Afrique : des milliers de volontaires mobilisés contre la polio

Publié: 28 avril 2010 0:00 CET



Amy Sallah, une jeune volontaire de la Croix-Rouge Gambienne, dépose quelques gouttes dans la bouche de Youma Cham, un bébé de huit mois.

Sa maman Tarie Gaye qui le tenait dans les bras est visiblement heureuse ainsi que son père Moustapha Cham debout juste à côté, s’appuyant sur une bequille. Leur petite fille vient d’être vaccinée contre la polio dans le cadre du deuxième tour d’une campagne massive de vaccination synchronisée qui a débuté le 24 avril. Elle vise à s’assurer que chaque enfant est bien immunisé. Le premier tour a eu lieu du 6 au 9 mars dernier.

Pour la famille Cham et pour de nombreux parents, le danger d’une paralysie entrainée par la polio reste présent car les conséquences sont toujours irreversibles.

« Je souffre d’une paralysie depuis le bas âge et suis donc totalement conscient de l’importance du vaccin oral contre la polio. C’est la raison pour laquelle je veille personnellement à ce que mes enfants soient vaccinés » indique Moustapha Cham. « C’est le seul moyen de les protéger contre cette maladie handicapante » ajoute t-il.

Résurgence de la polio

La maladie a fait sa réapparition dans de nombreux pays qui avaient pourtant réussi son éradication. Les mouvements de populations transfrontalières et l’irrégularité des programmes de vaccination de routine ont favorisé la propagation du virus du nord du Nigéria en 2008, le seul pays endémique, à d’autres pays de la région.

Une précédente série de campagnes en 2009 n’a pas stoppé complètement l’épidémie, en raison du fait que le nombre d’enfants vaccinés n’était pas suffisant pour arrêter la transmission de la poliomyélite.

Actuellement , neuf pays en Afrique de l’ouest et du centre ont enregistré des cas de polio au cours des six derniers mois. Il s’agit du Burkina Faso, du Tchad, de la Guinée, du Libéria, du Mali, de la Mauritanie, du Nigéria, du Sénégal, et de la Sierra Leone. Le Sénégal est en ce moment le pays où la transmission du poliovirus sauvage de la polio de type-1 est la plus active dans le monde, avec 13 cas au 21 avril.

Mobilisation exceptionnelle

Pour stopper la propagation du virus de la polio, les pays infectés sont rejoints par d’autres qui se sont libérés de la maladie dans une série de campagnes massives synchronisées visant à augmenter ensemble l’immunité des enfants à travers l’Afrique sub-saharienne.

Ces campagnes sont organisées par l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio, sous l’égide des gouvernements nationaux, l’OMS, le Rotary International, le CDC et l’UNICEF. La FICR est un partenaire opérationnel via les Sociétés Nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de la région.

Au cours de la première phase de ces campagnes, en mars dernier, environ 85 millions d’enfants étaient ciblés dans 19 pays en Afrique de l’Ouest et du Centre. Des taux élevés de couverture ont été atteints.

Le deuxième tour cible les mêmes pays à quelques exceptions près. Il vise à atteindre plus de 77 millions d’enfants dans 16 pays. Le Burkina Faso et la Sierra Leone ont retardé leur campagne jusqu’au 7 mai en raison des retards pris dans la livraison des vaccins à la suite de la fermeture de l’espace aérien en Europe en lien avec l’éruption volcanique en Islande.

Lors de la phase de « ratissage » actuelle, les passages seront renforcés dans les pays où presque 10% ou plus d’enfants n’ont pas été vaccinés lors du premier tour.

L’importante contribution de la Croix-Rouge/Croissant-Rouge

Pour s’assurer que les parents sont informés et comprennent l’importance de faire vacciner leurs enfants, des milliers de volontaires des Sociétés Nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, organisent des séries de campagnes d’information.

En Gambie, 300 volontaires ont été mobilisés dans le pays afin que plus de 381 000 enfants de moins de cinq ans soient atteints, pendant la deuxième phase de la campagne anti-polio.

« Nos volontaires organisent des activités de mobilisation sociale et font du porte-à-porte pour convaincre les communautés sur les dangers de la polio et la nécessité de faire vacciner leurs enfants » souligne Fatou Gaye du département santé de la Croix-Rouge Gambienne.

« Nous avons obtenu 95% de couverture pendant le premier tour et nous espérons atteindre cette fois-ci un taux de 100% grâce aux actions de la Croix-Rouge » souligne Abdoul Aziz Ceesay, un des responsables du Ministère de la santé à l’Hôpital de Serekunda.

Cet espoir placé à la Croix-Rouge Gambienne a été magnifié par la plus haute autorité du pays le 24 avril. Les plus prestigieuses distinctions ont été été décernées à l’organisation humanitaire pour services rendus à la nation et à quelques personnes qui ont participé à son rayonnement : Alasan Senghore, Directeur de la Zone Afrique de la FICR et Fatou Mass Jobe, Présidente de la Croix-Rouge Gambienne.


Carte