Dernières nouvelles

Le Sri Lanka au bord d'une crise humanitaire

21/07/2022 | Communiqué

Colombo/Kuala Lumpur, 21 Juillet 2022 – La crise économique au Sri Lanka est en train de se transformer en l'une des pires crises humanitaires que le pays ait connues depuis des décennies, avec 6,7 millions de personnes ayant désormais un besoin urgent d'aide humanitaire. Des millions de familles sont confrontées à des pénuries de nourriture, de carburant, de gaz de cuisson, de fournitures essentielles et de médicaments alors que les impacts humanitaires de la crise économique continuent de se multiplier. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) est particulièrement préoccupée par le sort des 2,4 millions de personnes qui vivent déjà sous le seuil de pauvreté et qui sont parmi les plus touchées par la perte de leurs moyens de subsistance, les pénuries alimentaires et la hausse vertigineuse du prix des produits de première nécessité. Le secrétaire général de la Croix-Rouge du Sri Lanka, Mahesh Gunasekara, a déclaré : «La situation a pris une tournure préoccupante pour les personnes qui luttaient déjà pour mettre de la nourriture sur leur table pendant la pandémie de COVID-19. C'est encore plus difficile pour les familles monoparentales et les millions de personnes qui ne peuvent pas travailler ou envoyer leurs enfants à l'école à cause de la crise du carburant. «Nous avons besoin de l'aide internationale maintenant pour aider des millions de personnes à reprendre leur vie en main et à éviter le pire. Nous devons agir rapidement pour que des vies puissent être sauvées.» L'IFRC soutient la société de la Croix-Rouge du Sri Lanka qui est le principal acteur humanitaire national. La Croix-Rouge du Sri Lanka est une organisation neutre et impartiale qui fournit une assistance humanitaire depuis l'indépendance du pays. Plus de 10 000 packs de ration alimentaire sec et 4 000 subventions en espèces ont été distribuées à ce jour dans 25 districts du comté, 5 000 kits scolaires ont été distribués dans 10 districts. De l'eau potable est fournie aux personnes faisant la queue pendant des jours pour obtenir du carburant et des colis alimentaires pour 10 000 familles dans quatre districts. La Croix-Rouge du Sri Lanka travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé pour fournir aux hôpitaux les médicaments essentiels qui font actuellement défaut. Les secouristes et les ambulances de la Croix-Rouge ont apporté une réponse médicale d'urgence à plus de 20 000 personnes blessées lors des récentes manifestations, notamment les manifestants et les forces de sécurité. La Croix-Rouge du Sri-Lanka a fourni des services d'ambulance à plus de 1000 personnes et les a transportées dans des hôpitaux pour des traitements supplémentaires. S'exprimant depuis Colombo, Maryann Horne, conseillère spéciale de l'IFRC pour les crises humanitaires et les urgences, a déclaré : «Les effets de la crise économique se font sentir dans tous les secteurs. La crise économique plonge dans le désespoir les personnes les plus vulnérables, soit environ 2,4 millions de personnes vivant déjà sous le seuil de pauvreté. Sans revenu, les gens arrivent à peine à s'en sortir et sont obligés de vendre leurs biens, de s'endetter et de réduire leur consommation de nourriture tandis que de nombreux enfants ne peuvent pas aller à l'école. «L'appel d'urgence permettra de répondre aux besoins humanitaires les plus urgents. Il permettra de contribuer à protéger les personnes les plus vulnérables à un moment où les gens n'ont pas d'argent, pas d'emploi et pas de carburant.» L'IFRC a lancé un appel d'urgence en faveur de la Croix-Rouge du Sri Lanka pour un montant de 28 millions de francs suisses afin de fournir une aide humanitaire d'urgence. Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, veuillez contacter: Kuala Lumpur: Rachel Punitha, +60-19-791-3830, [email protected] Colombo: Maryann Horne, +44-7912-477-045, [email protected]

Lire plus

21/07/2022
Le Sri Lanka au bord d'une crise humanitaire
Lire plus
Le Sri Lanka au bord d'une crise humanitaire
21/07/2022
Lire plus

Guérir les cicatrices invisibles du conflit ukrainien : l'IFRC et l'Union européenne lancent un projet sur la santé mentale

18/07/2022 | Article

Selon l'OMS, une personne sur cinq est affectée par des troubles de santé mentale dans les situations post-conflit. S'ils ne bénéficient pas d'un traitement et d'un soutien adéquat, les Ukrainiens s'exposent à des effets durables qui pourraient leur nuire à eux-mêmes, à leur famille et à leur communauté. «Les blessures de guerre sont profondes, parfois trop profondes pour être gérées seules », explique Nataliia Korniienko, déléguée à la santé mentale et au soutien psychosocial auprès de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC). En tant qu'Ukrainienne, qui a dû quitterelle-même le pays lorsque la situation a commencé à s'aggraver, elle comprend de trés près le stress auquel sont confrontés ceux qui fuient le conflit. «Les gens ont besoin de quelqu'un qui prenne le temps de s'asseoir à côté d'eux dans leur douleur, mais cela manque souvent pour beaucoup de ceux qui fuient l'Ukraine en ce moment.» Dans le cadre d'une initiative régionale visant à répondre à ce besoin massif, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge de la République tchèque, de la Hongrie, de la Pologne, de la Roumanie et de la Slovaquie ont uni leurs forces pour offrir des services de santé mentale et de soutien psychosocial à plus de 300 000 personnes en Ukraine. Financé par l'Union européenne et avec l'assistance technique de l'IFRC et du Centre psychosocial de l'IFRC, le projet met en relation des personnes vulnérables avec des professionnels de la santé mentale et des volontaires des cinq Sociétés nationales. Un soutien est proposé en ukrainien et dans d'autres langues par le biais de diverses plateformes, notamment des lignes d'assistance téléphonique, des services mobiles et des activités de groupe en personne. Des documents sur le soutien psychosocial en plusieurs langues vont également être distribués aux professionnels de la santé mentale et au public. Depuis les premiers jours du conflit, le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont aidé les gens aux points de passage frontaliers, dans les gares et les abris temporaires - en les écoutant et en faisant preuve d'empathie, en partageant des informations vitales et en prenant soin des personnes vulnérables. Aneta Trgachevska, responsable par intérim de la santé et des soins à l'IFRC Europe, a déclaré : «Nous essayons d'atteindre toutes les personnes dans le besoin d'une manière pratique et personnalisée. L'assistance ne se limitera pas à quelques appels ou réunions - la personne recevra un soutien aussi longtemps que nous serons nécessaires. Ce type de réponse précoce peut atténuer les symptômes et empêcher les gens de développer de graves niveaux de détresse, voire des problèmes de santé mentale.» -- Le contenu de cet article relève de la seule responsabilité de l'IFRC et ne reflète pas nécessairement les vues de l'Union européenne.

Lire plus

18/07/2022
Guérir les cicatrices invisibles du conflit ukrainien : l'IFRC et l'Union européenne lancent un projet sur la santé mentale
Lire plus
Guérir les cicatrices invisibles du conflit ukrainien : l'IFRC et l'Union européenne lancent un projet sur la santé mentale
18/07/2022
Lire plus

«La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité» : lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs

05/07/2022 | Article

L'insécurité alimentaire n'est pas un phénomène nouveau. Mais la récente escalade de la gravité et de l'étendue géographique de la faim chronique est un sérieux motif d'alarme. La crise de la faim est particulièrement ressentie sur le continent africain, où de nombreuses régions, notamment la Corne de l'Afrique, le Sahel et le lac Tchad, connaissent la pire crise alimentaire depuis des décennies. Des millions de personnes sont confrontées à la faim en Afrique, ce qui a poussé l'IFRC à lancer des appels d'urgence pour les crises de la faim au Nigeria, en Somalie, au Kenya, en Éthiopie, au Niger et en Angola au cours de l'année écoulée. En mai dernier, j'ai rencontré certaines des personnes concernées par la sécheresse dans le comté de Marsabit, au Kenyalors d'une visite des zones touchéesoù les niveaux de malnutrition sont parmi les plus élevés du continent. J'ai pu constater de moi-même le niveau de souffrance causé par une grave pénurie de précipitations pendant quatre saisons consécutives, associée à une vulnérabilité préexistante dans certaines parties du comté. Les enfants, les jeunes mères et les personnes âgées sont les plus touchés et doivent faire face à la quasi-disparition de leurs moyens de subsistance. Bien que cette crise de la faim soit, dans une large mesure, d'origine climatique, elle est également alimentée par les effets d'importants essaims de criquets, d'épidémies, de conflits et d'insécurité, et de ralentissements économiques, y compris ceux déclenchés par le COVID-19. En outre, le conflit en cours en Ukraine perturbe le commerce mondial des denrées alimentaires, des engrais et des produits pétroliers, les prix des produits agricoles atteignant des sommets. L'Afrique de l'Est, par exemple, importe 90 % de son blé de Russie et d'Ukraine (source : PAM), et le conflit a entraîné d'importantes pénuries. La crise ukrainienne a également détourné l'attention et les ressources d'autres crises. Si l'Ukraine est une crise extrêmement préoccupante, qui touche des millions de personnes, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de vue d'autres crises urgentes dans le monde. L'une d'entre elles, et non la moindre, est la détérioration rapide de la sécurité alimentaire dans de nombreuses régions d'Afrique. L'heure tourne et il pourrait bientôt être trop tard pour éviter une tragédie généralisée. La question qui devrait nous préoccuper tous est donc la suivante : que pouvons-nous faire, en tant que collectif humanitaire, pour éviter que l'histoire tragique du début des années 1980 ne se répète ? Nous avons besoin d'une action urgente et massive pour intensifier l'assistance vitale à des millions de personnes au bord de l'effondrement, mais aussi pour s'attaquer de manière décisive aux causes profondes de cette crise par des engagements à plus long terme. L'IFRC a un rôle important et unique à jouer. Grâce à notre portée et à notre expertise communautaires inégalées, à notre expérience humanitaire de plus de 100 ans, à notre capacité d'agir à la fois localement et mondialement, et au statut spécial de nos Sociétés nationales en tant qu'auxiliaires des pouvoirs publics, nous pouvons inverser la tendance. Mais nous avons besoin de ressources pour le faire. Notre priorité immédiate collective est de rassembler un soutien pour sauver des vies, au sein et en dehors de notre réseau de l'IFRC, pour les six prochains mois,en accordant une attention particulière à la Corne de l'Afrique, au Sahel central et aux autres points chauds du continent. Au cours de cette phase d'urgence, nous concentrerons notre soutien sur ce qui, nous le savons par expérience, fera le plus de différence dans la vie et les moyens de subsistance des personnes touchées : l'aide alimentaire, les programmes d'argent liquide et le soutien nutritionnel. Parallèlement, nous élaborerons des programmes à plus long terme, en collaboration avec les Sociétés nationales intéressées, afin de nous attaquer aux causes profondes de l'insécurité alimentaire. Nous nous appuierons sur nos succès précédents et travaillerons en soutien aux plans et cadres des gouvernements pour restaurer la résilience des communautés les plus démunies, y compris les populations déplacées. Tout ce que nous faisons sera étayé par des données solides et un engagement significatif des communautés, afin de garantir que notre réponse soit fondée sur des preuves et adaptée. La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité. Pour soulager la souffrance humaine, nous devons relever ce défi par une mobilisation et une action collectives, dans l'immédiat et à long terme. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de faire trop peu, trop tard. --- Depuis 2020: Le réseau de l'IFRC a fourni une assistance alimentaire et des articles non alimentaires à 4,8 millions de personnes, en combinant toutes les opérations de réponse humanitaire (appels d'urgence, DREF et notre réponse COVID-19). Plus de 20 Sociétés nationales africaines ont mis en œuvre des projets liés à la sécurité alimentaire dans le cadre de leur programmation régulière. 33 Sociétés nationales africaines ont augmenté leur capacité à fournir une assistance en espèces et sous forme de bons. Cliquez ici pour en savoir plus sur le travail de l'IFRC en matière de sécurité alimentaire et de moyens de subsistance. Vous pouvez également être intéressé par: 'Pour vaincre les crises alimentaires en Afrique, il faut commencer par une planification à long terme.' - Un article d'opinion paru dansDevex par le directeur régional de l'IFRC pour l'Afrique, Mohammed Omer Mukhier-Abuzein. À cause de la faim, je suis ici" - reportage photo du magazine de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sur les réfugiés angolais qui fuient vers la Namibie en raison de la sécheresse et du manque de nourriture et d'eau qui en résulte. Et faites défiler la page pour en savoir plus sur nos appels d'urgence en cours pour lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs.

Lire plus

05/07/2022
«La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité» : lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs
Lire plus
«La faim est l'une des souffrances les plus indignes de l'humanité» : lutter contre l'insécurité alimentaire en Afrique et ailleurs
05/07/2022
Lire plus

«Il les appelait les plantes de l'espoir » : Soutenir la santé mentale des personnes victimes de la crise ukrainienne.

01/07/2022 | Article

Une simple recherche de «Kharkiv» sur Internet permet aujourd'hui de voir des scènes de cendres grises recouvrant des bâtiments en ruines. C'est ainsi qu'une grande partie du monde voit aujourd'hui l'Ukraine. Loin de cette perception, les habitants se souviennent du crépitement des cheminées et des promenades sous les arbres, dont beaucoup sont aujourd'hui sans vie. Mais il reste au moins une petite touffe de vert printanier - quelques petites plantes dans le jardin d'un habitant de Kharkiv. Les seules à avoir survécu à la pluie de missiles dans un jardin autrefois luxuriant et vibrant. «Il les appelait les plantes de l'espoir», explique Ana Blanco, l'une des 20 secouristes de la Croix-Rouge espagnole travaillant à Zahony, en Hongrie. «Lui et sa femme sont arrivés à la gare de Zahony avec deux d'entre elles, après avoir fait tout ce chemin depuis Kharkiv. Et chaque jour, je les voyais prendre tant de soin et de fierté pour qu'elles restent en vie sur le rebord de la fenêtre de leur abri.» Pour cet homme, ces plantes sont le symbole de son foyer. Et même si elles ne sont pas la chose la plus pratique à emporter avec lui pendant son voyage, Ana comprend qu'elles sont d'une importance vitale pour son bien-être mental. Secouriste en situation d'urgence à l'IFRC depuis 2011, Ana sait que les survivants de catastrophes et de conflits peuvent être résilients. Elle l'a vu de ses propres yeux alors qu'elle apportait des secours d'urgence à Porto Rico après l'ouragan Maria, et un soutien en matière d'eau et d'assainissement après le séisme de 2015 au Népal. Mais cela ne signifie pas que l'espoir s'épanouit toujours par lui-même. C'est ce qui a amené Ana de son domicile à Valence vers Zahony - son expérience lui a appris que soutenir la santé mentale des personnes touchées par une catastrophe ou un conflit est tout aussi important que de soutenir leur santé physique. Elle est venue avec 20 autres spécialistes de la santé de la Croix-Rouge espagnole pour travailler aux côtés de la Croix-Rouge hongroise, afin de s'assurer que leurs équipes disposent de ce dont elles ont besoin pour répondre aux besoins immédiats des personnes en matière de santé mentale et physique. Elle a également participé à la mise en place d'une clinique à Zahony afin de pouvoir fournir un soutien efficace à plus long terme. Ce n'est pas la première fois qu'Ana soutient les réfugiés. Par le passé, elle a eu à travailler dans des camps en Grèce pour aider les réfugiés à exprimer leurs émotions grâce à l'art-thérapie. Ses yeux s'illuminent lorsqu'elle en parle : «C'était remarquable. Même s'il y avait une énorme barrière linguistique, nous nous sommes appuyés sur des moyens de communication universels.» Que ce soit en créant des œuvres d'art ou en s'occupant délicatement de petites plantes sur le rebord d'une fenêtre, tout le monde a quelque chose à dire, parce que tout le monde a des sentiments. Et ces sentiments ont besoin d'être exprimés. «J'ai grandi dans une famille qui a toujours aidé les gens. Je sens qu'il manque quelque chose en moi quand je vois une crise et que je ne peux pas y aller - si je ne suis pas disponible pour répondre. C'est un tremblement de terre en moi», explique Ana. C'est ce désir inné d'aider les autres, de faire preuve de gentillesse envers les autres, partagé par des millions de membres de notre famille de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui a motivé Ana pendant son séjour en Hongrie. Pendant de nombreuses semaines, elle a travaillé patiemment pour apprendre à connaître un grand nombre de personnes séjournant à Zahony et à établir une relation de confiance avec elles, les aidant à s'ouvrir. À propos d'un autre homme qu'elle a rencontré très tôt et qui s'asseyait seul sur un lit superposé dans un coin de l'abri, Ana dit : «Il ne voulait pas sortir quand je l'ai rencontré. Il avait voyagé seul, la possibilité de joindre un ami à l'étranger se raréfiant.» «De temps en temps, je lui disais : «J'espère te voir à la gare !» «J'espère te voir bientôt autour d'un repas !».Et au bout de quelques jours, elle l'a vu émerger de l'obscurité et sortir, interagir avec elle et les autres. Lors de son dernier jour à Zahony, Ana fait tout son possible pour le mettre en contact avec une aide à l'autre bout du fil. Elle termine sa mission en sachant que pour des millions de personnes, leur foyer est très différent de celui qu'ils avaient auparavant. Beaucoup ne savent pas où leur voyage va se terminer. Ana exprime une vérité que de nombreux intervenants en cas de catastrophe gardent près de leur cœur : nous ne pouvons jamais garantir que quelqu'un ira bien ou que tout le monde s'en sortira. Mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour nourrir les graines de l'espoir, afin qu'un jour, la vie des personnes affectées par des crises comme celle de l'Ukraine puisse s'épanouir à nouveau. -- Cliquez ici pour en savoir plus sur l'appel d'urgence de l'IFRC pour l'Ukraine et les pays affectés.Si vous souhaitez faire un don pour soutenir notre travail de réponse à cette crise, veuillez cliquer ici. Vous pouvez également consulter notre page sur la santé mentale pour en savoir plus sur le travail de l'IFRC en matière de santé mentale et de soutien psychosocial dans le monde.

Lire plus

01/07/2022
«Il les appelait les plantes de l'espoir » : Soutenir la santé mentale des personnes victimes de la crise ukrainienne.
Lire plus
«Il les appelait les plantes de l'espoir » : Soutenir la santé mentale des personnes victimes de la crise ukrainienne.
01/07/2022
Lire plus

Des millions de personnes au Bangladesh touchées par l'une des pires inondations jamais observées

28/06/2022 | Communiqué

Kuala Lumpur/Dhaka, 28 Juin 2022 -Les inondations record au Bangladesh ont fait des ravages. On estime que 7,2 millions de personnes ont été touchées et ont désespérément besoin d'abris et de matériel de secours d'urgence dans la région nord-est du pays. Depuis le début du mois de juin, les pluies torrentielles et les eaux en amont ont complètement submergé environ 94 % de la ville de Sunamganj et 84 % des districts de Sylhet, dans le nord-est du Bangladesh, à la frontière de l'État indien du Meghalaya. Certaines parties du Meghalaya ont connu les plus fortes précipitations depuis des décennies, ce qui a entraîné le débordement de grands systèmes fluviaux situés entre l'Inde et le Bangladesh et a complètement englouti les zones environnantes. Le Secrétaire général du Croissant-Rouge du Bangladesh Kazi Shofiqul Azam a déclaré: "De mémoire d'homme, nous n'avons jamais vu ce genre d'inondation dans cette région. Des centaines de milliers de personnes ont trouvé refuge alors que leurs maisons étaient sous l'eau et que presque tous leurs quartiers étaient inondés. De grandes parties de Sunamganj et de Sylhet ont été complètement isolées en raison de graves perturbations des communications routières et de coupures de courant. "Nos équipes de volontaires étaient sur le terrain pour aider les gens en leur fournissant les aliments secs, les aliments cuisinés et l'eau potable dont ils ont tant besoin. Le Croissant-Rouge du Bangladesh a lancé une stratégie impliquant 10 millions de dollars pour mener des opérations de secours et de relèvement dans les zones touchées." Alors que Sylhet et Sunamganj sont presque coupés du reste du pays, plusieurs districts voisins, dont Netrokona et Kishoreganj, sont également touchés par les inondations. Les équipes du Croissant-Rouge du Bangladesh fournissent également des colis de nourriture pour au moins deux semaines, des services de soins de santé par le biais d'équipes médicales mobiles, des kits d'hygiène et de dignité ainsi que des bâches et des jerrycans. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a lancé un appel d'urgence de 7,5 millions de francs suisses (USD 7,8 millions) afin d'aider le Croissant-Rouge du Bangladesh à intensifier et à étendre la portée de ses interventions localisées et de ses efforts de relèvement visant à prévenir et à atténuer les souffrances de 300 000 personnes touchées par les récentes inondations. Le chef de la délégation de l'IFRC au Bangladesh, Sanjeev Kafley, a déclaré : "En l'espace d'un mois seulement, Sylhet et Sunamganj ont été inondées et l'ampleur de la dévastation est cette fois bien plus importante que les précédentes. Nous intensifions nos opérations aux côtés du Croissant-Rouge du Bangladesh en raison de l'urgence de la situation. L'accent est mis sur les besoins urgents de la population touchée pendant les trois premiers mois en élargissant et en intensifiant la réponse du Croissant-Rouge du Bangladesh. Ensuite, une aide au relèvement sera également fournie afin que la population touchée se remette elle-même de la crise de manière durable et renforce sa résistance aux catastrophes imminentes." Pour plus d'informations ou pour arranger une interview, veuillez contacter: A Dhaka: Mahmudul Hasan, +880 1716 103333, [email protected] Raqibul Alam, +880 1714069707, [email protected] A Kuala Lumpur: Rachel Punitha, +60 3 9207 5700, [email protected]

Lire plus

28/06/2022
Des millions de personnes au Bangladesh touchées par l'une des pires inondations jamais observées
Lire plus
Des millions de personnes au Bangladesh touchées par l'une des pires inondations jamais observées
28/06/2022
Lire plus

Dernières Urgences

Devenez volontaire

Vous voulez sauver des vies et changer les mentalités ? Rejoignez la famille de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Apprenez avec nous

Découvrez notre large éventail de possibilités d'apprentissage et de formation dans le domaine humanitaire.

Devenez partenaire

Découvrez comment votre organisation peut soutenir le plus grand réseau humanitaire du monde.

Photos du mois

Téléchargez les ressources de shaRED - la bibliothèque multimédia en ligne de l'IFRC

Téléchargez les séquences B-roll de la salle de presse de l'IFRC