L'histoire de Hadi : une ferme avicole comme moyen de subsistance

Publié: 10 décembre 2008 0:00 CET

Megan Rowling, British Red Cross in Indonesia This is the second in a series of nine profiles/case studies, looking at how Red Cross Red Crescent has helped people to rebuild their own lives after the tsunami in Indonesia.

Dans la ferme avicole de Hadi Marhento, dans le village de Teunom, sur la côte ouest de la province d'Aceh, deux clients franchissent l’enclos de l’élevage afin choisir deux oiseaux. Leurs femmes les regardent pendant qu’ils abattent rapidement les poulets, les plument et les découpent pour la cuisson.

Hadi est un vendeur de volaille de 37 ans, il nous dit que ces derniers jours il a été très occupé avec les préparations d’un festival musulman local. Il nous explique comment il a recommencé ses affaires après le tsunami, en utilisant la subvention en argent comptant qu'il a reçu de la Croix-Rouge britannique pour acheter des poussins. Il les a ensuite élevés pour les vendre, mais il bientôt trouvé plus profitable d’acheter des poulets déjà élevés pour offrir en plus un service de boucherie à sa clientèle.

« J'ai réalisé que les conditions du marché me convenaient – en plus il n’y a pas beaucoup de personnes vendant des poulets – c’est ainsi que j'ai pu continuer à développer mon affaire en utilisant la subvention reçue de la Croix-Rouge, » nous indique Hadi. « C’est alors que j'ai obtenu encore 4 millions de roupies (environ 425 Francs suisses), pour acheter une machine à plumer les poulets. Depuis lors, mon travail se retrouve facilité. »

Des bénéfices

Habituellement il arrive à vendre environ 300 poulets et 100 canards par mois, cela génère un bénéfice moyen d'environ 4 millions de roupies (425 Francs suisses). Il emploie un jeune homme pour l'aider avec les affaires et il voudrait créer d’autres emplois aussitôt il pourra augmenter son capital.

Hadi a également reçu une maison de la Croix-Rouge puisque que sa vieille maison avait été détruite par le tsunami du 26 décembre 2004. Comme la plupart des bénéficiaires dans son district, la Croix-Rouge et le croissant-Rouge l'ont aidé à obtenir un titre de propriété officiel. Hadi est prêt à suivre l'exemple de quelques uns de ses concitoyens qui ont employé leur titre de propriété en tant que garantie pour un obtenir un prêt bancaire.

« C’est un peu comme un jeu d’hasard, » nous dit Hadi. «Si mes affaires ne vont pas bien, je risquerait de ne plus pouvoir payer mon emprunt, et cela signifierait que je doive remettre ma maison à la banque. »

Grippe aviaire

Ses revenus dépendent étroitement de la santé des poulets livrés par son grossiste à Medan, la ville principale de cette province du nord de Sumatra. Un autre risque à ne pas prendre à la légère est la grippe aviaire, qui affecte à la volaille indonésienne depuis début 2004. Le virus peut contaminer les gens qui entrent en contact avec les oiseaux malades ou morts. Jusqu'à juillet 2008, 111 personnes sont mortes de cette maladie en Indonésie, le pays de loin le plus affecté par ce fléau.

Heureusement l’élevage de Hadi n’a pas été touché par la maladie, mais, de toute façon, il ne prend aucun risque.

« Le gouvernement nous a dit que nous devons régulièrement pulvériser l’élevage pour diminuer tout risque d’infection, c’est ainsi que le vétérinaire vient une fois par semaine le faire, » nous explique-t-il. « Mais je ne suis pas trop préoccupé par la grippe aviaire puisque nous ne l’avons pas eue dans notre village de Teunom. »


Carte