Togo

Displaying 1 - 5 of 5
|
Donation link

Togo: Mouvement de population

|
Communiqué de presse

3 milliards de moustiquaires expédiées pour prévenir le paludisme

Genève - 30 Nov 2023:Le jour même où l'Organisation mondiale de la Santé publie son Rapport mondial sur le paludisme 2023, l'Alliance pour la prévention du paludisme (APP) révèle qu'une étape importante a été franchie. Trois milliards de moustiquaires imprégnées d'insecticide (MII) ont été expédiées depuis 2004 pour prévenir le paludisme, la plupart dans des pays d'Afrique subsaharienne. On estime que ces moustiquaires sont responsables des deux tiers de la réduction du nombre de cas de paludisme au cours des dernières décennies. Grâce aux efforts des programmes nationaux de lutte contre le paludisme et des partenaires, environ 68 % des ménages d'Afrique subsaharienne possèdent au moins une moustiquaire. La plupart de ces moustiquaires ont été achetées grâce à des fonds provenant du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, de l'Initiative du président des États-Unis contre le paludisme, de l'UNICEF et de la Fondation contre le paludisme (FCP). Rien qu'en 2022, plus de 190 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticide ont été distribuées dans le monde par les programmes nationaux de lutte contre le paludisme dans les pays où la maladie est endémique. Sur ce total, 180 millions ont été distribués en Afrique subsaharienne.  Petra Khoury, Directrice du département Santé et soins de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui héberge l'Alliance pour la prévention du paludisme (AMP), a déclaré :  «Trois milliards, c'est un chiffre stupéfiant - un chiffre atteint grâce aux efforts phénoménaux déployés par des personnes dans de nombreux pays. Ces moustiquaires ont sauvé d'innombrables vies au cours des vingt dernières années. Le paludisme restera une menace, en particulier dans un monde qui se réchauffe. Mais les moustiquaires imprégnées d'insecticide sont l'outil le plus efficace dont nous disposons pour lutter contre cette maladie. » En 2004, le Togo a lancé la toute première campagne nationale de distribution de moustiquaires ciblant les enfants de moins de cinq ans avec un ensemble intégré d'interventions vitales. Vingt ans et six campagnes de distribution de masse de moustiquaires imprégnées d'insecticide plus tard, le Dr Tinah Atcha-Oubou, coordinatrice du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) au Togo, affirme que la distribution de masse de moustiquaires a eu un impact positif considérable sur la mortalité et la mobilité dues au paludisme. Le Dr Atcha-Oubou explique que le PNLP du Togo vise l'élimination du paludisme: « Nous avons une vision pour notre pays, un Togo sans paludisme. Nous voulons libérer les communautés du fardeau du paludisme pour améliorer la croissance économique du Togo. Les stratégies de prévention du paludisme ont donné des résultats prometteurs et nous avons accès à des outils efficaces pour atteindre cet objectif. Nous espérons pouvoir éliminer le paludisme de la même manière que de nombreux autres pays l'ont déjà fait.» L'accès aux moustiquaires et leur utilisation sont essentiels pour maintenir le Togo sur la voie de l'élimination du paludisme. Les investissements des partenaires au niveau national et international doivent se poursuivre pour que le pays puisse continuer à travailler à la réalisation de cet objectif.  Le projet de cartographie des moustiquaires de l'Alliance pour la prévention du paludisme suit de manière indépendante les livraisons de moustiquaires depuis la toute première campagne nationale en 2004 au Togo. Financé par la Fondation des Nations Unies dans le cadre de la campagne "Unis pour vaincre le paludisme" et dirigé par l'IFRC, le projet de cartographie des moustiquaires alimente chaque année le rapport mondial sur le paludisme de l'Organisation mondiale de la santé, en fournissant des estimations modélisées de la couverture en moustiquaires imprégnées d'insecticide à travers le monde. Les partenaires mondiaux ont commenté cette étape : Les moustiquaires sont l'un des meilleurs outils de notre arsenal dans la lutte contre le paludisme. L'initiative présidentielle américaine contre le paludisme est fière de soutenir cette étape historique et salue le travail de l'APP et de ses partenaires pour renforcer la capacité des programmes nationaux de lutte contre le paludisme à distribuer des moustiquaires aux communautés qui en ont le plus besoin et à assurer le suivi et la communication des données. Dr. David Walton, coordinateur du président des États-Unis pour la lutte contre le paludisme dans le monde «Le Fonds mondial reste déterminé à améliorer la vie des communautés qui souffrent du fardeau du paludisme. Aider les pays que nous soutenons à assurer une couverture optimale de la lutte antivectorielle est une pierre angulaire de notre stratégie de lutte contre le paludisme. L'étape des 3 milliards de moustiquaires imprégnées d'insecticide doit être célébrée et servir de catalyseur pour continuer à progresser vers la réalisation et la pérennisation de cette intervention qui sauve des vies.» Scott Filler, chef du département "Paludisme", conseil technique et partenariats, Fonds mondial:  «L'expédition de 3 milliards de moustiquaires imprégnées d'insecticide (MII) représente une avancée cruciale dans notre lutte contre le paludisme. La distribution à grande échelle de moustiquaires imprégnées d'insecticide, accompagnée d'une communication intensive sur le changement de comportement au niveau communautaire, a contribué de manière significative à réduire la transmission du paludisme, à protéger les populations vulnérables et à sauver des vies.» Keziah Malm, Coordination nationale du programme national d'élimination du paludisme au Ghana Informations complémentaires : Au cours des dernières années, une proportion croissante de MII expédiées a contenu des ingrédients actifs conçus pour atténuer les effets de la résistance aux insecticides. En 2022, sur les 281,5 millions de MII livrées par les fabricants aux pays où le paludisme est endémique, 47 % étaient traitées avec un synergiste, le pyréthroïde-butoxyde de pipéronyle (PBO), et 8 % étaient des MII à double ingrédient actif, qui combinent des insecticides ayant des modes d'action différents. Si la protection des personnes contre le paludisme reste essentielle, la communauté mondiale reconnaît également l'empreinte écologique des moustiquaires imprégnées d'insecticide pour la lutte antivectorielle, du point de fabrication jusqu'à la sortie de la chaîne d'approvisionnement, étant donné la forte dépendance au plastique des moustiquaires elles-mêmes et de leur emballage. La collecte et l'élimination responsables des déchets plastiques au point de distribution et lorsque les moustiquaires deviennent inutilisables pour la prévention du paludisme font donc partie intégrante des stratégies de lutte antivectorielle de nombreux programmes nationaux de lutte contre le paludisme. Les parties prenantes et les partenaires mondiaux et nationaux collaborent pour trouver des solutions permettant de limiter la quantité de déchets générés et de garantir des chaînes d'approvisionnement plus durables et plus respectueuses de l'environnement pour la lutte antivectorielle à l'aide de moustiquaires imprégnées d'insecticide. Malgré les efforts des programmes nationaux de lutte contre le paludisme et leur financement, le dernier Rapport mondial sur le paludisme note que les cas et les décès dus au paludisme dans le monde en 2022 ont été plus élevés qu'en 2019, principalement en raison de l'interruption des services pendant la pandémie de COVID19. Les pays les plus touchés sont le Pakistan, l'Éthiopie, le Nigéria, l'Ouganda et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. L'Organisation mondiale de la santé estime qu'il y a eu 608 000 décès dus au paludisme en 2022, soit 32 000 décès de plus que l'année précédant la pandémie.   Le Rapport mondial sur le paludisme 2023 souligne également que l'écart de financement entre les sommes investies dans la lutte contre le paludisme et son élimination et les ressources nécessaires continue de se creuser. Il est passé de 2,3 milliards de dollars US en 2018 à 3,7 milliards de dollars US au niveau mondial en 2022. Malgré le manque de financement, la poursuite de la recherche et du développement pour lutter contre la résistance aux insecticides a renforcé les efforts des programmes nationaux de lutte contre le paludisme et de leurs partenaires pour fournir des services à toutes les populations à risque. Les efforts considérables déployés pour générer un financement suffisant afin de soutenir les plans stratégiques nationaux de lutte contre le paludisme restent essentiels pour garantir que la lutte contre le paludisme reste sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l'OMS pour 2030. Pour plus de détails, merci de nous écrire à l'adresse: [email protected]   Andrew Thomas   Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge: +41763676587  Tommaso Della Longa   Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge: +41797084367  Des porte-parole sont disponibles pour parler de cette annonce, notamment Petra Khoury, directrice de la santé et des soins à l'IFRC. Partenaires:   L'Alliance pour la prévention du paludisme bénéficie du soutien financier de l'USAID, de la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) et de la Fondation des Nations Unies (FNU). Depuis 2013, le projet de cartographie des moustiquaires est financé par la Fondation des Nations unies et l'IFRC.

|
Urgence

Togo: Mouvement de population

La violence armée dans la région du Sahel, en Afrique du Nord, continue de provoquer le déplacement de dizaines de milliers de personnes en quête de sécurité, y compris dans la région des Savanes au Togo. Tout au long de l'année 2023, le nombre de personnes déplacées dans la région des Savanes a continué d'augmenter, passant de quelques milliers en janvier à près de 60 000 en septembre. L'IFRC et ses membres recherchent 6 millions de francs suisses (dont 4 millions à lever par le Secrétariat de l'IFRC) pour aider la Croix-Rouge togolaise à atteindre 58 000 personnes dans le besoin.

|
Article

Champions du changement : Le club des pères de la Croix-Rouge togolaise lutte pour les droits des femmes

Au cœur de la capitale du Togo, Lomé, un groupe d'hommes est en train de réécrire le récit de leur communauté. Ils sont membres du Club des pères de Togblékopé et ont pour mission de devenir les défenseurs des femmes. Créé par la Croix-Rouge togolaise en 2013, le Club des pères vise à lutter contre les attitudes et les comportements néfastes qui freinent les progrès des femmes dans le pays. Tout a commencé lorsque la Croix-Rouge togolaise a découvert que de nombreuses femmes enceintes à Lomé n'avaient pas accès aux services de santé dont elles avaient besoin - dans certains cas parce qu'elles n'en avaient pas les moyens, mais dans d'autres cas parce que leurs partenaires masculins ne les laissaient tout simplement pas faire. Des volontaires ont donc créé le Club des pères pour réunir les hommes de la communauté et les aider à comprendre pourquoi il est important de respecter et de défendre les droits et les besoins des femmes. Dix ans plus tard, les membres sont désormais surnommés les «Papas Champions» et défendent fièrement la santé reproductive des femmes, s'attaquent aux violences basées sur le genre et servent de modèles aux autres hommes de leur communauté. Sama Abdou Rahime Arabiou, volontaire de la Croix-Rouge togolaise et président du club des pères de Togblékopé, est la force motrice de l'initiative et son cœur est plein de compassion. Il est convaincu que les femmes font partie intégrante du bien-être de chaque communauté et qu'elles méritent de vivre aussi librement et heureusement que les hommes. La première priorité du Club des pères était la santé reproductive. Traditionnellement, les femmes togolaises n'ont qu'un accès limité aux informations sur le planning familial et les services de santé reproductive. Les papas champions se sont donc rendus dans leur communauté pour partager avec les hommes et les femmes des informations fiables sur la santé. «Nous faisons de la sensibilisation en porte-à-porte. Nous parlons aux hommes des avantages de l'allaitement et d'autres activités liées à la santé », explique Sama. Les femmes de Togblékopé disent avoir constaté une grande différence chez leurs partenaires et dans l'attitude de la communauté à l'égard des femmes, grâce aux Papa Champions. «Avant, certaines femmes ne pouvaient rien faire. Elles ne faisaient rien et restaient toujours à la maison. Mais grâce à nos réunions, leurs maris les ont laissées démarrer des activités. Ils accompagnent maintenant leurs femmes à l'hôpital pour la consultation prénatale en vue de l'accouchement », explique Azoumi Boukari, mère de famille de Togblékopé et membre d'un club local de mères créé par la Croix-Rouge togolaise. Les Papas Champions sont également très actifs dans la lutte contre le problème omniprésent des violences basées sur le genre. Ils organisent souvent des ateliers pour les hommes sur la compréhension du consentement et le respect des limites imposées aux femmes. Ils patrouillent également dans leur quartier pour veiller à ce que les femmes puissent se promener en toute sécurité sans craindre d'être harcelées, intervenant dès qu'ils voient une femme en détresse et donnant un exemple positif aux jeunes générations. «Depuis que ce club a été créé dans notre communauté, j'ai vu beaucoup de changements chez mon mari... Ils [les papas champions] ont apporté de la joie dans nos foyers», ajoute Mme Azoumi. Le club des pères de Togblékopé a prouvé que les hommes peuvent, et doivent, être de puissants alliés dans la lutte pour les droits des femmes et l'égalité des sexes. Non seulement ils ont amélioré la vie des femmes de leur communauté, mais ils ont également créé un précédent pour une société plus équitable au Togo, dans laquelle être un «champion» pour les femmes n'est plus remarquable, c'est la norme.

|
Société nationale

Croix-Rouge togolaise