Questions et réponses

Qui est habilité à modifier le texte des Principes fondamentaux ?

Le texte des Principes fondamentaux fait partie des Statuts du Mouvement. Si le texte des Principes fondamentaux devait être amendé, il serait donc nécessaire de procéder à une modification des Statuts du Mouvement. En conséquence, la Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge devrait prendre une décision en la matière car les Statuts du Mouvement sont adoptés par la Conférence.


Quels sont les facteurs sur lesquels peut se fonder la discrimination ?

Il existe un grande nombre de facteurs de discrimination possibles : genre, âge, race, couleur, langue, religion ou croyance, opinion politique ou autre, origine nationale, ethnique ou sociale, richesse, naissance, etc. Le fait que le Principe d'Impartialité n'inclue pas tous ces critères ne signifie pas que la différence de traitement se fondant sur n'importe lequel de ces critères soit justifiée : il s'agirait en effet de discrimination et par conséquent d'une violation du Principe d'Impartialité.


Lorsqu'une Société nationale agit en tant qu'auxiliaire des services médicaux de forces armées, s'agit-il d'une violation du Principe de Neutralité ?

Si l'action est uniquement de nature médicale, il ne s'agit pas d'une violation. Toutefois, cela soulève dans ce cas la question de l'image de la Société nationale, particulièrement dans un contexte de guerre civile. En s'engageant dans ces fonctions, une Société nationale risque de ne plus être considérée comme neutre, mettant par là en danger ses volontaires et son personnel. C'est pourquoi il est de la plus haute importance que toutes les parties d'un conflit comprennent et respectent le rôle humanitaire de la Société nationale.

La question de l'"indépendance" de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge relève-t-elle uniquement de la relation entre ses composantes et les États ?

Non, c'est un problème bien plus vaste. L'indépendance de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge relève également de leur indépendance vis-à-vis d'autres formes de pouvoir, qu'il soit religieux, politique, économique, etc. La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge se doivent donc d'être indépendants de toute religion, de tout parti politique, de toute société et autres.

Le Principe de Volontariat signifie-t-il qu'aucun individu de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ne devrait être payé pour son travail ?

Non. Le mot "volontaire" réfère à quelqu'un qui travaille de son propre gré, sans contrainte extérieure, pas nécessairement à quelqu'un qui n'est pas payé. Que ce soit sans rétribution ou moyennant une forme de reconnaissance ou même une modeste rémunération, l'essentiel réside en ce que le travail n'est pas inspiré par l'attente d'un gain financier mais par l'engagement personnel et le dévouement à la cause humanitaire, librement choisis ou acceptés dans le cadre du service rendu par la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge à la communauté.

Pourquoi n'y a-t-il qu'une Société nationale par pays ?

Cela est motivé par plusieurs raisons :

  • Efficacité du travail : celle-ci pourrait se trouver diminuée si deux Sociétés ou plus devaient coexister dans un même pays ;
  • Focalisation : deux sociétés ou plus peuvent se focaliser de manière désorganisée sur les mêmes priorités, oubliant pendant ce temps d'autres domaines, et avoir des modes opérationnels différents ;
  • Risque de confusion dans l'esprit du public : des difficultés peuvent émerger au moment de choisir quelle Société nationale devrait être représentée à l'échelon international ;
  • Représentation : le risque pourrait être couru que ces Sociétés en viennent à représenter différentes communautés au sein du pays, ne bâtissant dès lors pas de ponts entre les communautés.