début de 2007, avec le soutien du département de l’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), les Sociétés du Croissant-Rouge des cinq pays d’Asie centrale – Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan – ont développé des plans nationaux d’intervention d’urgence et créé des équipes de secours afin de répondre plus efficacement aux besoins humanitaires dans cette région extrêmement exposée aux catastrophes. 

L’aide de la Commission européenne a servi à financer la formation de personnel spécialisé dans les interventions d’urgence, les premiers secours, la coordination de l’assistance et l’évaluation des besoins, à constituer des stocks de produits de première nécessité et à mettre en place des systèmes de télécommunication et des services de logistique. Les connaissances et compétences des équipes sont régulièrement mises à jour dans le cadre d’exercices de simulation et on organise périodiquement des campagnes de sensibilisation et d’information parmi la population. 

“Jeunes et vieux, hommes et femmes, anciens et écoliers, tous les membres de la communauté doivent être associés à l’effort pour garantir que les mesures de préparation sont pleinement acceptées, mises en application et intégrées dans la vie des villages”,  poursuit Mohammed Mukhier. “Ainsi, chacun sait ce qu’il doit faire en cas de catastrophe pour se protéger et pour aider sa famille, ses amis et ses voisins en attendant l’arrivée des secours extérieurs. Ce sont les communautés affectées qui assurent la plus rapide et la plus efficace des réponses.” 

Note aux rédacteurs 
Un feuillet d’information (en anglais) sur les programmes de préparation aux catastrophes en Asie centrale est annexé à ce communiqué de presse. Une vidéo (images semi-brutes, 6’53) d’un exercice de simulation organisé par le Croissant-Rouge du Tadjikistan est également disponible et diffusée via l’UER à Genève.

Carte