Les technologies de l’information et de la communication centrées sur l’homme sauvent des vies

Publié: 15 novembre 2005

Les technologies de l’information et de la communication jouent un rôle vital dans les efforts de secours et de développement, mais uniquement lorsqu’elles sont centrées sur l’homme, souligne la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à la veille du sommet mondial sur la société de l’information qui se tiendra du 16 au 18 novembre à Tunis, sous l’égide des Nations unies.

De fait, ces technologies permettent des échanges rapides d’informations cruciales pour le succès des opérations humanitaires et des programmes de développement. Mais, pour qu’elles contribuent à sauver des vies humaines, encore faut-il qu’elles soient accessibles à ceux qui en ont le plus besoin.

La Fédération internationale a baptisé “e-preparation” la diffusion parmi les communautés locales des moyens de communication performants fondés sur l’informatique. Les réseaux de jeunes et de volontaires des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, forts de quelque 100 millions de membres dans 183 pays, constituent un élément essentiel de cette “préparation électronique” en propageant des informations sur les catastrophes naturelles ou sur les maladies contagieuses, comme la grippe aviaire.

“Tout le monde a besoin de l’information, mais tout particulièrement les individus vulnérables en raison de l’âge, de l’analphabétisme, du déracinement, de la pauvreté, de la marginalisation, de l’exclusion sociale, de la discrimination ou des risques de catastrophes”, déclare Markku Niskala, secrétaire général de la Fédération internationale.

“En promouvant l’accès à l’information parmi des populations qui vivent du “mauvais” côté de la frontière numérique, les jeunes membres et les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont les moteurs de l’égalité sociale et de la dignité humaine. Au sommet mondial sur la société de l’information, la Fédération internationale plaidera pour une reconnaissance accrue de leur contribution à la préparation électronique en prévision des catastrophes et des crises sanitaires. Les jeunes et les volontaires du Mouvement utilisent des technologies de pointe, comme les texto transmis par téléphone mobile, pour convertir l’information en actes susceptibles de sauver des vies humaines”, poursuit le secrétaire général.

Chaque année, durant la saison des ouragans, les pays des Amériques qui ont accès à l’information et les moyens de la diffuser parmi la population souffrent beaucoup moins que les autres. En Jamaïque, une fois l’information reçue et analysée, des volontaires de la Croix-Rouge comme Patricia Greenleaf, de Cedar Valley, se mettent aussitôt au travail, parcourant les rues des agglomérations pour alerter les habitants au moyen de mégaphones. Ils invitent les groupes marginalisés et les personnes ayant des besoins particuliers, comme les vieillards ou les handicapés mentaux, à accrocher à l’extérieur de leur habitation un drapeau blanc qui indique qu’ils auront besoin d’aide en cas d’évacuation. “J’ai été heureuse d’avoir pu les mettre en garde avant la tempête”, rapportait Patricia Greenleaf au lendemain d’un ouragan particulièrement violent.

Au sommet mondial sur la société de l’information, la Fédération internationale, qui a déjà noué des partenariats avec Microsoft et d’autres entreprises spécialisées dans les technologies de la communication, appelera à la multiplication de ces accords, au financement de réseaux d’information et de communication centrés sur les communautés locales ainsi qu’au renforcement de la préparation électronique des populations vulnérables, afin d’éviter que les catastrophes ne ravagent systématiquement leurs existences et leurs moyens de subsistance et ne compromettent l’accomplissement des objectifs du développement pour le millénaire.

Carte